PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un surveillant qui a du chien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Daemon Salvatores


Messages : 13
Date d'inscription : 02/03/2013

MessageSujet: Un surveillant qui a du chien !   Mer 6 Mar - 16:37

Professeurs
Salvatores Daemon



Nom : Salvatores.
Prénom : Daemon.
Date de naissance : 6 Décembre.
Âge : 24 ans.
Groupe : Professeur.
Orientation : Hétérosexuel…quoique j’ai certains souvenirs de nuit de beuverie ou…non je dois me tromper.



Du temps on le voyait errer dans les couloirs de l‘école sa silhouette n‘était pas inconnue, mais maintenant que les années ont passées il est bon de faire surgir les souvenirs des mémoires.
Il y a donc un nouveau venu dans les couloirs de l‘école. Un homme dans la fleur de l‘âge, grand et bien bâtit. Un homme que quand vous le voyez vous vous dites….ce type là doit être trop cool. Salvatores est son nom est comme vous l‘auriez sans doute remarquer cette résonance trahit ses origines hispanique qui se retrouve dans sa personne. Assez grand, il doit faire dans les 1m90, ce jeune homme élancé n’est pas une armoire a glace, au contraire il privilégie la souplesse de ses muscles à la force brute et aux uppercuts même si pour être tout a fait honnête il se défend bien aussi de ce côté-là. Toujours impeccablement habillé il préfère de loin les veste et les gilets et ne se sépare jamais des talismans anciens qui orne ses poignets, des cadeaux de départ et d‘amitié auquel il tient particulièrement. Souvent vautré dans un coin ou allonger pour piquer une sieste bien tranquillement il n‘aime guère être enfermé à l‘intérieur et patrouille bien souvent dehors a tel point que sa peau, déjà naturellement halée à pris ces dernières années une couleur de chocolat au lait caramélisé. Cela dit ce mélange semble plaire à la gente féminine donc il ne va pas s‘en plaindre.

Car oui l‘on peut dire sans mentir qu‘il entre dans la catégorie des beaux gosses. Un visage ovale où deux yeux noisettes rieurs vous scrutent sans vergogne, un sourire démontrant une dentition pratiquement parfaite et surtout ce petit côté canaille qu’il affiche en permanence, à tel point que l’on ne sait jamais quand il plaisante et quand il est sérieux. Pour compléter tout ça ajoutons lui une chevelure sombre lui arrivant un peu plus haut que les épaules, bien souvent coiffé comme des épis de mais sauvages dont il ne prend jamais soin. Faut dire de toute façon que de manière général Daemon fait toujours un peu négligé sur soi, mais attention négligé ne veut pas dire crado loin de là ! Propre et soigné il porte une attention toute particulière à l‘entretient de sa barbe de trois jours. Comme il le dit si bien « c‘est encore la meilleure astuce pour se faire passer pour un aventurier auprès des damoiselles ! » ! »


Ils sont rares encore ceux qui se souviennent des années ou Deamon faisait la loi en tant que chef des Riffle. On retiendra surtout de lui ses accès de colère qui le prenait n« importe quand. D’un naturel plus calme que certains de ses camarades il était bien évidemment pas en reste pour faire les 400 coups dans les couloirs, la cuisine et pour traumatiser certaines personnes en tant que souffre douleur attitré. Cependant Daemon avait la capacité rare de pour voir rester calme en presque toutes les circonstances. Stratège hors pair et grand amateur de tactiques et de coups par derrière on se demande parfois ce qu’il pouvait bien faire chez ses bourrins de classe internationale. Maintenant qu‘il a grandit Daemon est avant tout un baroudeur de l‘extrême, un touche a tout qui aime être sur le terrain pour voir et expérimenter toutes sorte de chose. Ce qui est amusant car il a toujours quelque chose de nouveau a raconter, même si parfois ses aventures résultent souvent de mal entendus ou bien d‘erreur de jugement. Car oui il sait se montrer impulsif quand il le faut et surtout quand on a le malheur de lui faire des remarques sur son style de vie ou quand on s‘en prend aux élèves de son école.

Malgré tout Daemon reste une personne ayant le cœur sur la main, toujours prêt a écouter et à venir au secours de ceux qu‘ils considèrent comme étant une seconde famille pour lui, les élèves de l‘école ainsi que le personnel. Encore que parfois…bref. D‘un naturel passionné et sincère quand il donne une parole il ne la reprend jamais mais méfiez vous tout de même car il n‘est pas rare qu‘il retourne la situation contre vous juste pour le plaisir de mettre une sale ambiance. C‘est ce qu‘il aime, pouvoir regarder ce tas de fourmis en venir aux mains sans bouger le moindre petit doigt. Loin des soucis de l‘argent il ne vit que pour le moment présent et se moque comme d‘une guigne de ce qui peut bien lui arriver. Le toit de sa maison s‘écroule ? La belle affaire, il pourra retrouver le plaisir de dormir à al belle étoile ! En tant qu‘optimiste de première catégorie il se doit de toujours voir le bon côté des choses, même dans une situation ou tout semble pourtant perdu. Ce qui lui arrive souvent vu sa désagréable proportion à enfreindre les règles et à défier la moindre représentation de l‘autorité. Oui ce n‘est pas une bonne chose quand on est censé apprendre aux autres à rester bien sage…mais c‘est aussi pour ça que les éleves l‘adorent non ?


Daemon pourra vous raconter milles et une histoire sur sa vie. Il a tellement de chose à raconter. Mais on va avant tout commencer par le début vous voulez bien ? C‘est important de connaitre le passé pour mieux appréhender le présent !

Daemon fut le tout premier d‘une lignée de trois autres enfants. En tant qu‘ainé et pour subvenir aux besoins nombreux de sa grande famille il se mit a travailler très tôt en tant que livreur, coursier, petits ouvriers des champs. Il prenait à dire vrai n‘importe quel travail. Dès qu‘il fut en âge de marcher tout seul et de se débrouiller il n‘eut qu‘une idée en tête, sortir de l‘enfer de la pauvreté. Sa famille vivait alors à la frontière entre le Mexique et ces grandes étendues de terres sauvages que l‘on nommait alors le far west. Son père avait voulu se rapprocher de ce grand pays ou l‘on pouvait trouver le bonheur en claquant des doigts. Peut être oui, mais il faut croire qu‘il n‘avait claquer assez fort. Entouré de champs de boue et de terres sèche le petit Daemon se retrouvé prisonnier de la misère, avec une mère souvent épuisé, des frères et une sœur turbulents et un père qui ne rentrait jamais avant la tombée de la nuit et parfois ivre mort, ce qui donnait lieux à des disputes terribles qui se répercutaient dans toute la maison, terrorisant les enfants qui se cachaient sous les couvertures.

Daemon en voulait pas de cette vie. Ce qu‘il souhaitait c‘était pouvoir ressembler aux autres enfants de son âge qui eux portait des chaussures, des vestes chaudes en hivers, des chapeaux en été pour les protéger. Aussi se mit il en tête de tout faire pour échapper au destin misérable qu‘il pressentait. Il allait prouver au monde entier que lui Daemon Salvatores était destiné à faire autre chose de sa vie que de gratter la terre humide pour trouver des légumes ! Le temps lui donna raison par la suite. En effet pour ses 15 ans il eut l‘agréable surprise de se faire accompagner par ses parents dans la petite ville de Faraway. Devant une grille imposante sa mère l‘embrassa sur les deux joues en pleurant tandis que son père regardait l‘horizon d‘un air maussade. Doucement elle lui expliqua qu‘a partir d‘aujourd‘hui cette bâtisse qu‘il pouvait distinguer derrière le haut mur de pierre serait sa maison, qu‘il serait entouré d‘enfants de son âge et d‘adultes qui lui apprendraient tout ce qui lui faudra savoir pour avoir une bonne vie. Sur le coup Daemon les regarda sans rien dire. Il ne comprenait pas encore la signification de tout ce discours, une seule idée restait gravée dans son esprit. Enfin il était sur le point de quitter les siens pour s‘élever au dessus de la fange.

Une nouvelle vie commença pour lui. Assis sur des bancs en bois, plume et encrier bien en main il se mit à étudier avec un acharnement des plus mystérieux. Durant sa première année d’étude il se rendait bien compte que cette école n’était pas ce qu’elle semblait être au premier abord. Divisée en deux camps distincts, les hommes et les femmes. On lui raconta l’histoire, il comprit les enjeux. On lui demanda de faire un choix, il le fit sans vraiment réfléchir à toutes les conséquences que cela entraineraient plus tard. Il avait choisit les Rifle Bullets. Un groupe de personne aux manière plutôt directes dont il appréciait la franchise et le côté un brin je-m‘en-foutisme. Auprès d‘eux il apprit de nouvelles chose, des choses qu‘il n‘étudiait pas dans les livres poussiéreux. Il apprit la vie telle qu‘elle est lui apparaissait clairement maintenant. Il y avait en ce bas monde des dominants et des dominées, il serait un dominant, un de ceux qui écrase comme lui avait put être écrasé des années auparavant. Ses colères il les passaient sur les filles adverses, ses coups de sang sur ses armes. La pensée de groupe devint un automatisme a tel point qu‘il se démarqua des autres pour finalement parvenir à atteindre le grade ultime de celui de chef. Cette avancée spectaculaire dans sa vie lui montrait bien qu‘avec une volonté de fer tout devenait possible pour lui.

Une nouvelle génération arriva, avec elle des promesses encore plus importantes que jamais. Il jouait son rôle à la perfection mais déjà se profilait un avenir qui lui tendait les bras. Il ne voulait pas partir d‘ici. Quitter ces murs qui l‘avaient vu grandir, ces gens qui l‘avaient épaulé et qu‘il avait appris à apprécier dans une certaine mesure, sans parler des têtes a claque qu‘il adorait traumatiser avec son petit groupe de fidele. Tout cela pour rien au monde il ne voulait le laisser partir. Mais un événement survint, comme une vague destructrice emportant tout sur son passage. Quand le juge le fit venir dans son bureau Deamon venait à peine de finir ses études et avait déjà postulé pour devenir enseignant. Ce qui se passa dans le bureau du vieil homme personne ne le sut jamais clairement mais on dût prévenir le sheriff pour faire sortir Daemon par la force avant de le jeter dehors comme on jette un vulgaire déchet dans la rue. Balayé ses rêves de grande famille et de reconnaissance éternelle. Et tout cela a cause d‘un fils à papa qu‘il avait soit disant trop martyrisé. On lui refusait le droit de rester ici. C‘est la mort dans l‘âme qu‘il fut contraint de partir, non sans avoir au préalable désigné un nouveau chef, qui il en était sur saurait se montrer a la hauteur de la tâche.

Il partit donc. Voyagea un peu au hasard avant de finalement se poser quelque temps dans un petit camps de chercheur d‘or. La vie du pensionnat n‘avait rien à voir avec le monde impitoyable de ceux qui venaient trouver une fortune au fond des mines sombres. Il travailla pour eux durant un an avant de finalement délaisser sa pioche pour reprendre la route. Toujours allant, toujours sifflant, toujours chantant, cette vie de monade errant lui allait décidemment comme un gant. Il rejoignit une tribu d‘indien qui l‘acceptèrent comme un des leur et qui lui apprirent la vie des grandes tribus de l’ouest sauvages, celle que les colons n’avaient pas encore asservies. Jouer du tamtam et monter les bisons c’était bien beau mais sa vie lui manquait encore. Il ne cessait d’y repenser sans jamais se décider à y retourner. Après les indiens il passa un hiver avec les bucherons du grand nord, puis quelques mois dans un fort militaire pour une sombre affaires d’armes volée et de jeux d’argent illégaux. Une fois libre il enchaina sur le doux métier de forgeron et de marchand d’arme avant de prendre l’habit des vaqueros. Mais toujours cet appel incessant ne cessait de venir le tourmenter. Alors un jour il prit son courage a deux mains et se décida à revenir. Au début il ne reconnut rien, ni les gens, ni la ville. Tout avait tellement changé. Et puis il vit les grilles, il reconnut les rues qu’il avait si longtemps arpenté lors de ses sorties nocturnes en douce. Il retrouva d’anciennes connaissances. Il refit sa place.

Oui Daemon est revenu, cet ancien chef des Rifle a tout à découvrir une nouvelle fois. Mais aujourd‘hui c‘est différent. Parce que aujourd‘hui il revient dans l‘école même. Ce n‘est qu‘une ombre, une sorte de fantôme du passé revenu reprendre sa place comme au tout premier jour. Il faudra qu‘il pense a remercier le directeur. Mais avant toute chose il doit retrouver l‘ambiance que jadis il a laisser derrière lui. En tant qu‘humble surveillants des couloirs il redeviendra le chef qu‘il a été. Même si à ce niveau cela ne pourra pas être autre chose que chef des heures de colle.



Surnom : Bof…cool man ça m’irait non ?
Âge : 21 ans.
Comment avez-vous trouvé Whiteriver Town ? En écoutant le vent dans les branches.
Un commentaire, une idée ? Non pas encore.
Maintenant, la question sur le discours du juge Simsons qui vous permettra d'obtenir votre titre de séjour. Quel geste fait le juge Simsons pendant l'intégralité de son discours ? Il fait tourner son marteau…d’ailleurs si on pouvait éviter de prononcer ce nom en ma présence…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Un surveillant qui a du chien !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OBI CANICHE MALE 12 ANS (SOS VIE DE CHIEN)
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» 5 millions près pour un chien de garde en Haiti
» Le chien et le dauphin
» autres gifs de chien de race

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Aux portes de Whiteriver Town :: Le secrétariat du pensionnat :: Fiches des élèves :: Fiches reçues-