PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Ven 24 Mai - 18:24

The orchids

Le soleil brillait plutôt fort, cette journée-là. À moins que ça ne soit que mon pesrit trop ombragé qui n'appréciait pas les effets de ses rayons purs. C'éatit en effet possible, quoique assez spécial comme réaction. Enfin bon, n'étais-je pas bizarre ? Tuer quelqu'un alors que nous n'avions que neuf ans n'entre pas pas dans les normes de la normalité, il me semblait. Je poussai un petit soupir pour moi-même et intérieur avant de presser doucement les flancs de ma jument afin de lui faire signe de repartir au trot. Le paysage se déroulait tranquillement sous mes yeux, me laissant l'admirer quelques instants ses grands arbres fleuris et ses rares maisons anciennes qui tenaient pourtant encore debout. Plus je m'éloignais du pensionnat, plus les habitations s'espaçaient avant de finir totalement happées par la végétation ambiante. Puis, alors que je commençais à apprécier la solitude et le sentiment de bien être que j'éprouvais, un silhouette massive et sombre se montra à l'horizon. J'étais encore trop loin pour savoir que c'était, mais je pouvais deviner la forme d'un bâtiment, même si je n'avais plus de détails.

Ma curiosité était grande lorsqu'on l'éveillait. Cette dernière chose était plutôt difficile, je croyais cela du moins, mais une fois qu'on la chatouillait un peu trop, j'étais comme un féroce félin affamé sur un bout de viande traînant là au hasard. Impossible de m'en lâcher prise, tout bonnement. Ce fut donc avec empressement que je fis accélérer l'allure de ma monture afin de me permettre d'arriver plus rapidement à ce point. À mesure que je me rapprochais, je pouvais distinguer de plus en plus de nouveaux éléments, comme des hélices et une forme de tour. Alors que j'étais à une trentaine de mètres, je conclus qu'il s'agissait là d'un moulin. Vilain moulin, avais-je envie de dire, pourquoi m'as-tu cacher ton identité pendant si longtemps ? Bien sûr, aucuns sons de franchirent mes lèvres comme à leur ordinaire. De toute manière, je ne dirais jamais de telles paroles à voix haute. Pour passer pour une folle ? Déjà que mon air sombre le faisait croire aux autres, si je me mettais à avoir des messages sibyllins, je n'osais même pas imaginer le carnage que cela provoquerait pour mon pauvre ego. Il avait bien assez souffert à mes yeux, et je souhaitais qu'il puisse être en paix. Je désirais être parfaite pour les autres, mais je ne l'étais pas. Je n'avais pas envie qu'ils aient une quelconque manière à se moquer de moi.

J'eus alors un brusque bâillement qui me manqua de me décrocher la mâchoire. Étais-je fatiguée d'avoir encore passer la nuit à tenter de contrôler ma colère ? Non, bien sûr que non. Je faisais ça depuis des années maintenant, et même si c'était dur au début, je m'y étais habituée d'une façon ou d'une autre. Ne plus dormir pour essayer d'apprivoiser la fureur qui était en moi était l'une de mes activités les plus pratiquées. Le moulin était assez imposant, mais il ne me faisait pas peur - comment avoir peur d'une construction ? - et je le trouvais même plutôt agréable à regarder. J'aimais le mouvement lent de ses hélices qui tournaient dans les airs, le pourfendant sans fin, dans un jeu éternel. Y avait-il quelqu'un à l'intérieur ? J'espérais sincèrement que non. En effet, avoir reparler de mon émotion si vile me l'avait remise dans la tête, et elle ne quittait plus mon esprit à partir de ce moment-là. Je sentais de nouveau ses langues enflammées me caressaient le long de gorge, me donnant une folle envie de hurler ma rancœur. J'eus aussi comme l'impression qu'elles s'enroulaient autour de mon cœur, le serrant jusqu'à seconde un peu plus que son antérieur dans le seul but de rire et de m'énerver. Mais c'était chose faite : les battements de mon organe vital s'était accru et je devais agir pour les calmer ou je finirais par péter littéralement un plomb. Ce fut donc avec un empressement grandissant que je rentrai dans l'intérieur du moulin, l'observant avec une rage croissante. Alors que je m'engouffrais dans la construction, je jetai à terre quelques sacs de farine qui me dérangeaient, les ouvrant d'un geste rapide. Ainsi donc, sur mon sillon colérique,  le sol se couvrait de blanc et j'arrivai finalement au bout du moulin, dans la salle où était moud le blé et les autres farines. Je posai fébrilement la main sur mon front, remarquant qu'il était chaud, comme d'habitude lorsque j'avais mes crises. Non, je devais me calmer. Un bref instant, je fermai les yeux, laissant transparaître ma douleur, puis je les rouvris presque instantanément. Le plus dur était passé. Les langues de feu étaient devenus glacées et s'étaient quelques peu retirées, même si je sentais encore leur morsure sur ma peau.

_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.


Dernière édition par Alexandra Calendea le Jeu 8 Aoû - 18:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Ven 24 Mai - 22:06

The Tulips

Tiens, un moulin… Elle l’avait vue de loin, l’amazone sur son cheval, et avait décidé, par simple curiosité, de s’y rendre. Elle avait le chic pour trouver des lieux tranquilles, loin de toutes embrouilles, de toutes beuveries. Par définition, Spring préférait rester seule, ou du moins, en avait-elle l’habitude. Mais en rejoignant les Tulips, cela devenait plus difficile. Elles étaient solidaires les combattantes, et adoraient la compagnie de leur semblable. De vrais chevaux sauvages, jamais sans leurs troupeaux ! Enfin, évidemment, ce n’était pas toujours le cas, aussi Spring s’échappait-elle de temps à autre pour découvrir la région. Avec ses pulsions meurtrières, c’était d’ailleurs sans doute mieux qu’elle ne soit pas en compagnie des hommes 24 heures sur 24… Un accident est si vite arrivé. Enfin, toujours est-il que la jeune femme parcourait la région encore inconnue, et s’approchait maintenant du fameux moulin.

A première vue, le lieu était complètement désert. Les palmes du bâtiment tournaient inlassablement, sans sembler vouloir s’arrêter. En faisant le tour des murs, Spring aperçu un cheval arrêté près de l’entrée, sellé et bridé. Pas de cavalier néanmoins, aussi la jeune femme s’approcha-t-elle nonchalamment de la bête, et descendit de sa monture. Elle jeta un rapide coup d’œil à la bouche béante qui constituait l’entrée du moulin, mais ne vit personne. Le cavalier devait sans doute être monté au 1er étage. Sans gêne, la tueuse fouilla les sacoches attachées à la selle de la jument, mais n’y trouva rien de très intéressant. En poussant un soupir, elle décida d’entrer dans le bâtiment. Elle s’ennuyait ferme depuis quelques jours, peut-être y aurait-il quelque chose de particulier en haut ?

A l’intérieur, tout était sombre. En avançant, Spring attendit que ses yeux se fassent à l’obscurité, puis détailla ce qui l’entourait. Des sacs de farine, de la paille, le digne meublage d’un moulin. En continuant d’avancer, Spring buta contre quelque chose, qu’elle se prit en plein fouet. Un poteau sans doute. Reculant en maugréant, elle fut surprise de se rendre compte que le poteau en question n’en était pas un. C’était une jeune femme aux cheveux noir, et qui n’avait pas l’air bien du tout. Elle semblait souffrir, mais de quoi ? Elle ne semblait porter aucune blessure…

Le premier réflexe de la blonde fut de sortir un couteau de sa ceinture, et de se mettre en position de défense. Elle ne connaissait pas la jeune femme, qui pouvait aussi bien être folle qu’innocente. Elle dévisagea l’étrange être en face d’elle, la pénombre n’aidant pas à vraiment l’analyser, puis, voyant qu’elle ne faisait aucun geste violent ou dangereux, elle baissa légèrement son arme et se contenta d’articuler un 'Il semblerait que je dérange…’, indifférent mais plein de sous-entendus, presque moqueur d'ailleurs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Ven 24 Mai - 22:51

The orchids

J'étais dans une longue et pathétique séance de méditation afin de m'inciter au plus grand sentiment de paix jamais connu quand une jeune femme se jeta contre moi. Elle dut sûrement pour me prendre pour un mur ou autre, car elle recula en grommelant quelques mots que je ne compris pas le sens, et il me sembla qu'elle cligna des yeux afin de mieux voir juste avant de se mettre brusquement en position de combat, mais de manière défensive. Tout cela en quelques secondes à peine. Force m'était d'admettre qu'elle était plutôt rapide, qui qu'elle puisse être. Et assez jolie, aussi. Enfin, il fallait aimer les femmes pâles aux longs cheveux et aux insignes sanglants sur le corps, bien entendu. Grâce à mon statue de Orchids, je pus la reconnaitre tout de suite sans avoir jamais eu affaire à elle. Spring Flaw, nouvelle recrue des Tulips, tueuse à gage venue ici dans le but de se faire discrète - du moins cette dernière information était une rumeur qui circulait à son sujet, comme le fait qu'elle signait ses meurtres par une croix chrétienne scarifiée dans la peau de sa main.

Grâce au groupe auquel j'appartenais, je pouvais savoir le vie presque entière d'un personnage sans jamais à avoir besoin de le rencontrer, me renseigner sur lui très facilement, les autres élèves ayant généralement confiance aux Orchids qui préparaient toujours trois ou quatre coups d'avance. En effet, lorsqu'on jouait une partie avec elles, elles l'avaient déjà terminée dans leur tête et passaient à la suivante. J'imaginais que c'était tout un art. Et que je devrais bientôt savoir l'utiliser, étant donner que je suis à présent une Orchids moi aussi. J'allais devoir me montrer à la hauteur de leurs espérances et ne pas les décevoir. Je devais donc faire quelques progrès car, j'avais beau être assez intelligente, je croyais ne pas avoir encore l'esprit fourbe et vicieux nécessaire à toute Orchids qui se respecte.

La jeune femme, Spring en l'occurrence, m'énervait sérieusement. Elle avait osé m'interrompre alors que j'étais en pleine concentration pour me calmer. La fureur qui bouillait toujours en moi revint, plus féroce que tout à l'heure. Ses lames enflammées me frôlèrent la peau une nouvelle fois et je ressentis encore leurs brûlures froides et cruelles, qui me donnaient envie de me plier en deux. Cependant, je n'étais pas seule. Je ne pouvais - je ne devais pas surtout - me montrer dans un tel instant de faiblesse devant une Tulips. Certes, elle faisait partie des Black Roses et moi, mais ça n'allait pas plus loin. En sa présence, je ne me sentais pas bien. Son regard faussement dangereux réveillait ma colère, me donnant le désir de répandre la farine au sol une deuxième fois.

« En effet, tu déranges. »


_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Sam 25 Mai - 15:26

The Tulips

Des cheveux bruns, des yeux sombres aussi vides que les siens, et une expression indéfinissable, boudeuse dirait-on. La jeune fille qui se tenait en face de la tueuse lui était inconnue. Ou du moins, il lui sembla l’avoir entr’aperçu dans le groupe des Orchids, mais elle n’en était pas sûre. Les paroles agacées de l’inconnue lui firent plisser les yeux. Sans savoir pourquoi, elle n’aimait pas cette jeune femme. Spring agissait souvent par instinct, et cette fois, celui-ci lui soufflait que le feeling n’allait pas passer entre elles. Enfin, elle se redressa pour regarder de la tête au pied cette petite orgueilleuse qui lui avait répondu ainsi. L’expression de Spring était parfaitement indifférente. Elle ne voulait qu’aucune émotion ne puisse filtrer entre ses traits, pour ne pas déclencher une tension supplémentaire.

- Et à qui ai-je l’honneur ?

Calme, du calme, il fallait du calme, beaucoup de calme. Cette rencontre avait donné envie à la tueuse de provoquer une bagarre, sans qu’elle ait aucun argument valable. La jeune femme n’avait fait que répondre à ce qu’elle lui avait dit, alors pourquoi vouloir se battre. Parce que c’est ce qu’elle voulait, voilà tout. Elle voulait du sang, qu’elle n’avait pas vu depuis longtemps, et il n’y avait aucune raison à apporter.

L’air poussiéreux du moulin emplissait ses poumons, mais elle était concentrée sur son interlocutrice, qui, elle non plus, n’était pas très expressive. On aurait presque put les comparer à deux poupées, sans vie ni émotions. Elles restaient immobiles à s’observer, ce qui rendait l’atmosphère presque palpable. Maintenant que ses yeux étaient faits à l’obscurité, Spring put observer plus à son aise celle à qui elle parlait. Grande, fine mais musclée, doté d’un charme certain et discret, propre au Orchids. Oui, en vérité, c’était une belle jeune femme, c’était indéniable. D’un mouvement un peu brusque, Spring enleva la poussière qui collait à sa robe mauve légère, parfaite autant pour les combats au corps à corps que pour la fuite. Enfin, il ne fallait pas penser à cela, elle n’allait pas partir tout de suite.

En regardant autour d’elle, la jeune femme remarqua que le sol était en fait de la terre meuble mêlé à quelques brins de pailles, et qu’elles étaient entourées de sac de farine, véritables petits matelas poudreux, troués pour certains. Quelques rayon de soleil filtraient paresseusement, illuminant différents endroits de la pièce, qui se ressemblaient tous. Se tournant vers celle contre qui elle avait butée, elle la dévisagea encore une fois.




Dernière édition par Spring Flaw le Sam 25 Mai - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Sam 25 Mai - 17:07

The orchids

Spring plissa des yeux, ce qui me donna comme une folle envie de lever les yeux au ciel, pour apercevoir le plafond usé du moulin ainsi que quelques toiles d'araignées dans les coins sûrement. Mais bien entendu, je ne le fis pas. On m'avait appris que les Orchids étaient des Ladys, alors je devais me comporter comme telle. Même si j'en avais pas l'habitude, j'allais devoir à exécuter divers sourires aussi faux les uns que les autres, à rire des plaisanteries les moins drôles et à être capable d'embobiner n'importe qui, qu'importe soit son rang dans cette ville. Cela ne m'enchantait pas vraiment, mais je devais le faire, c'était tout bonnement indispensable si je voulais être une bonne Orchids digne de ce nom. Pour autant, je n'allais pas commencer à m'entraîner à ce jeu malsain ici, alors que la jeune femme en face de moi était réputée pour sa rare violence. En quête de rédemption ici ? Je n'y croyais même pas une seule seconde. Dans son regard, ce n'était pas la douleur qui le voulait vide, juste un stratège afin de mieux tuer ses victimes. Les personnes comme elle, je les évitais en général car cela se finissait bien trop mal. Je m’exercerai à faire des sourires plus tard, lorsque je serais seule. Je n'osai imaginer le résultat si je me plantais en public. En attendant, je sortis quelques paroles froides

« L'honneur n'a rien avoir avec la personnalité de ceux qu'on rencontre, Spring. »


Une manière discrète de montrer mon savoir et mon discernement. De mettre en avant les disponibilités des Orchids, toujours avec un coup d'avance. Que j'étais pour l'instant supérieure à elle. En quelque sorte, c'était un défi, défi que je n'étais pas vraiment sûre de gagner. D'après mes informations sur elle, je la savais intelligente, digne de rentrer  dans le groupe des Orchids. Ce qui me fit demander pourquoi elle ne l'avait pas fait. N'importe quelle Tulips m'auraient déjà sauté dessus pour mon manque de politesse. En effet, le ton que j'avais utilisé en avait été dénué, les paroles prononcées sonnant étrangement creux. Enfin bon, je devais bien avouer que j'étais assez heureuse qu'elle n'en fasse pas partie. Ainsi donc, nos " entrevues " seront aussi rares que possible et si on devait travailler en groupe, je n'aurais aucune chance de le faire avec elle. Alors finalement, quoi que soient ses raisons je les remerciais chaudement.

Un silence se fit quelques instants, sans que l'une ni l'autre ne veuillent répondre, durant lequel la jeune femme me sembla mal à l'aise sous l'effet d'une étrange colère elle aussi. Nous étions toutes les deux plongées dans nos pensées sans nous interrompre, le son muet retentissant dans nos oreilles. Personnellement, il agissait sur moi comme une sorte de calmant, me faisant oublier ma haine pendant quelques instants libérateurs. L'avais-je faite disparue pour la reste de cette journée ? Non, je ne croyais pas. Cela était bien trop beau, bien trop parfait pour être vrai. Et de toute façon, je doutais sérieusement pouvoir être totalement en paix avec cette personne à mes côtés. Elle me dérangeait comme personne ne m'avait dérangée de cette façon. Même les remarques de la fillette blonde que j'avais tué me semblèrent sur le moment plus douces, moins cruelles, que son regard observateur sur moi.

Soudainement, la jeune femme eut un mouvement sans délicatesse, presque violent, afin d'enlever la poussière sur la robe qu'elle portait. En faisant ce geste si brutalement, sa cascade de cheveux blonds et bouclés eut un petit sursaut, comme si elle avait peur de sa propre propriétaire. Ce qui n'avait, à mon avis, strictement rien d'étonnant. Rien que ce petit événement montrait que sous son manière qui se voulait froide elle était quelqu'un de colérique. En pensant cela, je voulus me mettre une gifle à moi-même. J'étais presque identique, et j'osais la critiquer. Moi aussi j'avais une façon d'être qui pouvait sembler froide au premier abord alors qu'un souffle furieux et mortel m'habitait. De plus, je ne devrais pas ainsi juger sans savoir. Pourtant, je savais des choses sur elle. Alors, n'étais je pas en droit de l'observer et de la critiquer ? Non, bien sur que non. Je ne la connaissais que par des rumeurs à son sujet, il aurait été cruel de ma part de continuer de me comporter comme cela. Seulement, quand je la regardais, ma haine se rallumait toujours, flambant d'une nouvelle source dont je ne connaissais l'origine. J'étais prise au piège.

_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.


Dernière édition par Alexandra Calendea le Lun 17 Juin - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Sam 25 Mai - 23:06

The Tulips

Lorsqu’elle entendit l’inconnue l’appeler par son prénom, Spring la regarda durement, et se jura de lui faire ravaler ses paroles. De quel droit se permettait-elle de lui parler ainsi ? Elle meurtrière essayait de ne pas s’emporter face au ton que son interlocutrice avait employé, et maintenant celle ci se permettait de lui répondre ainsi ? Si elle connaissait son prénom, cela voulait dire qu’elle savait également que la tueuse faisait partie des Tulips. Et ce n’est pas forcement une bonne idée d’énerver une Tulip. Portant sa main à sa ceinture de couteaux, la jeune femme dit d’un ton à la fois assez calme et mal contrôlé.

- Une phrase qui ne peut sortir que de la bouche d’une Orchid. Tu sembles me connaitre, contrairement à moi qui t’ai juste aperçu.

D’ordinaire, à l’approche d’un affrontement, elle parvenait à rester de marbre, mais le fait de refreiner ses pulsions l’avait un peu… Comment dire… Mise sur les nerfs. Elle se tue un instant, ses sourcils se plissèrent. On sentait toute la tension que les deux jeunes femmes avaient entre elles. Orchid, Tulip, même si elle faisait partit des Black Roses, elles n’étaient pas faites pour s’entendre.

- Je dois tout de même remarquer que tu n’as pas répondu à ma question.

Une Orchid n’avait jamais le cran de venir chercher des noises elle-même. C’était toujours les autres qui venaient leur taper dessus. Spring n’allait pas s’en plaindre, mais il fallait un peu les pousser, les mettre à cran, les exciter pour que la bagarre soit plus palpitante. Enfin, on faisait ce qu’on pouvait, et surtout quand on avait le temps. En l’occurrence, la jeune femme n’était pas pressée, et n’avait pas envie de gâcher tout de suite son plaisir. Le chat jouait déjà avec la sourit. Il se retenait de toutes ses forces, et dans moins d’une seconde, le sang salirait les sacs de farine.

En observant tout de même son interlocutrice, Spring eut le sentiment extrêmement désagréable que celle-ci la connaissait très bien, qu’elle pouvait prévoir ces mouvements, qu’elle savait où elle attaquerait. Fichues Orchids. Elles savent vraiment tout sur tout, elles se fondent partout, récoltent des informations petit bout par petit bout et, une fois devant leur ennemies, les achèvent sans même lever leurs petits doigts, connaissant d’avance les points faibles de leurs opposant. Poltronnes va ! Même pas capable d’attaquer quelqu’un de face, à froid, prête à recevoir et donner des coups. Certes, elle-même était obligée de prévoir à l’avance un meurtre, d’étudier la victime avant de l’achever par derrière. Mais on parlait d’assassination ! Pour tuer, on attendait une semaine, un mois parfois, mais pas plus ! Et le meilleur moment, c’était l’attaque ! Mais comment pouvait-on ronger son frein pendant plusieurs mois, récoltant des anecdotes au compte goutte, sans jamais, ou presque, passer à l’action ? Incompréhensible, ou du moins, impossible.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Dim 26 Mai - 14:10

The orchids

Mon triste piège se refermait toujours un peu plus sur moi, et j'avais comme l'impression de sentir ses barreaux brûlants, telles les flammes de la haine. Ils étaient similaires, tous les deux : ils essayaient de me mettre hors de moi. Mais j'étais plus forte et plus calme qu'il y avait sept ans. J'avais grandi, j'avais évolué. J'étais capable de me maîtriser. Ainsi donc, j'eus un souffle un peu plus retenu que d'ordinaire, et les oreilles les plus douces auraient très bien pu voir que je m'efforçais de ne pas déborder, que je m'inclinais - ou du moins j'essayais - à la plus grande des paix. J'avais trouvé une petite solution, simple et sotte, mais qui marchait. Je ne regardais plus ses yeux si horripilants, fixant l'espace vide que formait sa peau entre ses deux sourcils. Elle croyait et avait l'impression que je scrutais son regard, mais ce n'en était nullement le cas. Une manière simple de ne pas provoquer un peu plus ma fureur intérieure.

Elle mit alors la main sur sa ceinture où trônait de nombreux couteaux dans un geste agressif et défensif à la fois, et je dus me concentrer pour ne pas broncher et rester comme je l'étais, droite et fière, sans peur. Les paroles qui franchirent ses mots me firent comprendre qu'elle n'était pas aussi stupide qu'elle en avait l'air et que les rumeurs avaient une part de vérité. La prochaine, je ferais entièrement confiance à mes sources. Ses fins sourcils clairs se froncèrent, et je sus à ce moment qu'elle me détestait autant que j'éprouvais ce sentiment d'aversion pour elle. Ce n'était pas vraiment de la haine comme celle que j'avais ressenti envers la petite fille blonde. Plutôt une émotion de contraire, comme les énergies positives et négatives. Certaines personnes sont nées en étant aimer de tout le monde, d'autre sont détestées par tous. J'imaginais qu'on était tous différent, avec nos faiblesses et nos points forts.

« Ta question a de nombreuses facettes, toutes plus différentes les unes que les autres. »

Savoir qui j'étais était donc si important à ses yeux ? À quoi lui servirait-il de connaitre l'identité de quelqu'un que l'on apprécie pas, si ce n'est qu'il nous répugne ? À rien, tout simplement. Pourtant, elle posait la question, et cherchait, d'une manière qui me semblait désespérée, la réponse. Et bien, il fallait croire que savoir qui sont ses ennemis est important. Pourquoi ne m'en étais-je pas doutée plus tôt ? C'était bien vrai, si les Orchids avait un si grand réseau de communication, ce n'était pas pour servir les mouches. Non, il devait bien servir à quelque chose, et en voici son utilité. Je me sentais un peu bête de ne pas y avoir penser immédiatement. En remuant ses paroles de stratège, les mots d'un grand sage de la guerre un peu philosophe me vinrent à l'esprit. " Garde tes amis près de toi et tes ennemis encore plus. " Ou quelque chose qui voulait dire la même chose. Cependant, il était hors de question dans mon cas que je l'approche un peu plus que nos mauvais sentiments à l'égard de l'une et l'autre le permettait.

La voix de la jeune femme qui me faisait face n'était pas particulièrement joviale, si ce n'était qu'elle était totalement froide. Un peu à son image, j'imaginais. Sans sentiments, sans émotions. Une petite coquille vide dans laquelle le moindre des bruits, même le plus infime, résonnerait, se répétant contre les parois de glace à l'infini. Sentence cruelle, sûrement. Comment pouvait-on ressentir le monde sans avis propre, personnel ? Je croyais que c'était de façon neutre, mais si cela se trouvait, j'étais loin d'avoir la bonne réponse à ma propre question. Elle voulait savoir qui j'étais, je ne le savais pas, je voulais savoir comment elle voyait le monde, je ne le savais pas non plus. Nous étions un peu toutes les deux à se poser des questions l'une sur l'autre, sans qu'aucunes ne veuillent répondre. Et au final, nous restions dans notre propre ignorance, bien trop fière pour se soumettre aux exigences de chacune.

_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Dim 26 Mai - 16:41

The Tulips

Sont interlocutrice ne voulait pas lui répondre. Dès qu’elle ouvrait la bouche, c’était pour prononcer des phrases inutiles, dénuées de sens, qui n’avait pour autre effet que d’agacer la Tulip. Spring avait envie de connaitre le nom de la jeune femme aux cheveux bruns car elle n’aimait pas avoir affaire à des inconnus. Elle voulait au moins savoir à qui elle parlait, mettre un nom et un prénom sur le visage qu’elle avait en face d’elle. En l’occurrence, les paroles de l’Orchid ne faisaient que l’énerver encore plus, et c’est à peine si elle les écoutait. Un nom, donnez-moi un nom.

- Dévoiler son nom est donc quelque chose de si difficile ?

Et cette idiote qui restait plantée là, sans rien dire, à déballer des idioties. Portant ses mains hors d’atteinte de sa ceinture, Spring s’avança de quelque pas vers l’inconnue, se rapprochant dangereusement d’elle. Elles faisaient la même taille, aussi Spring n’eut-elle pas à baisser le regard vers cette Orchid qui l’énervait tant. Maintenant, elle avait vraiment envie de lui faire ravaler ses paroles, aussi calmes soient-elles.

D’un geste, la tueuse écarta une mèche rebelle qui avait osé se déposer devant ses yeux et lui gêner la vue, et se demanda ce qu’elle pourrait dire à son interlocutrice qui pourrait révéler tout le mépris qu’elle avait pour elle. En même temps elle attendait que celle-ci lui réponde, récitant sans doute des vers et citations inutiles. C’était une Orchid après tout, on ne pouvait pas s’attendre à autre chose.

Autour d’elles, l’air semblait commencer à se rafraichir, mais le soleil restait inlassablement à la même place, ces rayons foudroyant des endroits choisis au hasard. Il n’y avait pas une trace de vent dans le moulin, et l’air chargé de particules farineuses entrait dans les bronches et donnait envie de tousser. Cela rendit l’amazone encore plus énervée, mais étrangement, son visage restait aussi neutre que celui de l’inconnue face à elle. C’était assez étrange pour elle de voir une femme aux yeux aussi vide qu’elle. Agaçant également. Aucune ne semblait vouloir parler, et si l’ambiance n’était pas aussi tendue, on aurait pu rapidement s’ennuyer.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Dim 26 Mai - 18:33

The orchids

Le monde était triste. Triste et beau. Même les évènements les plus cruels avaient au fond une petite parcelle de beauté, quelque chose d'époustouflant qui nous émerveillait par son exotisme ou au contraire, sa simplicité. Chaque être refoule d'une manière plus ou moins évidente la splendeur qu'il y a en lui. Nos comportements sont tous des facteurs du malheurs, nous empêchant de voir l'univers comme il devrait être vu. D'une façon globale, effaçant discrètement ses petits défauts pour ne laisser paraître que les plus ravissants côtés de la vie. J'avais toujours admiré les gens qui arrivaient, ne serait-ce qu'un petit peu, à observer le monde cette façon. Pour eux, tout devait leur sourire, tout le monde devait les aimer. Ils étaient remarquables, point serein et noble parmi l'océan de personnes comme moi. Ils étaient des artistes, gracieux et délicats, qui peignent le monde à leur façon. Ils n'hésitent pas à changer les détails qui enlaidissent leurs tableaux, modifiant la pauvre réalité pour la rendre radieuse.

La jeune femme en face de moi était un peu comme moi : perdue dans sa propre douleur, à chercher sans trouver. Peut-être essayait-elle de découvrir la cachette du bonheur éternel, peut-être pas. La joie était-elle vraiment un but à atteindre dans la vie ? C'était évident à mes yeux. Non, non. Nous pouvions vivre sans être nécessairement heureux. Mais c'était moins gratifiant, plus pénible. La vie vaut-elle la peine d'être vécue lorsque nous la vivons dans le malheurs, la peine et le désespoir ? Il ne se passait alors rien de bien gai, on s'ennuyait dans notre déchirement et notre désenchantement de ce que nous pouvons connaître. Nous nous noyons lamentablement dans notre déprime, affecté et maussade, méprisant les gens qui eux, ont réussi.

Elle fit un ou deux pas, mais ce fut largement suffisant pour se rapprocher de moi. Ses yeux étaient plantés dans les miens, mais je continuais pourtant de regarder la partie vide entre ses deux sourcils bien dessinés avec obstination. Le silence ne se brisait pas, son muet qio m'avait accompagnée de si nombreuse fois. Qu'etais-je sans lui ? J'avais comme l'impression que ma vie se fondait autour de lui, roi siégeant sur son trône d'un air satisfaisant et suffisant. Sa chaise dorée aux reliures brillantes et parfaites. Je l'appréciais plus que tout chose sur cette Terre. Il était un peu mon jardin secret dans lequel je me plongeais entièrement dès qu'une quelque chose me contrariait un tant soi peu, fuyant ainsi la réalité. Je l'aimais pour cela, c'était mon havre de paix, celui à qui je pouvais confier ma colère les yeux fermés, sachant qu'il ne me trahirait pas et m'apaisera plutôt. Il était comme mon seul ami, seul en qui je puisse placer ma confiance sans crainte et sans peur des déceptions. Il était une évidence que la voie que j'empruntais bien souvent était la voie de la solitude, mais ça ne me gênait pas. J'avais mon ami à mes côtés.

Mais j'étais la seule au moulin à aimer le silence, dirait-on. En effet, la brute en face de moi brisa ma douce pensée, et remit en place ses cheveux fous d'un geste brutal, sans délicatesse. Elle n'était pas de ces artistes ou de ces peintres, elle aussi. Une nouvelle fois, la ressemblance entre nous me sembla incroyable. Quels tourments avait-elle connu ? Quelles horreurs avait-elle commise ? J'étais bien cruelle de juger ainsi, sans raison ni savoir. La connaissance est la clé de tout. Mon regard était toujours fixe lorsque je me décidai à parler.

« Alexandra. »


_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Dim 26 Mai - 20:34

The Tulips

Ca y est, elle connaissait son nom. Un sourire qui ne prévoyait rien de bon s’afficha sur le visage de la tueuse. Elle prit une voix doucereuse et, dans un murmure, s’approcha encore plus de son interlocutrice et dit

- Et bien, Alexandra…

D’un geste rapide, elle leva le bras, son poing fermé, et administra un violent coup de poing en plein dans l’estomac de la jeune femme. En sentant le contact de la chair contre sa main, Spring sentit son sourire s’agrandir encore plus, et termina sa phrase tranquillement.

- Ca s’est pour te faire regretter de m’avoir prise pour une imbécile.

Quand elle utilisait ses couteaux, ou qu’elle entrait dans une bagarre, Spring avait parfois tendance à changer de comportement. Elle pouvait aussi bien rester de marbre que partir dans un grand rire démonique, tout dépendait du contexte. En l’occurrence, son sourire affichait de la satisfaction, dévoilant de belles dents blanche comme l’ivoire. Elle s’était tellement retenu que le coup était presque parti tout seul, mais ce n’était pas pour lui déplaire. Elle avait une force tout à fait respectable pour une femme, elle pouvait même rivaliser avec les hommes. Toujours est-il qu’elle cherchait déjà un autre endroit pour taper, et elle visait la tête. Elle avait tellement envie de voir du sang sur ce mignon petit visage.

La tueuse hésitait à utiliser ces couteaux. Elle pouvait tout finir en une seconde, ou du moins le croyait-elle, mais dans ce cas, ce ne serait pas drôle. Et puis, elle ne détestait pas ce contact privilégié avec les gens qu’elle frappait. Cette sorte de douleur au poing qu’elle ressentait quand elle tapait, mais qui n’était rien comparé à ce que la victime ressentait, et parfois ce petit râle de douleur qu’il émettait. Tout pour la rendre heureuse. Ou du moins, satisfaite. Le bonheur est une chose qu’elle n’avait plus envie de connaitre. Ca faisait trop mal quand ça s’arrêtait. Les gens qui croyaient au bonheur éternel étaient tous des idiots. Et puis, il peut être remplacé par d’autres sentiments. La satisfaction ou l’amusement par exemple.

Bref, toujours est-il que la belle prenait plaisir à scruter les moindres recoins du corps d’Alexandra, choisissant méticuleusement le prochain point à taper, pour qu’il fasse le plus mal possible.



_________________


Dernière édition par Spring Flaw le Mar 28 Mai - 16:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Mar 28 Mai - 16:25

The orchids

Le soleil. Quel astre étrange, ne brillant que lorsqu'il le veut, faisant son capricieux tandis que la pluie tombe et qu'il ne désire pas se laisser faire. Il est spécial, un peu fou peut-être, mais un être à part entière à mes yeux. Quand il luit à travers les nuages, sa douce lumière ne se répand que par intermittence, nous donnant un peu d'ombre parfois afin de nous rafraichir un peu pour pouvoir adorer de nouveau sa chaleur qui m'était inconnue. Son cycle est en même temps régulier et irrégulier, changeant en fonction des saisons et des autres facteurs météorologiques. Je l'aimais bien, lui et ses manières inconstantes, ses façons que ses raies lumineux ont de briller pour s'effacer la nuit tombée. Lui et sa réconfortante flamme que je ne pouvais ressentir, le seul feu que j'étais capable de connaître étant celui de la haine à présent. Je le regrettais un peu. Mais lorsque cela arrivait, je me reprenais et je continuais de vivre ma vie. J'avais mérité les tourments qui me tombaient dessus. Tout était de ma faute. Maintenant, je devais juste assumer mes bien tristes actes.

La jeune femme se rapprocha un peu plus de moi, et par ce mouvement, ses cheveux ondulèrent dans son dos. La voix qu'elle prit alors était une petite voix, douce et désagréablement amère. Elle ne me semblait pas du tout honnête tandis qu'elle me susurrait ces quelques mots qu'elle ponctua d'un coup dans le ventre. J'avais mal, son coup était brutal et sans délicatesse, mais je restais de marbre. Je ne m'étais pas tendue, sachant que j'encaissais mieux les coups lorsque je me laissais faire. Ses doigts repliés pour former un poing destructeur me firent vraiment mal, mais ils ne me firent pas plier en deux. À vrai dire, je restai impassible, muette et silencieuse, armée de mon regard vide.. Spring termina sa phrase, un grand sourire dénudant ses dents plaqué sur ses minces lèvres. Non, elle n'était pas du tout honnête. Mais cela ne gênait pas. Étais-je moi-même sans cesse honnête ? Non, pas toujours. Et je le serais de moins en moins au fils des années passées dans les Orchids. Les choses étaient telles quelles, et une nouvelle fois, ça ne me dérangeait pas. Le cours de la vie ne sera jamais emmêlé par ma faute, car je le respectais vraiment. Même si il m'avait fait de nombreuses mauvaises farces, mais c'était aussi de ma faute parce que j'avais fait des choix des plus misérables. Je m'étais laissée distraite par mes sentiments.

« Je n'ai jamais dit de telles choses. »


Il était bien sot d'entendre des mots que je n'avais jamais prononcer. Peut-être entendait-elle des voix ? Ou alors, elle avait simplement une trop grande fierté et elle s'était emportée par son orgueil démesuré, comme je l'avais fait avec la petite fille blonde. Je n'avais réussi à faire abstraction ses insultes ; elle en était morte. Les peintres, oui ces artistes si doux et si beaux. Comment vivaient-ils leur vie ? Comme tout le monde, en traversant des hauts et des bas ? Ou en étant perdu dans leur propre optimiste éternel ? Ils étaient courageux, vraiment. Effacer les erreurs du monde... Maintenant que j'y songeais une deuxième fois, cela me semblait bien stupide. L'univers est tel qu'il est. Pourquoi tenter de le changer ? Un monde sans imperfections est-il un monde ? Cela devait être affreux de n'avoir rien à arranger, rien à corriger, à rendre plus beau, justement. Était-il possible qu'un jour la vie soit parfaite, et que l'on y naisse sans défauts ? Ennuyant. Oui, ennuyant. J'essayais sans cesse de rattraper mes erreurs et de les corriger. Alors si je ne pouvais le faire, qu'aurais-je d'autre à faire pour m'occuper ?


_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Mer 29 Mai - 20:24

The Tulips

Alexandra n’avait pas bougé en recevant le coup. Pas même un centimètre. Elle n’avait pas ouvert grand les yeux, saisis son estomac en ouvrant la bouche pour tenter de récupérer l’air échappé des poumons. Rien de tout ça, c’est à peine si elle avait expulsé l’air de ses bronches et cligné des yeux. Non, elle avait simplement encaissé comme si elle avait l’habitude de recevoir ce genre de traitement et avait seulement répondu

- Je n'ai jamais dit de telles choses.

Si Spring fut quelque peu déstabilisé par la réaction de la jeune femme, elle ne le montra pas, car elle s’était douté qu’Alexandra n’allait pas répondre violemment. C’était une Orchid après tout. Ce qui l’avait surprise, c’est que la brune avait à peine réagi suite à son coup. Il semblait même qu’elle avait à peine eut besoin de reprendre son souffle, qui manquait cruellement après un coup direct dans l’estomac. Cela fit réfléchir l’amazone, qui se dit qu’il fallait sans doute faire un minimum attention à cette jeune femme qui ne semblait même pas remarquer qu’on l’ai tapé. Admirative ? Peut-être.

- Je ne pense pas que tu veuilles jouer à ça avec moi. Depuis le début, tu prends des airs supérieurs, tu réponds comme si tu étais une princesse qui ne parle qu’à ceux qui le méritent… Ravale ton orgueil, ça ne marche pas avec moi.

Et comme pour appuyer son affirmation, elle envoya son poing une nouvelle fois vers la jeune brune, mais en bien plus fort. La main fermée était dirigée en direction de la mâchoire cette fois, le coup était rapide, la tueuse tendit son bras pour le détendre une seconde plus tard et le ramener le long de son corps. Qui était donc cette Orchid, qui semblait avoir l’habitude d’encaisser sans rien dire ? Avait-elle l’habitude des coups, et marques, des blessures ? Peut-être, peut-être pas. Toujours est-il qu’elle agaçait Spring autant que la tueuse l’agaçait, sans doute. Si elle pouvait simplement fermer cette bouche d’où sortait des paroles auquel l’amazone ne faisait même plus attention, ce serait parfait. Mais la brune était une Orchid. On ne pouvait pas attendre grand-chose d’elle. Enfin, c’était un cliché, tout était possible, mais il ne fallait pas être surpris si elle évitait la bagarre au maximum.

Spring réprima un soupir excédé, et se dit que la jeune femme était bien inintéressante. Il lui était déjà arrivé de se battre avec une personne qu’elle ne supportait pas, et de la quitter en souriant après une bonne bataille, presque réconciliée. Même si cela ne lui était presque jamais arrivé, cela c’était déjà passé, mais il semblerait qu’il ne soit pas de même avec la brune. Elles n’avaient pas la même façon de penser. Spring agissait au premier plan, c’est elle qui tuait, blessait, elle ne s’en cachait pas et aimait ça. Pourquoi marquait-elle ses victimes d’une croix après les avoir tué ? Pour qu’on sache que c’était elle, et personne d’autres qui les avait assassinés. Les Orchids, elles, agissaient dans l’ombre, se servaient des autres, mentaient. Deux avis contradictoires sur comment résoudre un conflit, deux groupes, jamais elles ne pourraient s’unir, leurs vision étaient trop différente… Un conflit éternel.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Jeu 30 Mai - 18:47

The orchids

Et si le soleil est un roi, qu'est alors la Lune ? Une reine blanche ou blonde, sculptural rond argenté dans l'océan béant de bleu marine qu'est la nuit. J'avais beau aimer le soleil, elle était ma préférée. Elle ne se laisse voir que lorsqu'elle le désire, se drapant dans de somptueux nuages pour se cacher à notre vue, bien trop hautaine pour se dévoiler. Elle était si belle lorsque je l'admirais, impossible à déloger de son long manteau scintillant. Elle était radieuse et un peu sotte aussi, à rester ainsi dans le ciel en se laissant divaguer. Mais nous aussi, les humains rêvions de pouvoir la toucher, l'effleurer de nos doigts ingrats. Nous rêvions de poser nos pieds indignes sur cette douce terre venue de l'espace. Nous étions tout aussi idiots qu'elle, à rêvasser ainsi sans lendemain. Je ne pensais pas que quiconque puisse un jour fouler la Lune. Ça serait profaner cette lumineuse beauté si inaccessible. Et lorsque le délit sera commis, nous saurions tout ou presque d'elle. Et que nous restera-t-il à rêver ? Rien. Alors pourquoi donc briser nos songes de cette manière ? N'était-il pas plus convenant de rester sur notre Terre à nous et de juste contempler la Reine en silence ? Était-ce trop difficile ?

Mais je dus stopper mes pensées lorsque je vis que la jeune femme en face de moi avait encore du mouvement. Ce furent d'abord ses lèvres qui remuèrent, formant des mots que je n'écoutai qu'à moitié. Puis je vis son bras s'élever une deuxième fois. Intérieurement, je soupir ai d'exaspération. Quel manque de délicatesse. Ne savait elle que frapper pour récupérer les morceaux de son arrogance dispersé ? Lorsque le coup vint, je fus toujours détendue, même si je laissai ma tête accompagner le mouvement agressif de Spring. Tandis que son poing se refermait, ma tête reprenait calmement sa place. Une nouvelle fois, mon regard trouva son point de mire : l'espace entre les deux sourcils de sa peau nue et claire. Les choses étaient répétitives et il me semblait qu'elles se rejouaient dans une pièce de théâtre bien lassante. Ça m'attristait et ça m'amusait en même temps, ne sachant pas vraiment si je devais en rire ou en pleurer.

Le moulin dégageait comme une odeur poussiéreuse où se mêlait des effluves de pourriture plus ou moins récente. Il y avait cependant une petite senteur assez étouffée qui dégageait quelque chose d'exotique et d'étranger à ma connaissance. Était-ce simplement le parfum de la farine fraîchement moulue bien que cette dernière ne soit plus présente en apparence ? L'arôme avait comme un petit goût âcre dissimulé, tel une ombre souhaitant se cacher parmi le jour. Elle ne pouvait réussir sa tâche, mais elle ne pouvait pas non plus se résoudre à l'abandonner ainsi sans se battre. J'aimais donc cette ambiance qui me semblait saturer au courage. Qualité que je ne possédais pas mais que je savais toutefois apprécier. Et je ressentais comme l'impression que la jeune femme en face de moi avait ce trait de caractère, elle. Cependant, quand elle m'envoya un deuxième coup, je pris cela pour de l'obstination. Malgré que la douleur soit bien plus oppressante cette fois-ci et que le poing reprit sa place rapidement, comme s'il n'avait rien fait, je n'eus aucune réaction si ce n'était de suivre le prolongement du mouvement de Spring en l'accompagnant d'un mouvement de tête. Ceci fait, je me mis de nouveau à contempler sa peau nue entre ses sourcils.

C'était un peu lassant, un peu ennuyant. Le monde tournait et on ne pouvait l'arrêter dans sa course folle sans prononcer une sentence mortelle pour nous-même. Et qui serait assez stupide pour se condamner tout seul « comme un grand » ? Personne. Ou du moins, personne d'équilibré. De plus, nous n'étions autorisé à le faire, sinon bien des gens auraient essayé, et auraient peut-être réussi. Mais au final, nous obéissions tous à nos besoins primaires, à nos instincts enfouis parfois. Nous n'étions les maîtres que des créatures plus faibles que nous, profitant de notre supériorité. Mais en aucun cas nous arrivions à surpasser notre propre personne. C'était un piège, douloureux mais amusant, dans lequel nous nous faisions prendre sans cesse.

« Crois-tu cela ? »


_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 23

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Lun 10 Juin - 18:00

The Tulips

Alexandra semblait vraiment vouloir se faire tuer. Elle semblait vouloir à tout prix se confronter à Spring, recevoir des coups et fanfaronner comme un paon. Cependant, cela n’empêcha pas la jeune tueuse de se rendre compte que la violence ne marchait pas avec cette fille-là. Elle ne semblait pas savoir ce que était la douleur, ou bien peut être aimait-elle se faire taper dessus… Enfin, toujours est-il que l’amazone se sentait sur le point de s’énerver pour de bon, à flanquer par terre la belle brune et à la ruer de coups de couteaux jusqu’à ce que son sang vienne éclabousser sa robe. Presque aussitôt, au prix d’un violent effort et d’une brusque inspiration pour se calmer, ses traits fins ainsi que ses muscles se détendirent, et elle se contenta de regarder Alexandra, sans trop savoir que faire.

Ce n’était plus amusant maintenant. Toutes les Orchids étaient-elles donc toutes si ennuyeuses ? En l’occurrence, c’était plutôt Spring qui avait l’air d’ennuyer l’Orchid. Les deux jeunes femmes se firent face, l’ambiance électrique sembla se détendre, et le silence se fit. L’amazone avait décidé de ne plus taper la brune. Cela ne servait à rien, puisque l’autre n’avait aucune réaction. Elle se prit à détester cette jeune femme qui possédait un caractère si similaire au sien. La violence en moins sans doute. Maintenant parfaitement calmée, la tueuse retrouva son masque indifférent si semblable à celle de son interlocutrice, et décida tout de même de lui répondre.

- Je crois… Que j’ai envie de te tuer.

C’était son côté franc qui avait parlé. Elle n’avait pas répondu à la question de la jeune fille, mais avait bel et bien exprimé ce qu’elle pensait depuis qu’elle avait rencontré l’Orchid. Ce n’était pas une menace, non, juste la retranscription vocale de ce qui la démangeait.

- Mais pas tout de suite.

Elle jugea qu’elle n’avait plus rien à dire. Taper n’avait plus grand intérêt, et il n’y avait plus rien pour s’amuser. D’un coup, elle tourna les talons, et s’éloigna d’un pas lent. Si la jeune fille voulait ajouter quelque chose, elle était tout ouï, mais elle douta que la brune ai même fait attention à ce qu’elle avait dit. Tant pis. Qu’on la juge ridicule ou non, elle n’en avait strictement rien à faire.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexandra Calendea
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   Jeu 13 Juin - 17:33

The orchids

J'avais déjà rencontré des personnes avec qui je ne pouvais pas m'entendre de manière correcte. Des personnes qui étaient similaires à Spring. Le monde n'était pas entière rose, ni totalement noir non plus. Peut-être qu'il possédait un juste équilibre quelque part, et que ce milieu exact était la clé du bonheur. Peut-être que si un jour je réussirais à le trouver, peut-être qu'alors je me sentirais mieux. Peut-être qu'un jour, j'accepterais le tragique épisode que représente ma vie entière. Un jour viendra où tout cela sera réalisable. Un jour. Mais pas pour ces instants-là. Bien plus tard. Bien plus loin. Bien entendu, ce n'était qu'une impression à l'époque. Juste une envie dissimulée par des instincts primaires qui me dictaient la méfiance. En faite, il en avait toujours été ainsi. Aussi loin que je pouvais me souvenir, j'avais toujours été sujette à la paranoïa. Cette douce folie qui nous dit de ne faire confiance à personne, même pas à notre propre personne. Cette tranquille fureur qui nous fait croire que tout le monde est contre nous. Que l'univers entier se dresse contre nous.

C'était une jeune femme violente, certes, mais c'était une jeune femme tout de même. Elle avait le droit à la vie, au même droit que moi. Elle souhaitait mettre fin à mes jours, et il en était de même pour moi à son égard. On éprouvait des sentiments qui se ressemblaient, qui se côtoyaient sans cesse. On ressentait des émotions toujours plus brûlantes et venimeuses, qui nous entraînaient traîtreusement dans une pente glissante dangereuse et mortelle. Parfois, on la prenait en toute connaissance de cause. Parfois, on en oubliait ses effets indésirables. Enfin, ils étaient non désirés pour moi. Mais pour elle ? Si cela se trouvait, elle aimait la brûlure glacée de ses langues de feu que je trouvais si terrifiante. En faite, ce point nous différenciait tellement. Elle était l'incarnation de la violence et du courage, ne luttant pas contre ses émotions, préférant les afficher. Alors que moi, j'étais la petite faible qui essayait désespérément de contrôler ma colère, de renier ce que je ressentais. Une estime pour Spring s'alluma dans mon coeur, petite flamme vacillante et incertaine, éclairant difficilement les ténèbres dans lesquels je me noyais. 

Et ce fut peut-être à cause de ça que je la détestai un peu plus. J'étais jalouse d'elle, de ces manière brutales, je l'enviais, elle et son comportement brusque. D'ailleurs, elle finit par partir, un mine ennuyée sur le visage. Son pas était sûr, certain. Elle s'en allait la tête haute. La jeune femme était grandiose ainsi. On aurait pu transformer cet instant en un merveilleux tableau, la lumière filtrant doucement à travers les volets de bois, la farine déposée sur le sol maculant son passage d'une trainée immaculée. Dans ma tête, je lui dis au revoir. Silencieusement, je lui fis un dernier adieu honorifique. Ses cheveux voletaient gracieusement dans les airs, accompagnant ses foulées d'un simple balancement régulier. Quand la reverrai-je ? Étrangement, malgré le respect que j'avais à son égard, j'espérais ne plus la recroiser.



_________________

Srinpgounette ; mon Acroyable. ♥️




Ma couleur est en #5F04B4.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: { Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }   

Revenir en haut Aller en bas
 

{ Terminé. } Une Ennemie Violente. { Spring. }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Amie, ennemie...[Victoire+Marianne] - [terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Whiteriver Town :: Le moulin-