PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'histoire du pensionnat de Whiteriver Town.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: L'histoire du pensionnat de Whiteriver Town.   Dim 13 Mai - 20:55

Chef des the Orchids
Malédiction
En l’an 1756, notre petite Mary-Jane rentrait de l’école, et se dirigeait vers la petite maison de sa grand-mère, comme tous les jours, elle passa le perron puis rejoignit Grand-mère Jane dans le salon. Mais aujourd’hui était un jour important pour notre petite Mary-J. En effet, cette dernière venait d’avoir ses quinze ans, le lendemain, elle intégrerait le pensionnat de Whiteriver Town. Cependant, il semblait que la nouvelle ne réjouissait que la jeune Mary-Jane, Jane Carter, sa grand-mère, avait un air plus sérieux et pensif. Quand Mary-J. fut enfin installée, Jane ne lui laissa pas le temps de prononcer un mot, levant la main pour l’interrompre. Ses sourcils se froncèrent, puis d’une voix ferme et déterminée, grand-mère commença son discours.

« Écoute-moi bien Mary-Jane, ce que je vais te dire est très important. Demain tu entreras au pensionnat de Whiteriver town, et tu te dois de connaître avant d’en franchir le seuil, l’histoire du pensionnat. Comme je le fais maintenant, ma mère, Tania Dopel, me raconta ce récit, mais certainement avec beaucoup plus de passion que je ne vais le faire avec toi aujourd’hui. Tania Dopel avait une meilleure amie, July Trouf, toutes les deux côtoyaient le lycée de Whiteriver town. July, alors âgée de dix-huit ans, était magnifique et d’une gentillesse incroyable. De nombreux hommes la courtisaient, dont un Arthur Clark. July avait toujours refusé ses avances, il était bien trop violent et trop vulgaire pour une jeune femme comme elle. Seulement voilà, un doux matin de septembre, la belle July fut retrouvée morte dans son dortoir par une de ses camarades.

Ma mère fut bouleversée par cette perte considérable. « July Trouf, une élève du pensionnat, avait été assassiné », ce titre faisait la une du journal de Whiteriver town. Le premier suspect était bien sûr Arthur, ce dernier avoua le « meurtre », un soir au saloon, il avait un peu trop bu. Le jeune Clark disait cependant, qu’il s’agissait d’un accident, il lui aurait infligé une claque, July se serait cogné la tête contre sa table de chevet, et ainsi aurait été sa triste fin. Ma mère voulu bien croire à une telle histoire mais attendait toutefois un jugement, ou une sanction de la part de l’établissement. Seulement, ma petite Mary-Jane, Arthur Clark ne fut jamais inculpé pour l’homicide involontaire de July Trouf.

Ma mère, Tania, en fut littéralement révoltée. C’est alors, que toutes les jeunes femmes du pensionnat de Whiteriver town se regroupèrent, elles créèrent un groupe, « The Black Roses », ses femmes étaient intelligentes, leur seul souhait était de se protéger et d’obtenir une certaine influence dans le pensionnat pour tenir tête aux hommes. Bien entendu, ma petite Mary-Jane, tu te doutes bien que les hommes ne sont pas restés les bras croisés… C’est alors qu’une véritable guerre commença dans notre petit pensionnat. Mary-J. écoute-moi bien. Tu viens d’avoir tes quinze ans, tu mérites, et tu te dois donc, enfin, de connaître cette histoire, il est très important que tu ne l’oublis pas, car c’est la raison pour laquelle, nous, The Black Roses, nous sommes battu pendant nos années de lycée, et qu’encore aujourd’hui d’autres jeunes filles prennent la relève.

Cela fait bien une cinquantaine d’années que cette histoire a commencé, entre temps, j’ai vu mon ancien clan se diviser maintes fois, pour finalement ne créer que deux groupes sous-jacents, « the tulips » et « the orchids ». The tulips sont les plus violentes d’entre nous, celles qui n’ont pas froid aux yeux, de vraies cowboys. The orchids sont beaucoup plus venimeuses, disons que leurs actions sont moins voyantes, plus subtiles, mais tout aussi importantes. Maintenant Mary-J. tu dois connaître tes ennemis. Les hommes ont aussi un clan « The dark guns », tout comme nous, ils ont été amené à se séparer, et pour le peu que j’en sache, de façon équivalente. « The rifle bullets » sont à peu près l’équivalent de the tulips. Et enfin « the flick knifes » ressemble plutôt à the orchids. Ainsi va notre cher pensionnat de whiteriver town. Maintenant, ma toute jeune Mary-Jane, c’est à toi d’y choisir ta place. Car sache que si cette guerre ne te touche pas, et que la mort de July Trouf te laisse insensible, tu peux alors rejoindre le groupe, « the white flat ». Ces derniers cherchent avant tout à mettre un terme à ce combat, mais depuis cinquante années rien n’a encore changé. On dit parfois que July Trouf aurait maudit la ville de Whiteriver Town, après tout c'était une indienne de la tribut voisine qui avait réussit à s'intégrer. Les pouvoirs de son peuple lui aurait permit de faire durer ce conflit indéfiniment. »

PS : Nous sommes maintenant approximativement en 1765, seulement cette date n'est utile que pour les évènements historiques de l'ordre international. Nous autorisons les paradoxes temporels tant qu'elles ne dépassent pas le XXe siècle.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Sam 7 Mar - 22:14, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'histoire du pensionnat de Whiteriver Town.   Lun 14 Avr - 10:32

Chef des the Orchids
Nouvelle ère
Quelques années plus tard, la petite Mary-Jane était devenue une femme de dix-huit ans. Elle était à la tête du clan des Orchids, comme sa mère et sa grand-mère avant elle. Ce jour là, Mary-J. était particulièrement soucieuse. Elle retourna voir sa grand-mère, ce qui était devenu plus rare avec son entrée au pensionnat. La porte était toujours ouverte, son sourire était sincère, dans le fauteuil le corps lourd et fatigué de son aîné l'accueillait chaleureusement.

"Grand-mère, j'ai quelques petites choses à te raconter. Il y encore trois ans, tu me racontait l'histoire de July Trouf, celle pour qui on se battait encore il y a peu. Bien sûr beaucoup de femmes sont tombées après elle, et nous n'oublions pas leur mémoire. Mais une autre a subit l'injustice des hommes une fois de plus. Une affaire certainement beaucoup plus sordide que la sienne."

Mary-Jane fit une pause. Face à sa grand-mère son regard était inquiet et triste à la fois.

"Elle s'appelait Marilyn Brandon, chef des Tulips, nous avions une alliance pour prendre le dessus sur les Dark Guns. Elle n'était pas parfaite et nous n'étions pas les meilleures amies du pensionnat, mais nous nous respections et il faut croire que j'ai apprit à l'apprécier... Lors d'un combat elle tua un jeune homme, un Rifle Bullets, ce genre de chose n'était pas nouveau. Toutefois, il s'agissait pour le chef des Rifle d'un ami fidèle. Ce dernier se vengea d'une façon atroce, dont je tairais les détails. On retrouva le corps de Marilyn. Le chef des Rifle Bullets se baladait fièrement avec le bracelet de sa victime. Le shérif était prêt à l'arrêter mais cherchait encore d'autres preuves."

Les poings de Mary-Jane se serrèrent, Edward Junior Simsons, le shérif était son fiancé, et ces évènements l'ont malgré tout touchés.

"On retrouva le corps du shérif derrière le saloon. L'affaire du meurtre de Marilyn fut bouclé pour manque de preuves et manque de shérif... Le juge Simsons, dans sa plus grande injustice comme toujours ne s'alarma pas pour la mort d'une femme, malgré son rang, mais se concentra à corps perdu dans la recherche du meurtrier de son fils et des deux autres hommes qui furent tués cette nuit là."

Les yeux de la jeune femme se firent plus obscurs et déterminés.

"Aujourd'hui nous nous battons pour la mémoire de Marilyn, son crime ne doit pas rester impuni et tant que la justice ne voudra pas y prêter attention nous continuerons à leur donner des affaires à résoudre."




_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
 

L'histoire du pensionnat de Whiteriver Town.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Pensionnat Spidia
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Petite histoire aux grandes aventures :D
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Aux portes de Whiteriver Town :: Les tables de lois :: Le contexte-