PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Wilhelm Lawford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Wilhelm Lawford


Messages : 74
Date d'inscription : 30/09/2013
Age : 19
Localisation : Hm.
Age du personnage : 21

MessageSujet: Wilhelm Lawford   Mar 1 Oct - 21:58

Flick Knife
Lawford Wilhelm



Nom : Wilhelm
Prénom : Lawford
Date de naissance : 31 décembre
Âge : 18
Groupe : Flick Knife
Orientation : Bisexuel



Wilhelm est un jeune homme de dix-huit ans, à l’allure fine et respectable. Il mesure 1m80 pour une soixantaine de kilos. Il a des cheveux, dorés et relativement longs, qui lui tombent jusqu’à dans le dos, et lui cachent une bonne partie du visage, souvent même les yeux. Ces derniers sont verrons, l’un pourpre et l’autre assorti à sa chevelure. Son visage a des traits fins, qui lui donnent un air enfantin lorsqu’il s’applique à sourire. Il porte des boucles d’oreilles rouges, et plutôt voyantes. Wilhelm aime se pavaner dans des tenus élégantes, soigner sa personne et son allure. C’est une vraie fille concernant ce point. En général, Wil apprécie les tenues amples et élaborées spécialement pour lui. Nul doute qu’une bonne partie de son argent y passe ainsi. Il a ainsi fait faire sur mesure chacun de ses habits, qui sont tous de prédominance noire. Ceux-ci sont tellement élaborés qu’ils regorgent de cachettes diverses et variées, ou Wil peut aisément dissimuler son Colt personnel ainsi que quelques autres outils dont l’utilité n’est connue que de lui. Wilhelm porte aussi constamment des gans, qu’il garde le plus blanc possible, et porte de grandes bottes noires. Il a toujours l’air jovial et amusé par ce qui l’entoure.


Wilhelm est en apparence quelqu’un de jovial et de décontracté. Il s’amuse de tout et de rien, avec n’importe qui et pour n’importe quoi. Il a tout le temps le sourire aux lèvres et ne le perd que très rarement. Wil a cependant un humour bien à lui, souvent très cynique et franc. Ce qu’il dit est souvent froid, et contraste avec son apparence joyeuse. On ne sait pas toujours s’il plaisante ou s’il fait des reproches. De ce fait, il n’est pas apprécié par tout le monde, mais ceci ne semble pas l’atteindre. Il a aussi quelques manies agaçantes, comme celle de ne jamais ce soucier de rien, ou encore de ne manger que des sucreries. De part cet aspect de sa personnalité, certains lui donneraient 8 ans d’âge mental.

Pourtant, la véritable personnalité de Wil est tout autre. En fait, lui-même à du mal à ce cerner. Bien qu’en publique il s’applique à ne rien laisser transparaitre, il n’hésite pas à faire « tomber le masque » lorsqu’il désire quelque chose de quelqu’un. Le terme « proche » concernant ses amis n’est pas adéquat. En fait, s’il est intéressé par vous, vous finirez par rencontrer le vrai Wilhelm. Mais si vous n’avez rien à lui offrir, s’il n’attend rien de vous, il n’aurait jamais fait ami-ami. D’ailleurs, pour lui, ami signifie surtout « jouet », « pièce de collection » et « utilité ». Son seul plaisir est de posséder quiconque. Il ne désire rien d’autre que d’être l’unique propriétaire de quelque chose, ou de quelqu’un. Il n’a jamais connu l’amour ni ressenti quelque chose pour une femme.
En d’autres mots, Wil est l’avarice personnifiée.


Certains naissent dans la misère, dans la pauvreté, la famine, l’horreur. D’autres, mieux aisés, naissent dans des draps de soie, dans l’argent, dans des conditions favorables. Wilhelm est issu de la deuxième catégorie.

Wil est né dans une famille richissime. Politiques, juges, notaires, tous étaient des métiers exercés depuis des lustres dans la famille. Quelle famille ? La famille Lawford, célèbre pour ses nombreuses mines d’or. Quand on est fortuné, un maigre filon ne coute rien. Quand il mène à l’une des plus grande mine d’or du Far West, c’est encore mieux. C’est ainsi que la fortune de la famille Lawford fut faite. Un peu d’argent, un petit filon, une mine remplie d’or et voilà, la descendance pouvait être assurée de vivre ben plus qu’à son aise. Wilhelm fait partie de cette descendance, avec 2 jeunes sœurs, et un frère. Ce dernier, plus vieux, fut vite oublié par Wilhelm. Il était surement partit faire fortune à quelques centaines de kilomètres, bien loin de lui. Les deux sœurs, elles, avaient tout juste la dizaine. Trop jeunes, elles étaient encore dans la maison familiale. Au milieu de ce bas monde, Wilhelm s’ennuyait.

Dès son plus jeune âge, Wil apprit les responsabilités qui pesaient sur lui. En tant que membre des Lawford, il se devait d’avoir des manières qui faisaient honneur à sa famille. Ainsi, dès la petite école, il se faisait remarquer de part ses tenues trop soignées et ses habitudes d’aristocrate. Pourtant, Wil le vivait bien. Il est vrai que compte tenu de sa classe sociale élevée, il lui suffisait d’une simple demande pour avoir ce qu’il voulait. L’argent de ses parents lui permettait tout, absolument tout. Jouets, bonnes notes, armes à feu, ou tout autre chose lui était achetée. Voilà pourquoi, vers ses 15 ans, Wilhelm commença à changer. Lui qui avait tout acquis, tout possédé, se fatigua. Il en avait assez de n’avoir que des choses conventionnelles. Il possédait absolument tout ce qui pouvait être désiré sur cette terre. Le moindre bien matériel, Wil l’avait déjà eu, ou bien le possède encore.  La haute hiérarchie et la jouissance d’un grade social élevé, il connaissait ça aussi, et s’en lassait. Lui qui avait tout obtenu, commença à sombrer dans l’ennui. Il voulait expérimenter des choses inconnues, avoir de nouvelles aventures. Pour satisfaire ce nouveau besoin, il se mit à fréquenter « l’autre coté de la société ». Il était si riche qu’il n’avait jamais connu le désespoir, le malheur, ou tout autre sentiment étranger à son milieu natal. Il n’avait jamais pu admirer les manières et les sentiments, les habitudes et les plaisirs de cet autre monde qu’était la pauvreté.

Pour cela, il se mit tout d’abord à fréquenter ses camarades de classe, à poser toujours plus de questions. Il voulait tout apprendre et tout savoir de ce monde. Plus il en apprenait, et plus il voulait en savoir, plus il était passionné. Il obtenait les biens de ces gens de classe sociale inférieure de diverses manières, manipulant souvent les autres grâce à son argent « personnel ». Après tout, il était bien simple d’échanger avec un enfant de son âge, qui avait si peu de recul envers la valeur des choses. Puis il poussa plus loin sa découverte, et se rapprocha des milieux pauvres et miséreux. A 17 ans, le jeune Wil en savait plus que n’importe qui sur les bas fonds de ville. Il avait obtenu et profité de chaque chose de cet autre monde. Famine, jalousie, désespoir, euphorie et cruauté. Il avait pu admirer chacun de ses sentiments qui lui étaient jusque là inconnus. Il avait expérimenté chacun d’eux, désireux d’en savoir plus. Son envie de découverte était sans limites, et Wil pratiquait absolument toutes sortes d’expériences, d’abord simplement sur les biens matériels, puis finalement sur la psychologie humaine. Il avait en effet passé plusieurs années dans les bidonvilles et les milieux mal famés pour « découvrir ». Pour pousser encore plus loin son expérimentation, las de toutes ces choses déjà acquises, il se laissa aller aux plaisirs physiques, meurtres et torture. Il pratiquait et faisait pratiquer, admiratif de cet attrait qui le fascinait chez l’homme, la servitude volontaire. Il pouvait admirer à sa guise comment les hommes pouvaient changer du tout au tout et perdre tout discernement par la manipulation, l’appât du gain ou l’admiration d’autrui. Bien sur, de tout cela, sa famille n’en savait rien. Le jeune homme était manifestement suffisamment doué pour tromper, et il lui suffisait de quelques mots pour obtenir le consentement de n’importe qui, ou presque. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, celle-ci eu la sienne. Wil commença de nouveau à s’ennuyer. La facilité de manipuler l’esprit des gens faibles était lassante. Cependant, il voulait toujours plus, et se mit en tête de posséder l’ensemble des biens de sa famille, d’être maitre du moindre sentiment, du moindre bien comme il l’avait fait dans les bidonvilles. Tout devait lui appartenir.

Wil connu alors son premier echec.

Devenu une infamie pour la famille, Wil fut banni. Tous ces petits-jeux avaient étés percés à jour, et la honte des Lawford était telle qu’ils envoyèrent leur fils dans un pensionna étrange, sans trop prendre soin des formalités. Plus il était loin, mieux c’était. Un départ sans ébruiter le reste de la société, c’était la condition pour que Wil garde le nom de Lawford. Il était tenu de ne pas donner d’explication, et ne devait rien raconter de sa situation à quiconque dans sa nouvelle ville, que ce soit une personne proche ou non.

Wil s’en alla alors, en ayant pris soin de garder quelques contactes au sein de sa famille, histoire de pouvoir subvenir financièrement à ses quelques « besoin d’écolier normal ». Ainsi, seul devant une énorme pancarte, il lisait à présent : « Bienvenue à Witheriver Town ». Un rictus au coin du visage, il dépassa la grandissime pancarte, laissant derrière lui la pauvre gare de Witheriver.




Surnom : /
Âge : 15
Comment avez-vous trouvé Whiteriver Town ? Via Top-site, il y a bien longtemps. Je me suis enfin décidé à m’inscrire ^^’
Un commentaire, une idée ? Je trouve le contexte absolument génial.
Maintenant, la question sur le discours du juge Simsons qui vous permettra d'obtenir votre titre de séjour. Quel geste fait le juge Simsons pendant l'intégralité de son discours ? Il fait mumuse avec son marteau de manière sadique.




Dernière édition par Wilhelm Lawford le Lun 30 Déc - 20:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mary-Jane Kins


Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 22
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: Wilhelm Lawford   Mer 2 Oct - 7:23

Chef des the Orchids
Verdict



Bienvenue à Whiteriver Town Wil !
Alors tout d'abord félicitations pour ta fiche, ce fut un plaisir à lire, les fautes d'orthographes sont pratiquement inexistante, enfin j'en ai trouvé une, mais il s'agit plus d'une faute de frappe "ben" au lieu de "bien". J'avais envie de le dire car c'était trop parfait XD. Ton personnage semble fort passionnant j'ai hâte de commencer à rp avec lui ! =D
Tu l'auras comprit tu es maintenant validé ♥

Je te conseille tout comme dans le mp que je t'ai envoyé, de lire le Livre d'Or, sachant que le résumé n'a pas été mit à jour depuis trois semaines, et il s'en passe des choses en trois semaines XD. Il n'est pas très long à lire mais explique tout ce qui s'est passé depuis plus d'un an, bientôt deux ;) C'est très important de savoir le contexte actuel avant de commencer à rp car les évènements sont nombreux sur IFL.
Et pour les formalités complémentaire n'oubli pas la fiche de lien et le listing d'avatars. Si tu as besoin d'aide pour les images de ta fiche de lien, nous avons un super graphiste.
J'espère vite te retrouver sur la chatbox !
Bisous bisous.



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
 

Wilhelm Lawford

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le cri Wilhelm
» Talyn Lawford
» Scène de ménage légendaire (pv: wilhelm)
» Bordel, tu m'emmerdes là, je veux partir ! || Wilhelm L. Hartmann.
» Desmond O. Lawford ► Iwan Rheon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Aux portes de Whiteriver Town :: Le secrétariat du pensionnat :: Fiches des élèves :: Fiches reçues-