PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Deux hommes, une mission, un destin [PV Aiden Abbott]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Deux hommes, une mission, un destin [PV Aiden Abbott]   Mer 12 Sep - 19:08

Chef des riffle bullets

C’était pas souvent souvent qu’on voyait Devlin en train de lire un livre. On se demandait même si ce grand crétin savait lire a vrai dire. Que l’on se rassure, il savait. Même si ses talents de conteur ne se voyait guère. Donc Devlin savait lire, à la bonne heure, on est content pour lui. Mais que croyez vous qu’il soit en train de faire assis sur sa chaise ? Alors oui les plus crédules penseraient surement qu’il bouquine, la preuve étant qu’il avait un livre devant les yeux. Dommage pour eux mais ce n’était pas vraiment l’activité du blondinet. Si il tenait ce livre devant les rétines c’est tout simplement pour faire CROIRE qu’il lisait tandis que ses iris se posaient de ci de là sur les courbes délicates des filles de passage. Voir même sur celles de la bibliothécaire. Non il n’avait pas honte et oui cela l’amusait drôlement. Il aurait put aussi faire ça sans se cacher, il passerait moins pour un pervers. Oui mais où était le fun la dedans hein ? Alors il se contentait de sourire et de faire croire que la vie, sans doute passionnante, des tribus indiennes l’intéressait au bout de vouloir en faire un exposé. C’Est-ce qu’il avait raconté à cette grande cruche de Maria.

Quoi qu’il en soit le grand diable rouge jouait machinalement avec un morceau de papier, s’amusant à l’envoyer sur la tête des poupées blondes, brunes ou rousses qui essayaient de travailler. Dommage pour elle qu’il soit dans les parages. Cet endroit était l’un des seuls dans lequel il pouvait faire la sieste sans que personne ne vienne lui pomper l’air, par le mot « personne » il entendait par là les professeurs. Parce que bon piquer un petit roupillon il pouvait aussi le faire en cours mais curieusement cela ne leur convenait pas. Quel bande d’abrutit vraiment. Inutile de leur faire comprendre qu’en tant que chef il ne pouvait pas ne pas participer à la grosse bataille d’oreiller qui avait eut lieu la veille au soir. Alors oui il c’était encore endormi en cours et oui on l’avait envoyé là parce que, soit disant, « si les cours ne sont pas assez intéressant pour vous monsieur Miller, prenez la porte ! » Curieuse demande, mais bon il avait obtempérez et était partit après avoir fait sortir la porte de ses gonds sous les rires de la classe et les vociférations du professeur. Ha mais quand il était décidé à jouer au sale gosse celui là…

Quoi qu’il en soit il était là maintenant. Et que faire sinon passez le temps bêtement en attendant le moment fatidique ou il devrait retourner voir le dit professeur pour recevoir sa sanction. Et les autres aussi. Parce que cela faisait plus d’une heure qu’il était là. Sécher les cours était aussi un art de vivre. Entre les étagères bourrées de livre en tout genre il errait comme une âme en peine. Oui mais une grosse âme en peine, rouge et prête à passer à l’attaque. Comment me direz vous ? Avec quels armes ? Mais tout simplement ses pieds, ses jambes et cette sarbacane qu’il avait fabriqué pendant un moment ou son cerveau marchait encore avec tous ses neurones. Outre le fait de balancer des morceaux de papier gluant dans leur cheveux et leur décolleté il s’amusait aussi à les faire tomber par terre, histoire de voir ce qu’elle avait…en dessous. Et il notait tout simplement. Pour l’instant on en était a deux vertes, trois rouges et quatre bleues.

Ha et on passera sur les regards noirs de ces demoiselles quand elles se relevaient et sus les joues rouges quand elles comprenaient enfin le pourquoi du comment. Elles filaient à l’anglaise. Pauvre petites va. Encore un peu et faudrait les plaindre. Mais qu’elles aillent couiner leur malheur il en doutait. Elles étaient trop fières pour ça. Passe encore sur le fait qu’elles prennent leur revanche, mais il n’attendait que ça justement. Un bruit de pas. Une ombre qui s’étire derrière lui entre deux rangées de bouquin. D’un geste il tourne la tête, et le reste de sa personne vers le nouvel arrivant.

« Hey c’est toi. Salut. »

Pas besoin de prendre de gants. Pas besoin de se justifier, la personne qui se tient devant lui Devlin la connait. Un peu. Faut pas exagérer. Il n’irait pas jusqu’à affirmer que sa couleur préférée est le rouge et que sa paire de chaussette favorite est cachée sous son oreiller. Mais faut dire qu’en ce moment il est plus occupé à élaborer une stratégie pour faire tomber Maria. C’est que sous ce charmant visage d’ange se cache un démon pervers doublé d’un vicieux. Mais ce démon là n’est pas assez suicidaire pour aller devant elle et lui soulevez sa robe. Non parce que sinon adieu plaisir de la solitude ! Ha moins que…

« Tiens tu tombes bien finalement ! Tu ne voudrais pas connaitre l’extase et satisfaire ta curiosité de male alpha dominant ou je ne sait plus trop quelles autres conneries encore ? »

Bonnes entrée en matière Devlin encore un peu et tu passera pour le sociopathe de l’année.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aiden Abbott


Messages : 4
Date d'inscription : 23/06/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: Deux hommes, une mission, un destin [PV Aiden Abbott]   Dim 23 Sep - 21:23

dead

Il paraissait que pour étudier, on devait lire.
Enfin, c'était du moins ce que ses professeurs lui avaient dit, se désespérant de sa diction apparemment digne de celle d'un enfant de six ans. Pas qu'Aiden se souciait beaucoup de son éducation; Quand on a passé comme lui toute sa vie à travailler dans la poussière, on se fiche un peu des caractères plaqués sur des pages qui auraient bien mieux fait de rester vierges. Pour le jeune homme, lire était une perte de temps, étudier encore plus, et quand on devait associer les deux par un malheureux hasard, c'était carrément une perte de temps puissance... Beaucoup. Son père qui d'ordinaire en aurait sans doute dit autant (et lui, qu'est-ce qu'il avait pu penser de cette bibliothèque quand il l'avait vu pour la première fois ?) n'aurait pas approuvé sa manière de penser. Il faisait ça pour William, et William aurait aimé être ici. Il aurait fait le tour des étagères avec des yeux brillants, si différents de l'attitude détachée qu'il avait toujours adoptée. Pour une fois, son visage aurait rayonné d'intérêt et Aiden était le premier attristé que jamais ça ne pourrait être le cas. Après tout, c'était de sa faute. Oui, se dit-il avec une brusque détermination, il devait devenir l'homme que son frère aurait aimé être. Il n'aurait pas assez de sa vie entière pour rattraper son erreur. Autant s'y mettre le plus tôt possible, parce que c'était clair vu son niveau: Ça n'allait pas être facile.

Sauf que décidément, travailler n'était pas sa tasse de thé. Dans dix ans, il était certain d'y être encore. Aiden reposa son livre avec une mine agacée, maudissant le sort de n'avoir pas créé dans sa grande mansuétude des manières plus ludiques pour apprendre. Côté théorie, les études, c'était pas la joie. Il en venait presque à penser que toutes ces personnes qui se réunissaient ici de leur plein gré pour emmagasiner un maximum de connaissances étaient toutes plus ou moins timbrées. Bha, ça change pas vraiment de d'habitude, pensa-t-il non sans ironie. Rien qu'à voir l'atmosphère de la ville et du bâtiment, on sentait immédiatement que quelque chose ne tournait pas rond à Whiteriver Town. Lui, ça ne le dérangeait pas, il était de la région. Mais il savait que quand sa mère rendait visite à ses parents, elle revenait toujours quelque peu contrariée. Ils ne se plaisaient pas ici, ça crevait les yeux.
Ou alors ils détestaient leur gendre, ce qui n'était pas non plus à écarter. Dans tous les cas, la jolie petite ville n'essuyait pas le succès escompté auprès d'eux. Enfin, puisqu'ils restaient malgré tout, ils ne devaient pas trouver ça insupportable.

Aiden délaissa le rayon qu'il observait pour aller fureter dans un autre. Il ne faisait pas attention aux gens qui passaient, tout occupé qu'il était à trouver un ouvrage qui ne lui paraisse pas ennuyant, et en accord avec ce qu'il devait apprendre. Pour un instant, la guerre qui sévissait au pensionnat était hors de son esprit et de ses préoccupations. Il ne pouvait pas à la fois se concentrer et mener la lutte, c'était impossible. Aiden Abbott était monotâche et le faisait savoir.
Et il se trouvait que la tout de suite, et certainement pour l'heure à venir, c'étaient ses études qui primaient sur le reste. Les filles n'allaient pas prendre le pouvoir dans la journée, c'était bon, il pouvait lâcher son pistolet pour un petit moment.

Nouvelle déception littéraire. Aiden commençait à croire que rien n'était fait pour lui ici. Le sort semblait être aussi de son avis car il tomba nez à nez lors d'une nouvelle recherche avec le très respecté chef de son groupe. Il ne pu masquer sa surprise de le trouver là, et espéra qu'elle n'était ni trop visible ni trop irrespectueuse. C'était juste que, eh bien... Devlin n'était pas réputé pour son assiduité et son sérieux. D'où sa surprise de le trouver là et pas 'ailleurs'.

« Hey c’est toi. Salut. »

Aiden lui répondit par un signe de tête en se tournant vers lui, curieux de savoir malgré tout ce qui l'avait amené là. Il prévoyait peut-être de mettre la pagaille dans la bibliothèque ? Oui, il pouvait aussi tout simplement avoir eu une brusque envie de lire, mais bizarrement, Aiden n'y croyait pas trop.
Mais il pouvait avoir tort. De ce qu'il en savait, hein, il n'était pas omniscient.

« Tiens tu tombes bien finalement ! Tu ne voudrais pas connaitre l’extase et satisfaire ta curiosité de male alpha dominant ou je ne sait plus trop quelles autres conneries encore ? »

Sa... Hein, quoi ? Le jeune homme envoya à l'autre un regard on ne pouvait plus interloqué. Il n'avait pas bien compris ce qu'il lui avait dit, mais il ne pensait pas qu'il allait pouvoir connaître l''extase dans la bibliothèque. Parce que, ben... C'était une bibliothèque. Avec des livres. Et quelques filles qui passaient de temps à autre mais depuis son entrée dans l'école, elles n'étaient que des ennemies aux yeux d'Aiden. En plus, la bibliothécaire était pas commode.
Et puis il y avait surtout des livres, il fallait avouer.

« Connaître l'extase ici ? Fit Aiden en prenant un livre en main, le tenant par le bout de doigts, Je sais pas si c'est possible. »

Il marqua un temps d'arrêt avant d'ajouter, le regret perceptible dans sa voix:

« En plus, c'est surtout mon intelligence qui devrait connaître l'extase. »

Aiden doutait franchement du fait qu'il parvienne un jour à être cultivé, mais il n'était pas question de laisser tomber. Il devait essayer. Même si maintenant qu'il avait croisé Devlin, sa curiosité allait l'empêcher de vraiment se concentrer.



{Désolée pour le retard. Mais j'ai vaincu FUCK SCHOOL TAKE THAT.}

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Deux hommes, une mission, un destin [PV Aiden Abbott]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» « Deux hommes regardent à travers les mêmes barreaux. L'un voit la boue, l'autre les étoiles. » - Dio ♠
» Deux hommes torses nus au soleil... trop beau pour être vrai ? (libre)
» COHEN - La mort est une dette que chacun ne peut payer qu'une fois...ou deux si tu es un zombie
» Patte-Patte et Turban partent à l'aventure (PV. Dahmed)
» Le baiser au Moyen-Age

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Le pensionnat :: La bibliothèque de Maria-