PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une infirmière un peu spéciale pour un curieux professeur (Pv: Wyatt McDwyken)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Betty Swam


Messages : 82
Date d'inscription : 02/03/2013
Age : 22
Age du personnage : 24

MessageSujet: Une infirmière un peu spéciale pour un curieux professeur (Pv: Wyatt McDwyken)   Dim 6 Oct - 14:50

Habitants

Un bruit sec, un individu frappe à la porte, il insiste lourdement. Betty gémit, la nuit avait été courte pour la belle. Qui pouvait bien vouloir ses services à cette heure-ci ?! Cette fois, il ne frappait plus à la porte, elle était ouverte, le barman. Tout se chamboulait dans son esprit, saccadé, haché, les sons étaient lointain. Puis une pensée lumineuse vint lui faire reprendre conscience.

Mais oui !! Excuse moi mon chou, j'avais oublié ! Merci de m'avoir réveillé tu es un amour !

Ce matin là, Betty n'était plus la fille de joie de Whiteriver Town. Tout du moins pas seulement, l'infirmière du pensionnat avait demandé à Betty de la remplacer le temps qu'elle soit au chevet de sa mère malade. La sulfureuse n'avait pas put refuser, la famille c'est sacré, n'est-ce pas ? A vrai dire, elle l'ignorait étant orpheline, mais les Orchids pour elle c'était sacré, sa "famille" de substitution. Son sourire était rayonnant et chaleureux quand elle accepta l'offre de l'infirmière. Cette dernière lui avait laissé un uniforme neuf à disposition. Une robe à col, boutonnée jusqu'au cou. Pas tout à fait dans les habitudes de la fille de joie. En se regardant dans le miroir Betty eu un petit rictus.

On vous voit même pas mes petits chéris...

Betty parlait à ses atouts principaux, ses seins. Pour arranger un peu cela, elle déboutonna deux boutons, on ne les voyait pas beaucoup non plus, m'enfin, on pouvait apercevoir la teinte clair de leur peau. Il faudrait s'en contenter aujourd'hui. Le tablier blanc, et le chapeau avec une croix rouge, lui allait plutôt bien. Les collant blanc, et les petites chaussures noires, étaient... originales.

L'infirmerie, était animée le matin, on trouvait déjà quelques pensionnaires, qui avaient eu la chance d'y passer la nuit. Après tout, cette infirmerie était plus une sorte d'hôpital pour toute la ville. Le médecin y avait élu domicile. Une autre infirmière accueillie Betty avec un grand sourire.

Betty, bienvenue à l'infirmerie, aujourd'hui vous serez affectée à cette salle. On vous laissera soigné les professeurs. Les élèves pourraient tenter de venir à l'infirmerie juste pour vous voir, et nous n'avons pas besoin de plus de pensionnaires. Je suis sure que vous pouvez comprendre.

La sulfureuse éclata de rire. Au fond, la plupart des élèves étaient déjà passé la voir, pas besoin d'aller à l'infirmerie pour ça. Enfin, ne choquons pas le personnel médical, ils ont l'air de croire que les élèves n'ont pas l'occasion de rejoindre le saloon au beau milieu de la nuit. Ce serait cruel de balayer leur croyances, et puis Betty n'était pas femme de ménage. Une fois dans la salle, la jeune femme, s'assit sur un lit, la salle était déserte. Quel professeur pouvait bien se blesser ? Aucun ne participait physiquement à la guerre, tout du moins selon le peu d'information qu'elle avait de Jeff Kelray. Qu'ils envoient les élèves à l'abattoir, c'est un fait, qu'ils se blessent eux-mêmes, plus une fiction. La sulfureuse se demandait bien ce qu'elle pouvait bien faire ici, à première vue, les infirmières n'avaient pas besoin d'elle. Cependant, une promesse est une promesse, et Betty en avait fait une à l'infirmière. Au bout d'une vingtaine de minutes, sa patience à rude épreuve, elle décida de finir sa nuit, retrouvant les bras de Morphée, la belle s'endormit sur le lit.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Wyatt McDwyken


Messages : 18
Date d'inscription : 15/06/2012

MessageSujet: Re: Une infirmière un peu spéciale pour un curieux professeur (Pv: Wyatt McDwyken)   Mar 8 Oct - 19:34

Professeurs



Ce matin-là Wyatt avait remplis ses obligation de professeur, oui une fois n’était pas coutume. Il avait mis fin à une rixe entre deux élèves dans le hall d’entrée, bon d’accord il fallait dire une exacte vérité, comme à son habitude il avançait pour remplir ses obligations soit faire un cours ce qui l’enchantait au plus haut point et avait enclenché l’arrêt de son cerveaux pour passer en mode mécanique. Lorsque son cerveaux ce remis en route au gré des hurlements, il était au milieu de ce foutoir de lames tiré et écopa d’une estafilade, par pur réflexe ce fut son poing qui partit dans une magnifique droite directement au visage de celui qui n’avait pas eu le temps d’arrèter son mouvement. Il en résultat un silence lourd tandis que l’élève tombait au sol. Wyatt venais encore de faire une bourde combien de fois lui avait-on dis qu’on ne devait pas frapper les élèves, un regard surpris coup d’œil à gauche coup d’œil à droite et en avant sans excuse ni même une quelconque attention à sa « victime », non il devais vite disparaitre avant que des témoins de poids ce joigne à la scène. Les sermons il s’en passerai aujourd’hui et ce fut sous un flot de paroles toutes plus charmante les unes que les autres qui monta quatre à quatre les escaliers.

Ce fut qu’une fois dans sa salle de cours, le petit moment de tension dissipé qu’il ce rendis réellement compte de ce qu’il venait de ce passer. Sa chemise blanche ce teintait gentiment de rouge carmin et qu’importe le nombre de fois où on était blesser et dieu sait combien de fois il avait subi sa la morsure de la douleur ne s’atteignait pas. Déboutonnant légèrement sa chemise il regarda son abdomen, la blessure restait superficielle bien que sanguinolente, l’entaille restait tout de même suffisante pour nécessiter quelque soin. Ce fut donc à moitié débrailler  la main au ventre qu’il traversa l’école pour échouer à l’infirmerie. Il fut accueilli de façon presque mécanique tel un habitué des lieux, car ce qu’il était chaque gueule de bois, chaque rixe de saloon toutes avait fini ici pour plus ou moins de raison diverse et varié de la flemme d’avoir à faire le chemin le lendemain jusqu’à l’école au besoin de soin d’importance plus ou moins grand.  

« Qu’est-ce donc encore cette fois Mr le … professeur ? »

Le ton pour le dernier mot était clairement du dépit, oui il était loin de mériter le titre selon les critères standard et n’en avait ni la prestance, ni l’attitude. Ce fut donc d’un ton sec qu’il répondit :

« Couteaux, élèves »

Deux mot qui suffirent à calmer l’assistance, aussitôt l’infirmière lui proposa un siège et s’apprêtait à s’affairé. Ce fut d’un geste de la main plein de dédains qu’il refusa l’invitation. Wyatt préférais largement allez voir sa collègue qui elle l’avait toujours traité avec un respect certain et ne le jugeait pas loin de là. Cependant qu’elle ne fut pas la surprise de voir une masse de cheveux brunes à la place de celle blonde comme les blés qui plus est en train de dormir sur le lit des patients. Décidément ce n’était l’infirmière habituel ces kilos était comme qui dirait … mieux répartit. Wyatt bloqua quelque instant en reconnaissant Betty, cette dame de compagnie qu’il avait souvent vu dans son lieu de prédilection le saloon. Cependant il ne l’avait jamais abordé lorsqu’il buvait il suivait le rituel précis du verre suivit d’un autre tant qu’il tenait debout. Alors approcher pareil créature après sa aurait été bien inutile et puis il éprouvait bien plus de bonheur à être dans une profonde solitude que les bras d’une femme. Pourtant toujours à l’épier la tête pencher sur le côté restant à apprécier ses courbes tout en étant comme qui dirais interpeller de la voir en pareil tenue, si il avait eu des amis Wyatt aurait pu croire à une farces de très bon gout, mais il avait pas d’amis. Alors qu’il ce remis à bouger pour s’approcher il revint rapidement à la réalité. La morsure de la douleur le rappelait à l’ordre, le ramenait à la réalité.

Ce fut donc à pas de loup qu’il se dirigea l’armoire pour en sortir coton, désinfectant, fil et aiguille, ce soigné seul il l’avait souvent fait ça ne changerai pas grand-chose de le faire une fois de plus et de laissé la belle dormir pour lui éviter de se retrouver face au monstre. Ce posant lentement  dans un fauteuil il retira sa veste et ouvrit son veston puis sa chemise, révélant une cohorte de blessure de l’estafilade e allant jusqu’à la blessure par balle mal cicatrisé sur un corps forgé par la vie à la dure. Sortant sa flasque l’écossais mordit dedans et versa le désinfectant sur sa plaie. Dieu qu’il avait horreur de ce passage. Cependant la vue était un excellent anesthésiant ou plutôt une aide, mais il n’arrivera jamais à ce concentrer ainsi et risquait de faire le boucher encore plus que d’habitude, après tout il était un homme et quand un homme est face à pareil beauté il a tendance à ce focalisé sur celle-ci plutôt qu’à ces affaire et Wyatt était loin très très loin d’échapper à la règle. Ce fut donc rapidement  qu’il sortit un drap propre d’un tiroir pour le déplier et le faire glisser sur la belle au bois dormant pour retourner à son affaire. Comprimant la chair il commença à faire passer l’aiguille entrant dans une série de mimiques de douleur plus bizarre les unes que les autres. Maintenant il était vraiment à son affaire …



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Betty Swam


Messages : 82
Date d'inscription : 02/03/2013
Age : 22
Age du personnage : 24

MessageSujet: Re: Une infirmière un peu spéciale pour un curieux professeur (Pv: Wyatt McDwyken)   Mer 9 Oct - 8:48

Habitants

Betty s'était endormi profondément, ses rêves étaient plus beaux que les autres. Toutefois, ce n'était pas des rêves pour les enfants. Mieux vaut alors ne pas rentrer dans les détails pour éviter de choquer les âmes sensibles, celles qui croient encore à un amour pure sincère et chaste. Cependant, un bruit la sortie de son sommeil profond qui devint vite plus léger, son rêve demeurait toutefois. Le bruit de la porte du placard lui avait évoqué un sèche fessée. Un sourire se dessinait sur son visage, son rêve se déroulait plutôt bien. les petits bruits qui s'en suivent, le coton, l'eau de vie coulant sur la blessure, lui évoquait d'autres choses plus profondes. Soudain, elle sentie son corps devenir plus chaud, mais un peu trop chaud, son sommeil devint encore plus léger. C'est alors que la sulfureuse sentie sur sa peau le drap de coton épais de l'infirmerie. Rien à voir avec ses draps de soie. Sa conscience écarta alors promptement son rêve, la ramenant illico presto à la réalité. Son amie l'infirmière, une demande, un uniforme scandaleusement correct, ses deux chéris qu'on ne voyait qu'à peine. L'infirmière qui croyaient aux bons élèves, la salle réservée aux professeurs, le lit... C'est dans un cri de surprise et de stupéfaction que Betty ouvrit les yeux se redressant à toute vitesse. Le drap était tombé à ses pieds. La sulfureuse le regarda d'un regard dubitatif, qui pouvait bien vouloir la cacher à ce point ? Le sainte infirmière qui va trop souvent à la messe ?

Puis, le tintement du fil et de l'aiguille, qui lui était si familier quand il s'agissait de ses robes sur mesure, lui fit comprendre une chose stupéfiante. Betty n'était pas seule ! La sulfureuse se tourna, dans son dos, un professeur était en train de se soigner tout seul. La fille de joie devint rouge comme une pivoine, pourpre de honte, son amie ne lui pardonnerait pas d'avoir faillit à sa mission pourtant si simple. Betty se leva presque accourant vers lui, elle s'agenouilla pour observer de plus près la plaie. Puis s'éclama d'une voix douce et mielleuse.

Pourquoi ne m'avez vous pas demandé mon aide ? Je suis là pour vous aider. Laissez moi voir.

Betty écarta doucement les mains de Wyatt, elle lui prit l'aiguille et le fil, observant avec attention les bordures de la plaie. Elle reprit un coton imbibé d'alcool, puis donna la bouteille au professeur.

Tenez, ça ne pourra pas vous faire de mal de vous détendre un peu.

En disant ses quelques mots, elle lui avait faire son sourire charmeur, celui que la sulfureuse servait à ses clients les plus jeunes quand il étaient au fond de son lit, timide et peureux. Même si en ce qui concerne Wyatt, la fille de joie n'ignorait pas que le goulot de la bouteille lui était familier. Délicatement avec le coton, elle nettoya en profondeur les bords de la plaie, car c'étaient eux qui devraient rapidement cicatriser. Enfin elle se sait de l'aiguille, en regardant les quelques points de suture déjà réalisés par son patient.

La couture c'est pas ton truc mon mignon, laisse moi faire.

Betty y allait le plus délicatement possible avec la légèreté d'une plume, toutefois, elle ne perdait pas de temps, à chaque fois que l'aiguille traversait les chairs du jeune homme, on pouvait voir les muscles de son torse nu se crisper, pas question de le laisser vivre cela trop longtemps. Ce fut quelques minutes plus tard que Betty faisait un noeud. La blessure était complètement raccommodée, mais Wyatt avait besoin d'un peu de repos. La sulfureuse plongea alors son regard dans celui de son patient du jour, sa poitrine volumineuse touchait presque les genoux de Wyatt. Le tablier de Betty n'était plus très blanc et arborait quelques taches maladroitement essuyées par la fille de joie. Betty se leva, sa poitrine à la hauteur du visage de Wyatt. Elle se baissa un peu pour l'aider à se lever.

Allez mon bon monsieur, au lit !

Le franc parlé de la jeune femme, mis en rapport avec son métier d'origine pouvait avoir une double interprétation. Heureusement que la grosse infirmière de l'accueil ne l'entendait pas, elle lui ferait une leçon de bienséance. Comme si c'était le problème ! Finalement Betty était satisfaite de son ouvrage, mais éprouvait aussi une autre satisfaction, Wyatt était le seul professeur qu'elle n'avait pas encore eu dans ses bras. Il n'avait jamais osé lui parlé, et était bien trop saoul pour que la fille de joie cherche à l'approcher au saloon. De plus, à ce que lui en disait Jeff il était plutôt dangereux. Cependant, à l'instant où Betty avait posé ses mains sur lui, il ne lui avait pas donné l'impression d'être méchant, ni agressif, juste blessé et affaiblit dans une certaine mesure. Les circonstance lui donnaient presque un air sympathique et aimable. Betty l'aurait bien embrassé pour le félicité de son sang froid, après tout il avait été courageux, pas un gémissement de douleur violent et hurlant comme les enfants de la salle d'à côté. Un grand garçon que Betty ramènerait bien dans sa chambre un jour. Tout en disant cela, elle c'était mordu la lèvre inférieure. La sulfureuse était certes une ancienne Orchids, mais elle n'avait jamais su mentir avec ce mur impassible, son corps parlait pour elle.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une infirmière un peu spéciale pour un curieux professeur (Pv: Wyatt McDwyken)   Aujourd'hui à 7:54

Revenir en haut Aller en bas
 

Une infirmière un peu spéciale pour un curieux professeur (Pv: Wyatt McDwyken)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» OFFER SPÉCIALE !!!!!!! pour joueur d'hockey
» Pour les curieux
» Convocation chez son directeur de maison à 18h
» Comment postuler pour être professeur.
» Pour une occasion très spéciale !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Le pensionnat :: L'infirmerie-