PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Raphael Jefferson


Messages : 89
Date d'inscription : 24/05/2012

MessageSujet: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Dim 27 Mai - 12:28

dead


« Today everybody hate me. »


Le soleil n'était pas encore levé quand le jeune homme sorti bien péniblement de son lit. Qu'avait-il fait au bon dieu pour qu'il ne le laisse pas finir tranquillement sa nuit dans les bras chaleureux de sa tendre et douce couverture ? D'accord il n'avait pas fait le ménage dans sa piaule qu'il ne partageait pas, où était donc le problème ?
C'est avec ce genre de question que Raphael se prenait la tête dès le matin, ou plutôt dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne. Le jeune homme était bien poétique dans ses pensés. Il fouilla un peu partout pour trouver un pantalon en toile beige qu'il enfila, il l'accompagna d'un t-shirt simple brun. Raph' mit ses bottes, prit sa veste et sortit de sa chambre pour se diriger vers l'extérieur. A cette heure là la cantine n'était pas encore ouverte, il grignotera quelque chose vite fait avant d'aller en cours. Quand il poussa les portes du pensionnat il vit que le soleil pointait seulement le bout de son nez. Décidément, matinale il ne l'était pas. Il voulu retourner se coucher quand il se souvint du pourquoi il s'était réveillé, ce qui lui servait de volet était cassé... La lumière passait donc à travers et son lit était orienté face à la fenêtre.
Raphael chassa ses réflexions sur le volet de sa tête et se dirigea vers la prairie. A l'ombre d'un arbre il pourrait surement finir sa nuit en paix. Après tout qui était assez taré pour se lever de si bonne heure ? Même les poules ne le faisaient pas c'est pour dire ! Le jeune homme choisit tranquillement son arbre, étendit sa veste -rosée oblige, et s'allongea dessus. L'adolescent rejoignit bien vite les bras de Morphée.

Les secondes défilèrent, puis les minutes, puis les heures. Mais ça Raphael ne le savait pas. Lui était toujours sur son cheval en pleine balade, au milieu du pensionnat avec une bouteille alcoolisé en guise de fusil. Il allait d'ailleurs tirer sur un inconnu qui devait lui taper sur le système quand il ouvrit les yeux. Le soleil avait bougé, la chaleur était montée, une petite brise ébouriffa encore plus ses cheveux mais ça encore il s'en foutait. Le temps défilait, il s'en doutait, l'heure qu'il était, il s'en balançait. Tout ce qui l'importait pour le moment c'était de trouver qui est-ce qui l'épiait. Parce que oui quelqu'un était là, et ça ça ne lui plaisait absolument pas ! Et être à moitié dans les vapes ne l'aidait pas non plus... La présence de cette personne l'empêchait de dormir, oui Raphael aimait dormir, tout le monde c'était donné le mot pour l'empêcher de dormir aujourd'hui !

Raph' se releva et s'appuya contre l'arbre qu'il avait choisit pour finir sa nuit. Il ouvra la bouche pour en laisser un son rauque y sortir.

"-Oui ?"


Dernière édition par Raphael Jefferson le Jeu 31 Mai - 19:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Dim 27 Mai - 19:47

Chef des the Orchids

Mary-Jane comme tous les matins s'était levé la première, elle sorti du sommeil avec douceur ses Orchids, pour qu'aucune ne soit en retard en cours. En effet, Mary-J. tenait tout particulièrement aux bons résultats scolaire de son groupe en preuve d'un engagement et d'une intelligence bien présents. Ainsi, ses livres sous le bras notre jeune leader se rendit en cours. A la fin des cours, Mary-Jane se dirigea vers les écuries. Là, elle retrouva sa jument, Midwest, un cheval de grande taille, élancé, élégant. Sa robe était baie, son poil court et égal. Mary-Jane la brossa avec soin, lui parlant, Midwest était comme son égal, sa partenaire, elle était indispensable et irremplaçable. Une fois la crinière blonde parfaitement égaliser avec un petit coup de ciseaux, Mary-Jane commença à la sceller.

Toutes les deux partirent en balade vers la prairie, une fois arrivé, les deux demoiselles partirent au galop. Traversant la prairie de coquelicot de part en part, Mary-J. pouvait sentir le vent passer dans ses cheveux, le souffle effréné de sa jument, les battements de son coeur. Mary-jane tapota l'encolure de Midwest, lui adressant des mots doux, ses mots qu'elle n'a que pour sa jument et pour les membres de son groupe. Mary-J. eu une pensée pour ses dernières, elle descendit de Midwest et commença à ramasser un bouquet de coqueliquos, ce bouquet ornerait à merveille le dortoir des Orchids, Mary-Jane tentait de toujours laisser des fleurs dans cette pièce dégarnie, avait besoin d'une touche de féminité et de raffinement. Mary-J. ne lâcha pas les rennes de Midwest, puis s'approcha des arbres où poussait des violettes splendides qui seraient la touche finale de cette composition florale. Mais ce fut une autre surprise qu'elle cueilli sous cette arbre. Le silence c'était installé, seule le vent rafraichissait l'air avec douceur. C'était un homme, et Mary-Jane savait très bien qui il était. Un White Flat, comment n'aurait-elle pas pu le savoir, en tant que chef des Orchids, Mary-J. se devait de connaître tout le monde dont ses ennemis. Les White Flat s'étaient peut-être appelés pacifistes, par le simple fait de ne pas cautionné la guerre du pensionnat de Whiteriver Town, toutefois leurs méthodes ne valaient pas mieux que celles des autres. Mary-Jane les méprisait un peu, mais restait sur ses gardes, ils n'étaient pas des ennemis négligeable malgré tout. Tout en suivant cette réflexion Mary-J. continuait de l'observer, il semblait rêvé. Puis repris conscience avant que la jeune femme n'ai prit sa décision, retrouvant ses bonnes habitudes, Mary-jane reprit son regard froid et décida d'être tout simplement polie.

Oui ?

Bonjour, tu as bien dormi ?


_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Mer 2 Jan - 23:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Raphael Jefferson


Messages : 89
Date d'inscription : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Lun 28 Mai - 18:16

dead


« So I will do the Same »


Sa vue devenait précise, il pu donc discerner un bouquet, un jument, et une fille tenant le tout. Une blonde qui plus est, elle avait les cheveux court, les yeux bleus et portait une robe noire, et sa tête ne lui était pas inconnue. Il avait dû la croiser à Whiteriver Town. Non. Ce n'était pas assez précis, elle semblait avoir le même âge que lui, peut-être que c'était au pensionnat que le jeune homme l'avait déjà vu. Elle avait un regard froid, perçant. La demoiselle devait être du genre à haïr les hommes. Une Blacks Roses. Ce n'était certainement pas une White Flat, sinon il s'en souviendrait, quoique il avait déjà oublié la tête de sa chef une fois donc bon... Mais celle-là avait plutôt l'air soigné et intelligente. Raphael la classa dans les Orchids.

Après cette brève réflexion le jeune homme se souvint qu'elle lui avait posé une question, pour le moins troublante. Depuis quand une inconnue lui demandait s'il avait bien dormi ? Raph' décida de rester poli également et de ne pas chercher à comprendre le pourquoi du comment juste à répondre.

"-Si on enlève le fait que ma piaule est de piètre qualité, oui j'ai bien dormi."

L'adolescent se releva, car oui il était toujours vautré contre son arbre. Une fois face à elle, il s'aperçu qu'il faisait bien une bonne tête de plus qu'elle. En même temps ce n'était pas difficile, il était déjà grand de nature.

En levant légèrement la tête le jeune homme vit que le soleil avait plus que tourné. D'un air dépité mélangé à de l'indifférence il prit la parole.

"-Dis-moi, tu seras peut-être capable de m'aider là dessus. Quelle heure est-il ?"

Le jeune homme se doutait qu'il avait fait l'école buissonnière mais il voulait en avoir la certitude. Savoir s'il devait préparer une excuse plus ou moins plausible ou non. Il n'aimait pas particulièrement devoir s'excuser. C'était une marque de faiblesse. Ils lui répétaient tous que les excuses à par au chef, c'est une marque de faiblesse. Et encore quand on a une chef, s'excuser n'est pas utile. Raphael était légèrement macho sur les bords, et il ne s'en cachait pas. Mais ce n'est pas vraiment pour la même raison que la plupart des hommes. Et voilà, il s'était encore éloigné dans ses pensés les plus profondes. Les gens allaient le prendre pour un fou s'il continuait.

Heureusement qu'il arrivait à être attentif tout en étant dans ses pensés, sinon il aurait dû gentillement demandé à la demoiselle de répéter. Ce qui prouverait un manque de respect dont il se passerait bien si il avait vu juste. Ne jamais énerver une demoiselle, surtout quand elle a un clan qui la soutien.


Dernière édition par Raphael Jefferson le Jeu 31 Mai - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Mar 29 Mai - 16:49

Chef des the Orchids

Mary-jane était forte amusée par cette rencontre inopinée, dans ce bouquet, la jeune femme avait rassemblé de nombreuses fleurs de pavot, qui auraient une utilités dans l'évènement que les Black Roses préparaient dans le plus grand secret. Mary-Jane Kins et Marilyn Brandon avaient fait une alliance et seules les membres des Black Roses détenaient ce secret. Quand on pense que c'est ce petit homme encore endormis qui peaufinera leur plan. C'est une chose assez comique, il avait tout l'air d'un fainéant, et ses capacités semblaient douteuses. Toutefois il semblait poli, il au quand même l'obligeance de répondre à Mary-J.

Si on enlève le fait que ma piaule est de piètre qualité, oui j'ai bien dormi.

Mary-Jane était alors pleine de méprit, tous les bâtiments étaient les même, et même si ils étaient quelque peu abîmés par le temps et usés par l'âge, ils représentaient cependant un toit et un abri. Le jeune White Flat était bien précieux pour un cowboy, peut-être un fils de bourgeois. Mary-J. détestait les hommes et ce dernier n'arrangeait pas vraiment sa pathologie. Il ne s'était même pas encore levé pour la saluer, une petite maladresse que Mary-Jane, la chef des Orchids, une femme de bonne famille, avec une éducation singulière, ne manquait pas de remarquer.

Dis-moi, tu seras peut-être capable de m'aider là dessus. Quelle heure est-il ?

Mary-jane était exaspéré, il n'avait pas non plus les rudiments de la physique, il faut croire que les cours ne devaient pas beaucoup l'intéresser. Cet homme n'était même pas capable de lire l'heure à partir de la position du soleil. Mary-J. n'avait pas de montre, ces petits bijoux étaient des choses très précieuses, la seule que la demoiselle possédait, était un souvenir de sa mère, elle avait donc prit le soin de la ranger dans un coin de sa chambre chez sa grand-mère en ville. Utilisant la méthode traditionnelle pour déchiffrer les méandre du temps, Mary-jane en déduit qu'il était quinze heure trente-cinq. Mais, elle hésita un long moment à en informer le jeune homme. Puis dans un élan de bonté, céda.

Il est quinze heure trente-cinq, soit seize heure moins vingt-cinq.

Peut-être avait-il aussi des lacunes dans la compréhension des heures, Mary-J. lui donna donc deux formulations différente pour aider ce faible esprit isolé de tout repères spacio-temporel. Enfin, le jeune White Flat se décida à se lever, Mary-Jane serra un peu plus sa prise sur les rennes de Midwest, ce dernier comprenait son anxiété. L'homme faisait bien une tête de plus que Mary-J. Cette dernière n'était pas rassuré, cependant son statut de White Flat pouvait le rendre inoffensif, mais ce serait une erreur de penser ainsi. Ils peuvent aussi être violent, mais ils n'ont juste aucune envie de participer à la guerre, leur acte sont donc dénués de but ou tout simplement dans l'optique d'une paix utopique.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Mer 2 Jan - 23:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Raphael Jefferson


Messages : 89
Date d'inscription : 24/05/2012

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Jeu 31 Mai - 19:45

dead


« Or I will think to me. »


La jeune femme qui était face à lui avait la voix claire, le ton était quelque peu pressant ? non exaspéré plutôt ou voir même un tantinet hautain.

"-Il est quinze heure trente-cinq, soit seize heure moins vingt-cinq."

Raphael voyait à son visage que la demoiselle n'était pas enchanté de lui parler. Après tout, il lui avait quand même demandé l'heure alors qu'il n'y avait rien de plus facile que de la déchiffrer. Il ajouterait même que le soleil se coucherait deux minutes plus tard que la veille. Mais allons bon, rien ne servait de sortir sa science quand il cherchait juste à discuter, non à combler le vide plutôt. Au réveil, il n'avait pas la locution d'un génie.

Il ne possédait pas les bonnes manière de la demoiselle, mais il n'en était pas dénué pour autant. Si bien qu'il recula d'un pas. La jeune fille paraissait effrayée. Cela se distinguait facilement, elle s'était rapproché de l'encolure de son cheval, serrait un peu plus la corde qui y était fixée etc. Raph' ne cherchait pas à l'effrayer loin de là. Après tout taper sur une fille ne lui apportait aucun intérêt, surtout quand la fille en question pourrait lui être utile dans la vie voir même dans un futur proche.

En réfléchissant deux minutes il s'aperçu qu'il ne s'était pas présenté. Non pas par manque de politesse mais par réveille précipité. Ne dit-on pas couramment, mieux vos tard que jamais ? Et bien l'occasion de l'appliquer était encore une fois de mise. Il s'approcha donc de la demoiselle, et lui baisa la main.

"-Raphael Jefferson pour vous servir !"

Le jeune homme ne reniait pas les bonnes manières, elles lui avaient sauvé plus d'une fois la vie. -Il avouerait tout de même volontiers qu'il se serait contenté de moins que ça en temps normal. Même si ses poings et sa ruse l'en avait davantage fait.

Le jeune homme commençait à sentir la faim arriver. Rien n'était plus compréhensible, il n'avait pas manger depuis une vingtaine d'heure environ. Un homme qui ne se nourrit pas est un homme mort. C'était peut-être quelque peu exagéré tout de même ! Mais ce n'en était pas moins vrai. Il prit de cours son estomac et prit la parole.

"-Désolé de devoir te faire ainsi faux-bond, mais le devoir m'appelle. A une prochaine blondinette."

Raphael se retourna, lui fit un signe d'au-revoir et partit en direction du centre-ville pour y trouver un petit bar où il pourrait se nourrir convenablement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Ven 1 Juin - 12:58

Chef des the Orchids

Mary-Jane était toujours impressionné par la taille du jeune homme, une vague de peur l'envahissait, mais malgré tout, Mary-J. le cachait par son visage froid et inexpressif, du moins pour le moment. Quand le jeune White Flat ce rucala d'un pas, Mary-Jane apprécia le geste, et l'en gracia d'un sourire poli. Les rennes de Midwest de relâchèrent et ce dernier paru plus confiant. Le jeune homme prit la main de la demoiselle, avec délicatesse, il fit bien attention à ne pas toucher le dos de sa main avec ses lèvres, ce que la chef des Orchids ne manqua pas de remarqué. Ce jeune cowboy n'était peut-être pas aussi mal élevé qu'il en avait l'air, il avait quelques notions, mais malheureusement, on voyait bien que ce n'était pas naturel. Il se forçait, et ne semblait pas prendre plaisir à ces politesses, voir même les détester. Mary-Jane était un peu triste de son constat, encore un qui ne comprenait pas l'importance des bonnes manières. Elles pouvaient s'avérer utiles, mais ça il l'avait comprit, puisqu'il tentait toutefois de faire un effort de style en se présentant.

Raphael Jefferson pour vous servir !

Mary-Jane Kins, mais ça vous le savez déjà n'est-ce pas ?

Mary-J. avait bien prit la peine de le vouvoyez pour mettre des distances entre eux, il ne fallait pas qu'il oubli qu'il s'adressait à une chef, ce qui inclue une hiérarchie. Mais quand Raphael prit de nouveau la parole il semblait qu'il n'avait pas porté attention à ce détail.

Désolé de devoir te faire ainsi faux-bond, mais le devoir m'appelle. A une prochaine blondinette.

"Blondinette" ?! Le regard de Mary-Jane se fit sévère et couroucé. Comment osait-il s'adresser à elle avec autant de familiarité ?! Mais pour qui se prenait-il ?! Il n'était qu'un homme, un White Flat ?! Bon vent !! Mary-Jane l'observa partir à pied vers le centre ville. Mary-J. était énervé et se sentait provoqué. Elle n'avait qu'une idée en tête se venger. Mais Mary-Jane n'était pas violente, et savait parfaitement que la vengeance était un plat qui se mange froid, une chose est certaine la chef des Orchids n'oublierait jamais Raphael Jefferson. Mary-Jane remonta sur sa selle avec classe et distinction, puis, elle fit marcher Midwest au trot, mais pas n'importe quel trot, un trot dansé, élégant et harmonieux. Mary-Jane dépasse le jeune homme puis prit de la vitesse vers le centre ville, il était tard et l'heure du dîner c'était vite approché. La chef des Orchids passe chercher un vase dans une boutique, et enfin se dirigea vers la cantine de Joe, le seul restaurant du pensionnat, il y avait bien le saloon, mais il n'y avait aucun doute que c'était le meilleur.

Bonjour Joe ! Comment vas-tu ? Aurais-tu un peu d'eau pour mon bouquet de fleurs, s'il te plait ?

Joe lui apporta avec le sourire, puis elle prit une table en y déposant son bouquet. Au comptoir Mary-jane commanda un repas simple, juste de quoi ne pas mourir de faim.



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]   Aujourd'hui à 7:50

Revenir en haut Aller en bas
 

Qui a dit qu'on pouvait se reposer ? [PV MJ Kins]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Rien de tel pour se reposer qu'une petite pause sur une île ~
» Une musique pour reposer l'âme... |libre|
» Il fut un temps où 69 n'était qu'un simple nombre et où l'on pouvait manger une banane sans arrière pensée.
» Repose en paix Mireille.
» Jean Racine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Le pensionnat :: La prairie-