PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Sam 29 Juin - 19:25

dead

Je sais pas trop ce que j'ai en ce moment, mais dès que je fais quelque chose, je le fais mal, en y mettant mille et une bourdes non prévues qui font - forcément - tout foirer. Alors j'ai un pas vraiment le moral, cherchant toujours à me faire pardonner de 'mes incalculables bêtises qui commencent à m'énerver. Pourtant, d'habitude je ne suis pas comme ça. Où est passé mon soin léger et  peu attentif, mais qui me permet toujours de tout faire correctement ?  Même si je n'ai jamais rechigner quand on me donnait du boulot à exécuter, là je pourrais jamais le faire étant donné que personne ne m'en donne plus. Ils ont dû se faire passer le message entre eux. Je suis sûr que certains se sont même moqués !

Rageusement, je tape d'un bon coup de pied une chose non-identifiée au sol. Ahah ! Bien fait pour tes fesses, le truc qui ressemble à rien ! Ça t'apprendra à rester en travers de mon chemin ! Crains moi, oui, aies peur de moi sale chose puante ! Tremble devant ma puissance phénoménale, qui risque de te pulvériser ! J'espère pour ta peau que tu ne croiseras plus jamais ma vilaine tête, ou tu le payera de ta vie ! Et je n'aurais aucune pitié pour toi, petite chose étrange ! Parce que tu me fais pas peur ! Ne t'avise plus jam...

Je me stoppe brusquement, horrifié. J'ai pas rêvé. J'ai bien parlé à une ordure qui traîne par terre, seule et abandonnée de tous ? En plus, je ne sais même pas exactement ce que c'est... Je manque de m'étouffer tout seul, en devenant rouge de gêne. Un bref regard circulaire m'informe que personne ne scrute comme une bête curieuse, et que j'ai du seulement parler dans ma tête, à moi-même. Enfin, c'est quand même inquiétant ! Je crois que je couve une petite maladie moi. Pourtant, à part mes accès de folie et de maladresse, je ne me sens pas si bizarre que ça. Toujours est-il que je quitte la rue dans laquelle je suis rapidement, encore honteux de ma conversation intérieure avec un objet inanimé.

Je marche d'un pas pressé, toujours sur le qui-vive. J'ai l'impression de sentir des yeux qui m'observent sur ma nuque. J'ai l'impression d'être suivi. Je rentre ma tête entre mes épaules, comme une tortue rentrerait dans sa carapace pour se protéger. Sauf qu'elle, elle peut se protéger entièrement, ne laissant plus que cette dure coquille à l'air libre. Alors que moi, je suis toujours avec mes bras et mes jambes qui pendent autour de moi, prenant part à ma marche angoissée. Hop, une ruelle de traverser. Hop une deuxième. Et en voilà une troisième. Et sans que je m'en rende compte, me voici dans un grand jardin joliment coloré. Ces dernières sont vives et jeunes, luisantes d'une lumière vivifiante. Je regarde autour de moi, l'air perdu... C'est quoi cet endroit digne d'un compte pour enfant ?

_________________


Ma couleur est en #01DF01.



Dernière édition par Reiner Kirschtein le Sam 22 Mar - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Mar 30 Juil - 18:45

Chef des the Orchids

Comme tous les samedis matins, la chef des Orchids avait une rendez-vous prévu à l'aurore. Le soleil ne s'était pas encore parfaitement levé que la Lady était assise sur le banc, ce banc si symbolique pour toutes les Orchids. Fait de bois et de clous, il était le lien entre les informations de l'extérieures et de l'intérieur. La guerre du pensionnat n'avait pas de frontières, mais comment à l'intérieur pouvait-on connaitre les avancés de l'extérieur quand on était aussi studieuse que les Orchids. Le plus surprenant dans cette histoire c'est qu'encore personne ne s'était posé cette question pourtant si essentielle. D'où  les Orchids tenaient-elles toutes leurs informations ?! La pluspart des étudiants les voyaient comme un réseau d'espionnage, ce n'était pas tout à fait faux, mais pas non plus aussi poussé. En réalité il s'agissait juste d'avoir les bonnes relations aux bons endroits pour se faire une place dans cette mine d'informations.

Les fleurs n'étaient pas encore écloses, le soleil vint caressé les pétales des marguerites qui parsemaient la pelouse du jardin du pensionnat. Le voile soyeux d'une robe rouge vint effleurer le chemin de poussière, puis s'arrêta de vant le banc. La sulfureuse venait de s'asseoir aux côtés de la chef des Orchids. Quelques mots discrets se firent entendre suivit de quelques rire de convenance qui étaient toutefois sincère. Les deux jeunes femmes entretenaient une relation toute particulière dut à leur histoire. Betty était une ancienne Orchids qui avait toujours répondu présent quand le besoin du clan l'exigeait. Ses derniers temps les dortoirs ayant brulé, les rencontres se firent plus régulières e rapprochées. La fille de joie avait la majorité de ses informations du chef des Rifle Bullets, qui était plutôt bavard sur l'oreiller.

La conversation s'attarda sur un nouveau Rifle Bullets, pas le plus confiant, et certainement un des plus facile à séduire pour une Orchids. Mais il fallait toutefois se méfier de l'eau qui dort. Mary-Jane aurait bien délégué la tâche de trouver plus d'informations à une de ses Orchids, toutefois, elle avait comme un pressentiment et préférait faire ce travail d'elle-même. C'est avec une mission en tête que Mary-Jane passa la journée avec Edward, le shérif qui n'était autre que son compagnon officiel du moment. Peu d'informations lui firent donnés par cet homme qui lui semblait tristement inutile ses derniers temps.

La fin d'après-midi approchait, Mary-Jane se dirigea vers le jardin fleuri, les fleurs l'inspirait beaucoup, elle cueillit une rose puis caressait de ses doigts les pétales veloutées. la jeune Lady méditait une façon de se rapprocher du jeune inconnu sans développer de soupçons. Il fallait aussi avouer que dans un sens, s'occuper d'un Rifle revenait à empiéter sur le terrain des Tulips. Ces dernières ayant pour mission de s'en occupé elles-mêmes. Après tout dans l'idée, les Tulips et les Rifle Bullets s'auto-détruiraient et les Orchids n'auraient plus qu'à s'occuper des Flick Knifes. Seulement ses derniers temps, Mary-Jane avançait bien avec sa cible : Matthiew F. Field. Mais le temps était aussi une arme qu'il fallait savoir gérer. La chef des Orchids laissait le temps à Field d'ingérer les informations et la séduction à son égard.

Le destin eu raison de ses réflexions, Reiner apparut soudain à l'entré du jardin. Il semblait perdu, complètement à l'Ouest le pauvre gamin. Mary-jane étouffa un petit rire à la vue de son expression. En effet, il ne semblait pas dangereux, mais ne baissons pas la garde trop vite.

Tu semble un peu perdu, t'es-tu égaré ?



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Mar 6 Aoû - 22:16

dead

Je suis encore ébahi  par les couleurs vives de ce lieu -  qui semblent se répéter dans ma tête en un feu d’artifice tout à fait ignoble qui me fait bien mal aux yeux et qui me donne le tournis – et j’ai comme l’impression que je le saurais aussi longtemps que je resterai ici. Une bonne raison de partir, n’est-ce pas ? C’est vrai, qui aime en voir de toutes les couleurs ? Oh, je viens de faire un jeu de mot. Pas le meilleur qui puisse être, mais bon. Je n’ai pas beaucoup d’entraînements, étant donné que je n’aime pas forcément les jeux de mots plus que ma vie. Au contraire même, je les trouve peut-être un peu trop ennuyant. Pourquoi les gens qui les aiment et les font, les inventent, éprouvent-ils le besoin de le faire ? Ne peuvent-ils pas se contenter de s’exprimer de façon normale ? Ah moins que ça soit ça, s’exprimer de façon normale, pour eux. Bah, peu m’importe, en réalité. J’imagine que nous avons tous un humour différent.

Mais dans tous les cas, je n’apprécie pas vraiment le fait d’être dans ce jardin beaucoup trop coloré. En plus de m’éblouir et de me donner mal à la tête, voilà qu’il m’étourdit et qu’il m’aveugle. Les rayons du soleil semblent venir se déposer droit dans ma rétine, me faisant un peu plus mal encore. Avre grincement de dents, je place ma main en visière sur mon front, afin d’essayer de voir quelque chose. Mais ma vision ne se réduit qu’à des vagues éclairs blancs et des couleurs luisantes toujours aussi détestables. Mon grincement s’accentue, provoquant un mouvement de ma mâchoire plus important. Raah ! La prochaine fois, je ferais attention à l’endroit où je vais, et j’éviterai de me perdre comme un boulet. Enfin, d’un côté, c’est bien ce que je suis, non ? Un gros boulet inutile.

Soudain, dans le lointain, dans un recoin de ce maudit regroupement de fleurs et de végétations en masse, retentit un rire cristallin et élégant, qui me rappelle une personne et qui me fait froid dans le dos. Une image fulgurante de ma mère s’impose à mon esprit, ses cheveux longs cheveux blonds voletant dans un vent qui n’existe pas en cet instant, et ses yeux bleus qui ont une lueur aux premiers abords chaleureuse… Alors qu’en fait, elle n’est que glace pure et froide. Puis, après le rire et cette sorte de flash, vient une voix sortie de nulle part, aussi gracieuse et délicate que le rire. Je fais un bond en arrière, en retenant un cri terrorisé bien qu’une plainte s’échappe de mes lèvres. Je me retourne, essayant de trouver la source provoquant mon agitation. Les frissons que j’ai me montrent que je ne vais pas vraiment aimer la suite.

Plissant mes genoux afin de bondir une nouvelle fois, mais cette fois pour sauter pour la personne qui rit et qui me demande si je ne suis pas perdu, je suis déstabiliser quand j’aperçois l’éclat bleuté de deux yeux féminins qui accompagnent un visage radieux quoique calculateur, et de cheveux blonds éclatants. Je manque de faire un arrêt cardiaque en reconnaissant – tant bien que mal, parce que ses cheveux lumineux ne m’aident pas à chasser la lumière du soleil qui m’agresse – la chef de ces… ces… ces… ces… Ces méchantes Orchids ! De ces serpents féminins ! De ces êtres ingrats et machiavéliques ! Un nouveau frisson s’empare de moi, uniquement dicté par le dégoût que j’éprouve.

« Qu’est-ce que tu veux ? »

_________________


Ma couleur est en #01DF01.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Sam 10 Aoû - 10:04

Chef des the Orchids

Mary-Jane portait un jolie chapeau de paille, tressé avec habilité. Ce chapeau la protégeait des rayons du soleil, et lui permettait de garder sa peau blanchâtre. Une Lady se doit d'avoir une peau pâle, signe de richesse et d'élégance. Le soleil dans cette contrée devenait ainsi plus supportable. Le jardin aux mille tintes flamboyantes était un refuge et sublimait sa beauté naturelle. Se montrer dans cet endroit était toujours une bonne chose pour une Orchids ou tout simplement une belle femme. La beauté est certainement la meilleure arme pour une femme qui ne sait pas se battre. Nous ne sommes pas pourvu d'une force physique égale à celle des hommes, mais l'intelligence et la beauté sont sans aucun doute les plus beaux présent qui ont pu nous être offert.

Cependant, la chef des Orchids fut des plus surprise de voir la réaction de Reiner face à sa beauté. En général, les hommes qu'elle rencontrait dans de telles conditions semblaient plus impressionné que dégouté, plus envouté que méfiant. Pourtant reiner semblait éprouvé une haine sans nom face à la chef des Orchids. Un instant, Mary-Jane eu même, une once de peur qui la traversa face à ce regard empli de violence. Un Rifle Bullets insensible à ses charmes est hors de contrôle. Mary-J. n'avait alors aucun moyen de prendre le dessus. L'inquiétude grandissait au plus profond de la jeune femme qui était un peu perdue. c'était la première fois qu'elle avait à faire à ce cas de figure. Mais s'enfuir devant lui, reviendrait à avouer la faiblesse de son clan et acclamer la puissance des Rifle Bullets et de son chef, le détestable Miller. Il fallait faire face coute que coute. Seulement cette fois la séduction n'était pas de mise. Il ne tomberait jamais sous les charmes de la Lady, mais peut être pourrait-elle en faire un simple ami. Une amitié où la raison et les affinités seraient plus forte que l'attirance physique.

Qu’est-ce que tu veux ?

De toute évidence, ce ne serait pas le chemin le plus facile mais rentrer en conflit était tout simplement trop dangereux pour la chef des Orchids. En cette période de crise et de cohabitation, être diminuer physiquement ou bien en convalescence à l'infirmerie serait beaucoup trop contraignant pour l'avancée du plan des Orchids. "Qu'et-ce que tu veux ?", oui, que voulait-elle vraiment en s'adressant à un homme aussi bru ?! Le séduire, ce n'était pas une réponse concevable pour son interlocuteur. Simplement discuter ? Un Rifle et une Orchids ont bien peu de choses à se dire... La question ne semblait pas si compliqué mais trouver une réponse qui ne froisse pas Reiner n'était pas chose facile. Mary-J. tenta donc le tout pour le tout, elle n'avait pas d'autre idée...

Ai-je besoin de vouloir quelque chose pour tenter d'aider une âme égarée à retrouver son chemin ?

Mary-Jane join un sourire timide à ses parole, elle ne voulait pas paraitre trop sur d'elle, et encore moins le prendre de haut, ce qui pourrait vexer le Rifle Bullets. La chef des Orchids se leva du banc pour s'approcher un peu plus de son interlocuteur. En effet, ce dernier semblait éblouit par le soleil et grimaçait, la main en visière pour voir quelque chose dans ce paysage coloré. Il faut croire qu'un Rifle n'est pas dans son élément dans ce jardin. En l'observant un peu plus, la jeune femme comprit bien vite que la luminosité du soleil diminuait Reiner. Un atout de taille, il n'était donc pas en mesure de se battre ou bien de tenter quoi que ce soit contre l'intégrité de sa personne. Il serait aisé à Mary-jane de lui échapper dans ce dédale de fleurs si leur conversation tournait mal. Convenant de ce fait, la Lady décida de reprendre le dessus comme à son habitude et de jouer un peu avec Reiner. Elle s'approcha un peu plus près et déposa sa main sur le côté du bras du Rifle, en lui jetant un regard inquiet.

Tout va bien ? Tu sembles en colère Reiner.

Le mettre en colère était peut-être la seule chose que Mary-jane allait obtenir mais elle avait envie de s'amuser un peu avec un Rifle affaiblit. Le fait de citer le nom de sa victime, sans jamais lui avoir demander avant était un rituel pour la chef des Orchids, une façon de faire comprendre qu'elle savait beaucoup de choses, plus encore que ce que peut penser sa proie.



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Mar 10 Sep - 19:29

dead

Je lui ai presque craché mon venin à la figure, je lui ai presque enseveli sous ma haine, je lui ai parfaitement démontrée que tout en elle me donne envie de vomir... Et pourtant, elle est là, avec son chapeau de paille qui recouvre sa peau si belle, blanche et délicate comme si elle était l'un des morceaux de la lune qui se serait décroché pour s’étaler et envelopper cette chair douce, pour la rendre aussi soyeuse et désirable. Oh oui, elle a une belle peau, c'est sûr. Mais que vaut une si ravissante peau, nacrée et lisse, face à la laideur qui habite son cœur ? Pas grand chose, pour sûr ! Rien de ce qu'elle peut faire peut ou a le pouvoir de lui faire expier ses crimes. Mentir comme ça, à tout le monde, se croire sans cesse supérieure en traitant les autres de façon incorrecte... Enfin, derrière les manières qu'elle se donne.

Au fond, elle est comme toutes les Orchids. Elle a beau être sûrement la plus belle, sûrement la plus intelligente et sûrement la plus délicieuse, tout ça n'est qu'une simple apparence. Parce que si elle est tout ça, elle est par la même occasion la plus venimeuse, la plus dangereuse et la plus détestable de toutes. Son sourire est pour moi une torture écœurante, tandis que ses cheveux blonds brillent au soleil, dévoilant les reflets de ses derniers sur sa crinière enchanteresse, me donnent envie de hurler. Ce sont les pires personnes que je n'ai jamais pu connaître. Ce sont les pires personnes que Dieu n'a pu jamais créé. Pourquoi existent-elles ? Non, enfin la bonne question serait plutôt : " Comment de telles personnes puissent-elles exister ? ". Mary-Jane peut-elle supporter le reflet que lui offre son miroir chaque jour ? Peut-elle se contempler sans vomir de dégoût ?

Non, non, non. Bien sûr que non. Elle, elle ne doit sûrement voir que sa beauté superficielle, sur sa peau parfaite, sur ses cheveux étincelants, sur ses mains aux longs doigts fins, sur ses yeux magnifiques, sur son physique parfait et frêle, qui donne envie de la prendre dans ses bras, de lui murmurer des doux mots dans le creux de son cou, qui lui viendraient comme des mots susurrés dans son oreille. Pour moi-même, je me secoue la tête, en passant par la même occasion une main dans les cheveux. Suis-je bête de penser à ça ! Qu'est-ce qui peut bien me prendre ? Je cligne deux fois des yeux, et mes doigts se replacèrent en visière pour me protéger de ce soleil qui tape toujours aussi fort, qui m'agresse toujours autant.

Son regard calculateur me semble s'attarder sur cette fameuse main qui tente d'éloigner les rayons de l'astre lumineux de mes rétines, et je comprends qu'elle évalue la situation. Qu'est-ce qu'elle est fourbe ! Puis elle a aussi cette mauvaise manie qu'ont les Orchids : toujours mettre le prénom de leur victime dans la conversation avec que leur proie se présente. Elles croient que ça les rendent supérieures. Elles ne font que se passer pour des petites fouineuses, oui ! En me retenant de cracher par terre, je fais un bond en arrière, tout en fronçant mes sourcils.

« Je vais très bien, Kins, alors ne t'approche pas de moi. »

J'ai comme une envie de faire un deuxième bond, juste pour marquer encore plus de distance entre nous. Pourtant, malgré cette pulsion, je ne peux pas. J'en ai bien l'intention pourtant, ce n'est pas la force de volonté qui m'en manque. Quoique... Sinon, pourquoi mes pieds ne voudraient pas bouger ? Pourquoi resteraient-ils ainsi ancrés dans le sol, sans pouvoir s'en détacher ? Pourquoi ma main voudrait-elle se lever pour aller tester la douceur de sa peau immaculée ? D'ailleurs, pourquoi est-elle déjà en train de le faire ? D'un geste rageur, je fais semblant d'avoir lever cette deuxième main dans l'unique but de remettre en place mes cheveux fous.


_________________


Ma couleur est en #01DF01.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Dim 6 Oct - 9:56

Chef des the Orchids

Mary-Jane avait réussit à l'énerver, une haine profonde se dégageait de Reiner. Cela en était presque terrifiant. Le soleil ne semblait plus le gêner autant qu'il y a quelques minutes, à croire que ses yeux se sont habitués à la luminosité perçante de l'astre céleste. L'inquiétude submergea la jeune femme. Orchids ou non, cet homme était dangereux, il n'était pas comme les autres. Pour l'instant pas de gestes brusques, juste un regard sanglant qui transperçait les yeux océans de la chef des Orchids. La rencontre d'un chien et d'un chat, pour l'instant, Reiner semblait en phase d'observation. Cette étape qui précédait l'attaque. Pourtant, Mary-Jane avait comme l'impression que peut importe ce qu'elle pouvait dire ou faire, Reiner était emplie d'une répulsion profonde. L'assurance de la lady était ébranlée, comment pouvait-on la regarder avec ce regard ? Comment pouvait-on la haïr aussi profondément ? Qu'avait-elle fait pour mériter un tel traitement ? Le traitement en cause dans cette affaire, n'était autre que la haine. Mary-J. ne comprenait décidément pas comment on pouvait la haïr sans la connaitre. Qui plus est, dans son esprit, la chef des Orchids était loin d'être détestable. Certes il lui arrivait d'avoir des plan machiavélique, de jouer avec les sentiments des hommes.

C'est alors que lui vint une pensée, elle se regarda de haut pour trouver les actes qui auraient pu la rendre détestable aux yeux de Reiner. Mary-J. était en couple officiellement avec Edward Junior Simsons, le shérif, pour des intérêts purement stratégiques, c'est un fait. Elle s'est laissé allée l'espace d'une heure dans les bras du chef des Flick Knifes, qui avait alors réussit à la séduire, pour le coup elle aviat été faible ce jour là, laissant une victoire au chef des Flick Knifes. Toutefois, la jeune femme avait trouver un moyen de se venger et de rétablir son honneur. Finalement, dans tous les cas, elle ne voyait pas vraiment ce qui pouvait lui valoir cette haine de la part e Reiner. A la rigueur, un peu de suspicion, de méprit léger mais pas plus. Une pointe de curiosité l'anima à nouveau, le problème du Rifle Bullets, ce n'était pas les actes de Mary-Jane, cela devait être autre chose. Avait-il un problème avec les ravissante jeunes femmes ? Préférait-il les moches sous prétexte qu'elles ne peuvent pas user de leur beauté pour tromper les hommes ? Si c'était vraiment ça, Reiner en avait beaucoup à apprendre chez les femmes. Même les plus moches, avaient des stratégies pour attirer la sympathie des hommes, à commencer par leur faire pitié, et devenir une bonne amie.
Soudain, Reiner prononça des mots, une formulation blessante, que la chef des Orchids n'avait encore jamais entendue, tout du moins elle n'en avait jamais été la destinataire.

Je vais très bien, Kins, alors ne t'approche pas de moi.

"Kins", nan mais pour qui il se prend celui-là ?! A la rigueur, "Miss Kins", "Mademoiselle Kins" mais "Kins" ?! Quel toupet ! La lady en était tout émoustillée, cette fois, elle n'avait plus peur elle était en colère. Et puis qu'avait-il donc à craindre d'elle ? Qu'elle s'approche ou non cela ne changera rien, c'était une Orchids même de loin elle pourrait l'atteindre. Reiner la confondrait-il avec une Tulips ?! Bien entendue, pour ses dernières, le seul moyen de nuire est l'attaque physique directe. Mary-Jane eu un rictus, ses sourcils se rapprochèrent. Son sourire fut étouffé par un regard sévère et hautain. Toutefois elle n'eu pas le temps de se facher plus que cela. Reiner venait de bouger, il attaquait ?! Mary-Jane fut surprise, sa colère était passé en un fragment de seconde en peur. Elle eu un petit mouvement de recul, une racine entrava son talon gauche, dans un mouvement rapide, le jupon de sa robe vola légèrement. Le sol était plus près, les fesses douloureuses, la chef des Orchids venait de tomber, assise sur le sol. La jupe retroussée jusqu'au genoux, la douleur se lisait sur son visage.

Mary-Jane avait presque honte de la situation, elle était à la merci de Reiner, un Rifle Bullets qui la détestait, que pouvait-elle bien faire ? La douleur dans le bas de son dos, était violente. Il fallait dire que la jeune Orchids ne tombait pas souvent. La rose qu'elle avait à la main quelques instant plus tôt était écrasé sur le sol, sous sa paume. Quand elle regarda sa mains, les épines de la rose c'étaient enfoncées dans sa chair. quelques gouttes de sang perlèrent. Mary-J. n'était pas dégouté par sa blessure, ni choqué. C'était avant tout une fille de ferme, elle avait l'habitude des petites blessures. Doucement, toujours à terre, elle commença à retirer avec une précision chirurgicale, les épines de sa mains. La chef des Orchids avait complètement oublié Reiner, sa mains la captivait, elle devait vite retirer cette imperfection douloureuse.  


_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Dim 17 Nov - 4:48

dead

Je vois dans le regard de cette horrible personne que ma haine à son égard n'est pas comprise. Je le vois à la lueur surprise qui les habitent pendant qu'elle se met sûrement à penser à de nouveaux plans diaboliques foireux et dérangeants. Quand arrêtera-t-elle de toujours faire ses plans machiavéliques, ses plans écœurants, ses plans dégoûtants ? Y a-t-il un seul jour sans sa vie où elle n'était mas en train de réfléchir comme elle est probablement de le faire ? À réfléchir à un moyen de mettre hors jeu son adversaire de la façon la plus mesquine, la plus hautaine possible ? Comment peut-elle supporter cette manière d'être ? N'en a-t-elle pas marre de toujours être plongée dans ses pensées mauvaises et sournoises ? Comment ? Oui comme t fait-elle ? Comment font elles, même ?  Cela doit être ignoble, oh oui, ignoblement ignoble, de vouloir constamment la sortie de la personne en face de soi, dans l'unique but d'être la seule à gouverner.

D'ailleurs, quand elles auront éliminer les Flicks, les Riffle et les Tulips, que feront elles ? Elles seront bêtes, bêtes et seules à ne pas savoir quoi faire, perdues dans un monde ou en elles n'ont plus personne à mette hors jeu, plus personne à éliminer, à exterminer même. Qu'est-ce qu'elles feront, quand elles auront gagné ? Je crois qu'elles se retourneront les unes contre les autres, parce qu'elles sont toutes plus avides de pouvoir, il n'y en a aucune pour en rapporter les autres. Elles s'oublient dans leur quête indigne de pouvoir, si bien qu'elles finiront pas ne même plus savoir qui sont leurs alliés. C'est ce qui va arriver, j'en suis sûr. C'est tellement évident, tellement clair. Les choses ne peuvent se dérouler que comme moi. Avec les Orchids qui s'entretuent les unes avec les autres, personne ne sachant qui est réellement qui, se préoccupant juste d'avoir assez d'informations sur elles pour les expulser de leur danse malsaine, de leur jeu débile.

Ce fichu soleil me ramène encore une fois sur terre, sur terre que je partage avec de tels montres. Le regard de la chef des Orchids est bouillonnant, et ainsi, elle a ses yeux qui se mettent à briller plus fort, miroitant de milles feux, comme pris d'une volonté propre. Sa  peau me parait encore plus douce, sous les rayons de l'astre qui me parait briller plus délicatement afin de souligner les charmes de la jeune femme. Je reste bouche bée quelques instants en la contemplant, droite et si fière dans sa robe qui lui va à ravir, ses cheveux blonds encadrant son visage telle une auréole. Une auréole qu'elle ne possède pas et ne possèdera jamais ! Voilà que j'ai envie de cracher par terre, encore une fois. Cependant, je me contente de fixer d'une regard aussi mauvais qu'elle est mauvaise cette personne qui est une véritable ordure, un déchet humain. Elle et toutes ses groupies qui la suivent a doigt et à l'œil.

Mes mouvements brusques ont du lui faire sacrément peur, pour qu'elle, oui elle, la chef des Orchids !, tombe, les fesses atterrissant sur le sol avec brusquerie. Bien qu'elle l'est entièrement mérité, qu'elle n'ait absolument pas volé cette punition amplement juste, je ressens un petit pincement au cœur en voyant une jeune femme aussi fragile tomber ainsi. Sa jupe lui remonte jusqu'aux genoux, et pendant un instant je me permets d'observer ses jambes si fines et si parfaites, avant de remarquer que les épines de la rose qu'elle avait dans les mains se sont enfoncées dans la peau de sa main. La mienne main, celle que j'avais mis en visière, retombe mollement le long de mon corps. Ébahi, je regarde le spectacle étrange dune Orchids ayant perdu son mépris et sa perfection, ne cherchant qu'à les retrouver. Avec une grimace une grimace bien incertaine, je m'approche d'un petit pas. Puis je recule d'un grand. Qu'est-ce que je fais ? C'est un montre ! Elle ne mérite pas mon aide ! Et pourtant...

« Tu veux de l'aide ? »

_________________


Ma couleur est en #01DF01.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Dim 17 Nov - 13:57

Chef des the Orchids

Mary-Jane était captivé par les gouttes de sang qui commencèrent à perler sur sa main, l'une d'elle vient tacher le sol. Un rouge vermeille sur une terre sèche et poussiéreuse. Un contraste entre la fragilité sanguinaire et la dureté de la réalité terrestre. Tout un concept qui faisait voyager l'esprit de la jeune femme, cette tâche était si belle au contact de la nature si abrupt. En était-il de même pour elle ? La chef des orchids, cette tâche encore assise sur le sol, était-elle aussi magnifiquement relever par la nature terrestre ? Mary-J. voulait le croire. Une grimace de douleur se dessina toutefois sur son visage, quelques épines étaient encore prise dans la chair. Puis son regard descendit un peu, elle remarqua alors avec un étonnement non dissimulé que sa jupe était remonté jusqu'à ses genoux. Ses joues s'empourprèrent, comment avit-elle put laisser le temps à un homme de profiter du spectacle ?! Ce fut dans un mouvement brusque et de ses deux mains que la jeune femme remit le bas de sa robe. Cependant, elle la tâcha de sang et dans un petit gémissement de douleur, comprit bien vite qu'elle n'aurait pas dut utiliser sa main blessée. Les épines s'étaient alors enfoncées un peu plus dans sa peau, le sang perlait en continue, il ne s'agissait plus d'une goutte.

Le désarroi se lisait sur son visage, la chef des Orchids avait complètement oublié Reiner. Elle sortie de sa poche un mouchoir blanc où étaient brodés ses initiales "MJK". La jeune femme tentait désespérément de faire cesser l'effusion de sang. tâcher ses vêtements n'était pas du tout dans ses habitudes. Ce constat fort dramatique la touchait bien plus qu'on ne pouvait le penser. Ses yeux devinrent brillants, Mary-J. retenait ses larmes, toutefois, elle avait la gorge serrée. Cette situation de faiblesse la désolait au plus haut point. Jamais, au grand jamais, on aurait pu voir une femme aussi fière dans une telle situation. C'est alors avec un regard affolé qu'elle regarda autour d'elle. Reiner était le seul dans les alentours. Un léger soulagement, il n'y avait donc pas d'autres témoins de cette catastrophe. Soudain une voix grave, mais d'un ton faible raisonna dans le jardin fleuri.

Tu veux de l'aide ?

En temps normal, Mary-Jane aurait penser à dire "non" par fierté ou "oui" pour flatter l'égo de son compagnon. Mais en l'occurrence la situation était différente, cette fois, Mary-J. était en position de faiblesse face au Rifle Bullets. Elle avait vraiment besoin d'aide, malgré toute l'animosité qu'elle pouvait ressentir de sa part, il semblait un temps soit peu sincère. La jeune femme lui tendit avec grâce sa main qui était encore valide, puis liu sourit timidement, avec un petit air de gêne et de reconnaissance dans les yeux.

Merci, pourrais-tu m'aider à me relever ? Je voudrais m'asseoir sur le banc pour m'occuper de ma main.

Mary-Jane Kins avait un peu de mal à se dire que pour une fois elle demandait sincèrement de l'aide à un homme, qui plus est à un Rifle Bullets, le genre de monstre qui s'acharne à la vue du sang. Si Devlin avait été là, il aurait certainement achever la Lady pour voir un peu plus de sang se répandre sur la terre poussiéreuse. Ce contraste entre le chef des Rifle Bullets et Reiner était alors saisissant. Que faisait-il donc chez les Rifle Bullets ?! Etait-il simplement faible et pas assez intelligent pour rejoindre les Flick Knifes, cherchant alros la protection du clan le plus fort physiquement parlant ? Non, cette hypothèse était absurde, Devlin surveilait ses troupes et leur entrainement ne devait pas être facile tous les jours. Le pacifisme cela n'est bon que pour les White Flat. Alors pourquoi Reiner était-il aussi gentil tout à coup ? Pourtant quand on regardait ses yeux on ne voyait que de la haine pour ce qu'il observait. Au fond de sa rétine Mary-Jane pouvait voir son reflet. C'était terrifiant, et à la fois déconcertant, amis que voulait-il à la fin ?



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Mer 18 Déc - 20:07

dead

Cette sorcière blonde était sacrément préoccupée par sa fichue blessure à la main, je n'aurais jamais cru cela d'une Orchids. Dans ma tête elles étaient toutes des monstres avides de pouvoir et de déverser - indirectement certes - le sang de leurs ennemis sur notre piètre monde. Je n'aurais pensé une seule fois qu'une d'entre elles puisse se montrer aussi impassible, aussi absorbée dans cette tâche, sans même prêter garde à son propre sang. J'en fus choqué, oh oui qu'est-ce que j'en fus perturbé ! Qui aurait cru que ces femmes sans cœur étaient capables de la moindre parcelle de courage ? Quoique elles devaient en avoir beaucoup pour supporter leur reflet dans les miroirs, les conséquences de leurs actes vicieux.  Au final, c'était même peut-être elles les plus téméraires d'entre nous tous. Ou les plus folles ? 'Fallait avoir un bon plomb pété dans la caboche pour agir comme elles le faisaient. À se conduire comme des vipères, les pires qui puissent exister, prêtes à cracher leur venin sur les premiers venus. Ils suffisaient que ça soit un pauvre homme innocent pour qu'elles veuillent leur mise à mort.

Mais jamais de manière directe, bien évidemment.
Trop discrètes pour ça. Trop faibles pour cela. Trop intelligentes pour ceci.

J'eus la nouvelle envie de lui cracher dessus, alors qu'elle se laissait miroiter dans les reflets de son sang, mais elle finit par faire un mouvement trop brusque, brisant ce furieux souhait en moi et témoignant de tout mon dégoût, tandis qu'elle remettait la fin de sa robe en place. Peut-être aurais-je plus profité, plutôt qu'à rester là ? Je savais pertinemment que toutes bonnes choses avaient une fin - c'était ce que j'aimais répéter à mes amis la plupart du temps - et les fines jambes de !a demoiselle étaient délicates,la peau d'apparence aussi lisse et douce que celle de son visage, de ses mains. Aïe ! Le pincement que je m'infligeai me prouvant alors que je n'étais pas en train de rêver. J'avais bel et bien " admiré " ce monstre. L'envie de cracher réapparut, mais non au dégoût qu'elle inspirait en moi, mais pour le comportement que je venais d'avoir. Répugnant.

Aussi répugnant que l'air mal à l'aise et incertain ainsi que le sourire désespéré qu'elle m'offrit. C'était calculé. C'était obligé d'être calculé. Les Orchids calculent toujours tout à l'avance, elles savent toujours ce qu'elles font. Pourtant, si c'était le cas, pourquoi son attitude avait-elle quelque chose de touchant, de touchant et d'innocent, sincère même ? Pourquoi ses lèvres si légères aux commissures relevées précairement me faisaient un tel effet ? Pourquoi avais-je envie de prendre la main qu'elle me tendait dans l'espoir que je l'aide a se relever ? Pourquoi hésitais-je autant alors que j'aurais du suivre mes instincts et lui cracher dessus, la bousculer et lui faire payer ses crimes ? Pourquoi pourquoi pourquoi ? Cette fille. C'était de sa faute. Elle m'avait jeté un sortilège ! Elle m'avait ensorcelé ! Quand je disais que c'était une sorcière !

Malgré tout, me voilà en train de toucher sa main aux doigts fins, de la prendre et de la relever de manière bourrue, impatiente, cherchant à rompre le contact le plus tôt possible, bien que c'était mon subconscient qui me l'avait fait cherché. Beurk beurk beurk ! Une fois sûr qu'elle était assise sur le banc le plus proche, celui à deux pas de la scène de crime, je lâchai brusquement sa main pour me reculer tout aussi brusquement avec un nouveau bond, pendant que j'essuyais machinalement la main qui était entrée en contact avec la sienne sur mon pantalon. Beurk beurk beurk ! J'avais touché une démone !  Vivement un point d'eau où je pourrais purifier ma pauvre peau. Quelle horreur, c'était horrible.

Le pire, c'était de se dire que c'était affreusement agréable.
Et que j'avais aimé le contact avec sa peau qui se relevait bien être extraordinaire douce.

_________________


Ma couleur est en #01DF01.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Lun 23 Déc - 14:49

Chef des the Orchids

Mary-Jane avait fait preuve de beaucoup d'humilité pour demander de l'aide à un Rifle Bullets, mais ses efforts ne semblaient pas sauter aux yeux de son interlocuteur. Sa main resta en suspend un bon moment avant que ce dernier ne se décide. Le regard du jeune homme était emplie de dégout, ce même regard qu'il avait abordé au début de leur rencontre. Mais qu'avait-il donc ?! La chef des Orchids était parfaitement consciente d'être agréable à regarder, élégante et intelligente, mais jamais elle n'aurait imaginé pouvoir inspirer le dégout à quiconque sur cette terre. Reiner était véritablement odieux quand on le voyait ainsi. La Lady était en position de faiblesse et ce regard si accusateur et si dédaigneux ne l'aidait pas vraiment, et ce sentiment refit surface, cette peur incontrôlable. A vrai dire, Reiner malgré le peu de ressemblance au premier abord avec Devlin avait sa trempe. Devlin aussi avait cet air supérieur, mais il est vrai que Mary-j. ne le dégoutait pas tout à fait, disons qu'il voyait un tout autre intérêt. Le corps de la jeune femme lui inspirait d'autres envie que celle de fuir. Toutefois cette perspective était tout aussi terrifiante que la première. Le comportement de Reiner était effrayant pour une Orchids.

Soudain, le jeune homme prit la main de la chef des Orchids. Son geste était brusque. La Lady avait l'impression que Reiner avait de la violence en lui pour être aussi peut délicat et une idée lui traversa furtivement l'esprit. Aurait-il l'envie de la frapper...? La jeune femme faisait mine de se concentrer sur la plaie, histoire de ne pas laisser paraitre ses sentiments et sa peur naissante et croissante. Mais la jeune femme ne put louper le bond que fit Reiner pour s'éloigner le plus possible et la façon presque frénétique qu'il avait de frotter sa main, celle qui avait porter secours à Mary-J. La jeune femme fut alors plus vexé qu'autre chose. A première vue si il s'éloigne c'est que c'est lui qui a peur d'elle, n'est-ce pas ? Partant de cette idée, les inquiétudes de la jeune femme s'estompèrent, laissant place à un petit brin de colère. Mais qu'avait-il à la fin ?! Pourquoi était-il si méchant ?!

La douleur la sortie de sa torpeur. Sans un bruit ni une grimace, la Lady prit entre ses ongles l'épine puis l'enleva doucement, laissant quelques gouttes de sang couler sur son mouchoir blanc. Elle enroula se dernier autour de sa main pour éviter toute infection. Puis la colère reprit le dessus, elle posa un regard vexé sur Reiner.

Je suis désolée si m'aider semble une tâche aussi pénible pour toi. Rassure-toi je ne t'en demanderais pas plus.

La colère de Mary-Jane se transforma bien vite en désespoir, à vrai dire l'idée que quelqu'un puisse souffrir autant à l'idée de l'aider lui était insupportable et très douloureux. Mais que lui a-t-elle fait pour mériter ça ?! Mary-Jane n'avait qu'une envie, se lever et partir, le laissant seul, pourtant elle était une femme curieuse et ne voulait pas rester sur un non dit. La jeune femme tenta le tout pour le tout, après tout, elle pouvait encore fuir si ses propos vexait le jeune homme.

Ai-je fait quelque chose qui te déplait ? As-tu une raison pour me détester autant ? Je suis consciente d'être la chef des Orchids, mais tu ne peut pas me détester simplement pour cela alors que je ne t'ai rien fait personnellement, tout du moins dans mon souvenir.




_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Lun 23 Déc - 22:28

dead

Il y avait quelque chose, dans sa façon de se mouvoir, de me regarder –quoique j’aurais dit de me scruter et de m’observer, comme si elle était un vautour qui n’attendait que ma mort pour se repaître de mes restes – qui était plutôt bizarre. Pourquoi adoptait-elle cette petite mine vexée, en osant se transformer en une sorte d’animal blessé, que j’aurais blessé en l’occurrence. Comment pouvait-elle se permettre de faire ça ? De rejeter la faute sur moi, sur moi, pauvre garçon innocent ? Comment avait-elle pu me faire sentir coupable avec ses simples gestes retenus que j’avais fait devenir froids et distants ? C’’était de sa faute. La sienne la sienne la sienne. Ce n’était pas la mienne ! Après tout, c’était elle qui était la chef de ce groupe maléfique. C’était elle qui dirigeait des femmes horribles, pas moi. C’était elle qui faisait commettre ses crimes à ses « sujets » sans même sans préoccuper. Moi, moi, je n’avais rien fait. Rien fait de mal. Alors pourquoi, oui Dieu pourquoi, me lançait-elle ses regards ? Il me donnait une envie exécrable de m’effondrer au sol, en position fœtale, de pleurer en demandant pardon de tout mon soûl.

Je n’en pouvais plus, vraiment plus. J’étais à cran ; sa présence, étant déjà horripilante à la base, était devenue insupportable maintenant. Tandis que mon esprit me disait une chose, mon âme m’en dictait une autre, alors que mon corps prenait une autre direction. Une bien curieuse bataille que je n’étais absolument pas prêt à relever. Moi, je voulais être tranquille. Je ne voulais pas faire face à ses grands yeux bleus si étincelants sous le soleil, de ses courts cheveux blonds brillants, de ses manières de dame bien élevée. Tout en elle me donnait envie de lui cracher dessus, de m’excuser, de la prendre dans mes bras. Mais pas les uns après les autres, non, tout en même temps. J’étais en ébullition, tout bonnement incapable de supporter le regard courroucé qu’elle me jeta plus longtemps. Un petit gémissement s’échappa de mes lèvres pendant que je me tortillais sur place, terriblement confus et mal à l’aise.

Faisant garde à l’état de sa main, elle se remit à enlever les épines de sa main, enroulant cette dernière dans son mouchoir immaculé. Finalement, ses yeux retrouvèrent les miens, même si j’essayais de fuir le contact glacé et brûlant qu’il me procurait. Stop stop stop. « Arrête de me regarder ! Arrête arrête arrête ! Je t’en supplie. », devait sembler dire mon regard fuyant et tout aussi maladroit que moi.  Ses paroles, les mots qu’elle employa, la façon dont elle le fit, me firent regretter un peu mon comportement aussi hautain, aussi dédaigneux. Mais après tout, c’était de sa faute, non ? Et puis, pourquoi ses cheveux n’arrêtaient-ils pas de briller comme ça, en reflétant le soleil ? Pourquoi sa peau pâle me paraissait-elle nacrée et si douce ? Pourquoi avais-je envie de la caresser, ne serait-ce que pour vérifier que ce n’était pas qu’un songe ?

Pourquoi ses paroles sonnaient-elles si juste ?

En reculant encore un peu, mais d’un pas effrayé cette fois, rougissant par la même occasion, je ne pus que scruter à mon tour cette figure romanesque.


« Je… Je… Hein quoi ? J-j’y suis pour rien ! »


J’eus envie de me gifler. Qu’est-ce qui me prenait, bordel ? J’étais un homme moi, un vrai de vrai. Pas une de ces tapettes de Flick, bien qu’il faut être honnête en avouant qu’ils étaient sacrément intelligents, quand même. Je n’étais pas non plus une de ces fichues Orchids à s’émouvoir pour un rien. J’étais un homme, un vrai de vrai… Ouais. Un homme ! Je me faisais l’effet d’être pathétique tout seul. Mon comportement était plus celui d’un enfant, d’un bambin de bas âge, que celui d’un homme. Un vrai homme ne doit pas se convaincre qu’il en est un. Un vrai homme sait qu’il en est un, et a confiance en lui, en sa force. Ce qui n’était pas mon cas, ou du moins, absolument pas dans ces instants avec Mary-Jane. Ok, il fallait me rendre à l’évidence. Elle me terrifiait. Et elle m’attirait. L'envie de me mettre une autre gifle revint, plus brutale et plus forte. J'étais décidément pathétique. Un petit garçon qui essaye de jouer les grands.

_________________


Ma couleur est en #01DF01.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Dim 29 Déc - 18:56

Chef des the Orchids

Mary-Jane était toujours assise sur le banc, son sang se répandait lentement sur le linge qui entourait sa main blessée. Sa peau d'albâtre semblait à chaque moment un peu plus blanche. La Lady commençait à perdre ses forces. La vision du sang n'était pourtant pas vecteur de faiblesse pour la jeune femme. Il faut croire que faire face à la haine sauvage de Reiner n'est pas de tout repos. Cet homme montrait de la rancune, mais que pouvait-il bien lui reprocher personnellement ?! Mary-J. en déduit qu'il n'avait rien de personnel contre elle, il était de ses hommes haineux, méprisant les femmes quelle qu'elles soient. Cette fois, la jeune femme était en colère, la colère montait de plus en plus. Elle avait tenté de raisonner le jeune Rifle Bullet, tentant un dernier discours désespérément. Mais la réaction du jeune homme fut tout sauf attendue.

Je… Je… Hein quoi ? J-j’y suis pour rien !

"j'y suis pour rien ?!" Mais de quoi parlait-il ?! Mary-Jane ne lui avait jamais reprocher un acte en particulier. La lady avait tout simplement poser une question : pourquoi la détestait-il autant ? Pourquoi cette haine ? La jeune femme avait espérée une réponse claire et simple. Qu'il l'admette à la fin, peut-être n'aimait-il pas les blondes ?! Ou tout simplement pas les femmes, mais pourquoi ne pas le dire tout de suite ?! Cette situation était vexante et blessante pour la Lady. Pourtant la chef des Orchids commençait à avoir de la pitié pour Reiner. Il semblait plus faible qu'il ne voulait le laisser croire. Mais que devait-elle faire alors ? La jeune femme ne voulait plus subir ses regards haineux et violents par moment. Il ne lui restait qu'une chose à faire face à ce Rifle qui semblait déjà irrité et instable, fuir.

Je ne t'accuse en rien.

Mary-Jane laissa un temps, elle réfléchissait à n moyen de s'enfuir. Toutefois, il ne fallait pas que cela ressemble à une fuite, la chef des Orchids avait sa fierté et devait sauvegarder une certaine image de son clan.

Il est bientôt l'heure du déjeuner, je vais à la cantine de Joe.

Mary-Jane lui adressa un sourire polie. Puis se leva du banc, vacillant un peu toutefois pour les premiers pas. Cependant Mary-J. se reprit bien vite, il ne fallait pas en plus laisser paraitre une marque de faiblesse de plus. Reiner en avait déjà vu bien assez.



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Reiner Kirschtein


Messages : 33
Date d'inscription : 25/05/2013
Age : 17

MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Mar 7 Jan - 20:20

dead

La jeune femme devenait de plus en plus blanche à chaque instant, à chaque seconde qui s'écoulait. Que devais je faire ? Je ne servais pas vraiment à grand chose, là, debout comme un idiot, à la contempler et à la détester, sans rien faire. Je n'avais pas une très grande connaissance en médecine, cependant je me doutais quand même que son teint qui devenait blafard n'était pas vraiment un signe de bonne santé.  Elle perdait du sang, ça c'était sûr - il suffisait de regarder sa main enveloppée fans le tissu immaculé pour le constater, à vrai dire - et c'était peut-être ça la cause de sa peau toujours plus blanche.  Mais comment en être sur ? Et de toute façon, comment y remédiait ? Je connaissais pas d'autres moyens pour "regagner" du sang que celui de laisser son corps faire. Est-ce que ça pourrait marcher si je me coupais et qu'elle buvait mon sang ? Avec une grimace de dégoût, je secouai ma tête pour moi même. Non, c'était répugnant et il était hors de question que je me coupe pour lui faire boire min sang. En plus, l'idée était simplement stupide.  De plus, elle ne risquait pas d'accepter. Elle était trop bien pour ça. Moi aussi, d'ailleurs.

Avant que je ne finisse de trouver une solution digne de ce nom, elle se mit en mouvement, ou du moins je perçus un changement sur son visage, son si beau visage (je m'écrasai distraitement le pied pour me ramener parmi les vivants). À présent, ses traits si doux s'étaient un peu froncés, comme si elle était en colère. Avec ce visage, elle pouvait très bien se mettre à me cracher dessus avec dédain que ça m'étonnerai même pas. En fait, elle pouvait me cracher dessus avec n'importe quel visage, je m'en serais douté. Une bien vile créature ! Comme si ce n'était pas suffisant, elle semblait vexé. L'aurais je vexé ? Évidemment que c'était moi. Mais pourquoi ? Je n'avais rien dit de méchant, non ? Une petite grimace s'afficha sur ma tête tandis que je me questionnai sur ce sque j'avais fait de mal. Si cela se trouvait, c'était juste ma façon d'être qui ne lui plaisait pas. Bah, tant pis pour elle ! Mais je n'avais pas envie de la vexer, moi...

Qu'est-ce que je disais ? Bien sûr que su, que j'avais envie de la vexer ! J'avais envie de la tuer, de l'étriper, de... Pourquoi est-ce que je mentais autant ? À croire que je devenais comme elle. C'était de sa faute !  Elle m'avait contaminé avec ses manières de fourbes, avec ses manières vicieuses. Je ne serais plus jamais le même, maintenant. C'était pas très malin. Mais pourquoi ne serais je plus le mal ? Parce que je venais de croiser sa beauté lumineuse pour la première fois ? (Je me mordis la langue pour me ramener une deuxième fois parmi les vivants.) En tout cas, j'avais dû lui faire peur, en plus de la vexer. Elle se leva, pas très sûre sur ses appuis, chancelante lors de ses premiers pas, et partit. Tout bonnement. Elle partit en prétextant que c'était bientôt l'heure de manger, qu'elle se rendait à la cantine de Joe, cette dernier était excellente au passage. Je la suivis du regard sans rien dire, sans rien faire, me contentant de l'observer.  De scruter sa démarche encore un peu chancelante qui se voulait fière.

Je... Pardon.

Mes mots ne trouvèrent que le silence apaisant du vide, que le bruissement léger du vent. Et si ce dernier me venait en aide si je lui demandais ? Est-ce qu'il pourrait apporter mes paroles à Mary-Jane ? Est-ce qu'il pourrait les faire souffler au creux de ses oreilles ? Si je lui demandais gentiment, est-ce qu'il le ferait ? Non, bien sûr que non. C'était un vent, un fichu vent. C'était un élément naturel. Ce n'était pas un être humain. Ce n'était pas non plus un être pensant. Ce n'était donc pas une aide. Pourtant, malgré cette terrible vérité, je voulais croire qu'il l'avait fait. Je voulais croire que Mary-Jane avait entendu mes mots murmurés parce que ces courants étaient gentils, et qu'ils avaient entendu la supplique que je leur avais adressé, aussi silencieuse que le jardin l'était en ces instants. Je me sentis brusquement tout seul, tout seul et abandonné. Comme quand ma mère m'avait laissé en plan. En pensant cela, je glissai une main dans ma poche. Il était là, encore et toujours. C'était l'outil de ma colère, l'instrument de ma haine.

_________________


Ma couleur est en #01DF01.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: { Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }   Aujourd'hui à 7:51

Revenir en haut Aller en bas
 

{ Terminé. } › Moi les fleurs je les mange. { Mary-Jane. }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» J'ai des armes roses à fleurs à distribuer ! [Mission : Terminée]
» « Qui suis-je ? Où vais-je ? Qu’est-ce qu’on mange à midi ? » - Neal. [Terminée]
» “On ne mange pas le diable sans en avaler les cornes.” [PW Wound] -Terminé-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Le pensionnat :: Le jardin fleuri-