PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Xavier Kannan


Messages : 66
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 22

MessageSujet: A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]   Sam 22 Mar - 16:04

Rifle bullets
"Xavier mon fils. Ta voilà enfin!
-Vous m'avez fait demandé Père?"


Quelle drôle de question. Bien sûr qu'on l'avait appelé. Et à un mauvais moment de plus est. Il était en train de s'occuper de quelques cas lorsque l'un de ses domestiques était apparu pour non seulement l'arrêter mais aussi pour lui faire parvenir une lettre. Bien sur le jeune homme en avait pris un grand dans sa fierté puisque ses adversaires et camarades s'étaient moqués de lui. Après tout ce n'était pas tout le monde qui se faisait appelé "maître" dans le coin et qu'on saluait avec une révérence. Du coup l'albinos s'était dépêché de dégager le domestique et de s'en aller chercher son cheval pour retourner chez lui. Si son père l'avait demandé c'est qu'il devait bien y avoir une bonne raison. Ou du moins il en avait intérêts...

"Oui. C'était pour parler d'une certaine affaire que j'ai entendu. Une affaire qui me semble assez sérieuse pour que j'en discute directement avec toi sans passer par le biais de ta barvarde mère...

Xavier serra ses poings et resta immobile en regardant toujours son paternel qui était assis derrière son grand bureau. Il ne craignait pas les coups de bâton pour lui apprendre à se tenir correctement  mais plutôt la colère de Monsieur Kannan. S'il était d'une nature calme et docile il ne tolérait aucunement une erreur de la part de ses sept enfants. Était-ce a cause de ce qui s'était passé lors du Concours au Nouvel An? Ou à cause de quelques ragots racontés par ses petites sœurs dans l'unique but de le taquiner? Le jeune homme sentait son coeur battre la chamade.

"J'ai ouï dire que tu avais sauvé une jeune demoiselle en détresse."
-Veuillez m'excuser?
-Ne joue pas l'ignorant mon fils. Claudine et Emily m'ont dit que lors d'un bal tu as sauvé une jeune fille qui était en train de mourir.


Xavier fronça les sourcils et regarda autour de la pièce , cherchant dans ses souvenirs celui d'un sauvetage. Puis revint en sa mémoire l'image de Spring qui étouffait dans son corset et de lui qui venait le lui enlever et lui faire du bouche a bouche. Puis.... Il se remémora enfin de ce qui s'était passé par la suite : Spring qui le frappait et lui qui lui donnait un coup de couronne. L'albinos afficha un sourire crispé. Il avait gardé un mauvais souvenir de cette soirée et cela par la faute de cette protestante. Surtout qu'elle ne lui avait pas rendu sa veste.

"C'est un acte de bravoure mon enfant et je suis fier de toi. Pourquoi ne m'avoir rien dit ?"


"Peut-être parce que vous n'êtes jamais présent pour vos progénitures et que je n'ai sauvé l'autre que par pure pitié?" avait envie de répondre l'albinos. Mais il se retint. Il ne voulait pas se recevoir un coup de bâton dans le dos. Il regarda son père. Ce dernier avait l'air tout content de lui et le voir souriant pinçait le cœur de l'adolescent qui n'avait pas envie de briser son bonheur. Le Vicomte se leva de sa chaise et tourna autour de lui afin de l'inspecter, ce qui fit braquer le jeune homme qui se mit à regarder un point face à lui : le tableau derrière le bureau de son paternel. Celui-ci disparu quelques minutes avant de revenir devant son fils, deux épées à la main.

"Tiens donc, mon fils. Ceci est un présent pour toi, afin que tu puisses protéger le bon peuple.
-Veuillez à nouveau m'excuser?
-Un bon Vicomte se doit de satisfaire et protéger la population. Et comme tu as déjà commencé, je t'offre la possibilité de commencer là ton travail de noble protecteur. Peut-être même qu'après la fin de tes études je devrais songer à t'envoyer dans une académie militaire afin que tu puisses encore plus protéger les prolétaires."


Xavier se braqua et demeura silencieux. Il serra son emprise sur les deux sabres qu'il tenait dans ses mains, aussi richement décorés que ses deux colts. Il se mordit aussi la lèvre inférieure. Une carrière militaire? Pour lui? Un albinos aussi sensible aux températures et au soleil? Cependant, il ne pouvait rien dire. Après tout, Louis avait été envoyé dans une école de médecine alors qu'il n'avait rien demandé. Quant à Rose, pauvre Rose.... ce n'était à peine comme si on s'était débarrassé d'elle en l'inscrivant dans un pensionnat pour apprendre aux jeunes filles d'être de véritables lady. Son père lui posa une main sur son épaule.

"Je suis fier de toi, mon fils."


* * * * * * * * * * * * * * * * * * *  * * * * * * * * *

"FILLE DE PROLETAIRE! MAUDITE SOIS-TU! QUE TOI ET TA FAMILLE VOUS VOUS EN PRENEZ PLEINS LA POIRE! MEURS ETOUFEE PAR UN MORCEAU DE POULET QUI RESTERA COINCEE DANS TA GORGE! ET TOUTE SEULE DANS TES APPARTEMENTS POUR QUE PERSONNE, JE DIS BIEN PERSONNE NE VIENNE TE SAUVER!"

En colère? Le petit Xavier? Non.... à peine. Insultant en français Spring, il s'entraînait avec ses deux sabres. Fort heureusement, le monde l'avait fait gaucher : vu qu'on l'obligeait à utiliser la main droite, il pouvait utiliser ses deux mains afin d'utiliser des armes. Il s'était réfugié au bord de la rivière de Whiteriver Town, se tenant le plus éloigné d'elle afin que personne ne voit à quel point il était furieux. Contre qui? Spring bien sûr. Il la tenait pour responsable de ses soucis. Si elle ne s'était pas mis un corset trop serré, sans doute n'aurait-il pas eu à la sauver. Claudine et Emily parlaient trop elles aussi. Peut-être devrait-il leur montrer qu'elles lui devaient un peu plus de respect. Après tout, il avait fait tant de choses pour elles alors qu'elles ne lui faisaient que quelques crasses. Le jeune albinos s'arrêta et laissa échapper un long soupire, essoufflé. Il lâcha ses armes et passa ses mains sur son visage, les frottant contre lui. Non, il n'y avait qu'un seul espoir et c'était sa mère. Pourvu que cette dernière entendait parler des dernières idées de son mari : peut-être cela pourrait sauver la mise de son fils.

Pensant que c'était bon et qu'il pouvait se reposer, le jeune Vicomte enleva ses mains avant de remarquer qu'il y avait du sang sur elles. Ah, il saignait du nez à présent. Maudit soleil! Qu'il s'étouffe lui aussi avec un morceau de poulet ! Il jeta ses armes en direction de sa veste et de sa cravate qu'il avait enlevé quelques heures auparavant afin de ne plus trop souffrir de la chaleur écrasante du pays. Puis, il s'approcha de la rivière et se lava le visage et les mains, avant de passer de l'eau sur sa nuque. S'il n'était pas aussi pudique, il se serait volontiers baigné dans la rivière tellement elle était fraîche. Mais malheureusement pour lui, il était fort probable que des gens passent dans le coin.

Le Rifle s'en alla vers l'arbre sous lequel étaient posés ses affaires. A l'ombre, il s'assied et regarda ses deux armes. Après peut-être que la carrière pouvait être bénéfique pour lui, il n'en savait rien. Puis au pire, il pouvait juste dire à son père que la demoiselle qu'il avait sauvé était une personne avec qui il se battait tout le temps, une compagne de jeux. Oui, mais le connaissant, il allait sans doute s'imaginer des choses grotesques. Et vu que les nouvelles vont vite dans la famille Kannan, autant ne rien dire. Ah que c'était difficile de trouver une bonne excuse sans blesser son père! Il trouvera bien quelque chose, un jour ou l'autre n'est-ce pas? Il prit l'une des deux épées et le retira de son fourreau avant de se mettre à l'aiguiser avec une petite pierre spéciale qu'on lui avait donné et dont il ne connaissait pas le nom. Se mettant à chantonner quelques chansons de son pays, il se décida de vider son esprit. Il devait trouver quelque chose, certes, mais pendant ce temps il avait juste besoin de faire le vide afin de pouvoir se sentir bien.
[/color]

_________________
Je parle en français
Je parle en anglais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw


Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]   Sam 22 Mar - 18:12

The Tulips
Le bal avait été un véritable fardeau. Spring avait tout de même réussi à s’évanouir à cause d’un stupide corset trop serrée, avant d’être secouru par Xavier Kannan, un des garçons qu’elle détestait sans doute le plus dans tout le pensionnat. Enfin, elle lui avait tout de même envoyé son poing dans la figure alors qu’il tentait de la ranimer avec un bouche à bouche, et lorsqu’elle avait blessé Matthiew, c’était lui qui avait été désigné coupable. La Tulip n’était donc pas sortit tout à fait perdante de cette soirée, mais on avait tout de même put la voir danser avec l’albinos, la veste de celui-ci posée sur ses épaules. Veste qu’elle n’avait d’ailleurs évidemment pas gardée et qui devait trainer quelque part dans les ruelles de la ville. Quelques jours après, la tueuse décida, sans prétexte particulier, d’aller se promener le long de la rivière. Il devait être aux alentours des 16/17 heures,  l’air était chaud, presque suffocant, heureusement rafraichi par une légère brise fraiche. La Tulip marchait donc le long du court d’eau, les yeux vides, fixant le chemin et le paysage  sans paraitre les voir. Après une petite heure de balade, elle s’arrêta et se mit à fixer l’eau limpide de la rivière. Perdue dans ses pensées, celles-ci la ramenèrent directement à un souvenir assez peu agréable de son enfance.

C’était une belle journée d’automne. L’air était frais et les feuilles commençaient déjà à tomber. Des éclairs orangés qui  venaient se poser avec douceur sur l’eau du lac qui se trouvait derrière une vieille masure noir et peu accueillante. C’était dans cette maison que Spring avait grandi et vécu dix années d’horreur. Elle avait 6 ans ce jour-là, et avait dût accompagner son père au bord de l’étang afin de l’aider à bruler la vieille barque qui flottait dessus depuis des décennies et qui était désormais tout à fait inutilisable. Spring suivait donc silencieusement son paternel sans un bruit, restant derrière lui en espérant échapper aux coups qu’il lui donnait quotidiennement.

- Grouille toi la môme j’veux qu’ce soit fini ‘vant l'diner

Il se tenait face à la rive, les mains sur les hanches. La corde de la frêle embarcation avait rompu et elle voguait maintenant librement sur les flots inertes. Lorsqu’elle le rejoint, il tourna la tête.

- C’te foutue corde a lachée. Grouille toi d’aller chercher l’ raffiot ‘vant qu’soit nuit

Son père avait vraiment une façon de parler tout à fait déplaisante, et niveau finesse, ce n’était pas ça non plus. Petite Spring, elle, fixait l’eau verte de l’étang sans réagir, puis leva vers lui des yeux à l’époque déjà vidé de cette insouciance propres aux enfants.

- Mais papa, je sais pas nager…

Et il la regarda un instant, avant d’exploser de rire et de s’approcher d’elle.

- Mais c’pas grave, j’vais t’apprendre d’suite !

Et avant même qu’elle puisse se rendre compte qu’il levait la main, il lui administra une grande tape dans le dos, qui la fit basculer en avant et atterrir dans l’eau. Comme un réflexe, elle se mit à se débattre dans l’eau, et crut qu’elle coulait. Puis elle refit surface, recrachant le liquide qui s’était insinué dans ses bronches, battant furieusement des bras et des jambes, avec en bruit d’arrière-plan son père qui riait franchement, liant à des moqueries quelques conseils hilares. C’était ainsi que Spring avait appris à nager, à l’aide d’une méthode pas forcément très recommandée.

La jeune femme cligna des yeux, et, ne voyant personne dans les alentours, se dit que cet épisode ne risquait pas de se reproduire aujourd’hui.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier Kannan


Messages : 66
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]   Sam 22 Mar - 22:15

Rifle bullets
Il remit ses armes dans leur fourreau respectif, laissant échapper un soupire. C'était bon pour la journée, il n'y avait rien à faire de plus devant cette rivière si ce n'était que dormir. Mais Xavier était un vicomte qui n'avait jamais eu l'occasion de dormir à la belle étoile et encore moins dans la nature. D'ailleurs, se reposer en plein milieu de la journée était une chose qu'il ne pouvait pas supporter. Et pourtant, du sommeil, c'était ce qu'il lui manquait le plus à voir ses cernes mises en valeur par la pâleur de sa peau, de ses yeux et de ses cheveux. Il les attacha à sa ceinture, un à chaque flanc afin d'en faciliter le transport. Puis, il tourna plusieurs fois afin de s'assurer à ce que son pantalon ne tombe pas. Il n'avait pas envie de se retrouver dans une mauvaise posture devant tout le monde, si jamais bien sûr il avait la malchance de croiser quelqu'un. Étendant sa veste sur son cheval, il se mit à siffloter. C'était une chose qu'il ne devrait pas faire puisque ceci était considéré comme impoli. Il refit sa cravate et se mit à marcher tout le long de la rivière, tenant par les brides son compagnon. Il n'avait pas envie de le chevaucher, après tout, il avait tout son temps pour rentrer à l'internat, n'est-ce pas? Alors qu'il se sentait reposer, il vit au loin une forme. L'albinos s'arrêta et plissa les yeux pour observer la silhouette.

"Je pense que la journée va être pourrie..."

Il avait murmuré tout bas ces mots en reconnaissant Spring. Qu'est-ce qu'elle faisait ici? Etait-elle venue se noyer? Qu'elle le fasse et le monde se portera mieux. Le vicomte fronça les sourcils. Dire qu'il se sentait bien, voilà qu'elle venait de lui mettre les nerfs à vif. Il avait bien envie de lui montrer qu'on ne se moquait pas facilement d'un noble de son rang. Il lâcha son cheval avant de se mettre à courir en direction de la jeune femme et... la pousser dans l'eau. Oui, peut-être aurait-il dû aller tout doucement pour faire plus de surprise, mais comme il était un boulet, autant ne pas jouer l'assassin. Le jeune homme regarda la Tulips au bord de la rivière en croisant les bras.

"Alors comme ça on prend un bain à ce que je vois? Et bien, je ne savais pas que les prolétaires se lavaient. Et encore moins avec leurs vêtements."

Il se mit à sourire, puis à ricaner. Après tout, ce n'était pas tout les jours qu'il pouvait se moquer de Spring. Puis comme ça, si lui avait été blessé dans sa fierté, il en serait de même avec elle.

"Fais bien attention à ne pas te noyer : cette fois-ci je ne te sauverais pas.

Xavier n'aimait pas trop parler de ça et de se remémorer du bouche-à-bouche qu'il avait fait à la demoiselle. Mais si lui n'avait pas aimé ce moment, il devait en être de même pour elle. Après tout, ne s'était-elle pas fait enlevé son corset et sauvé par son ennemi? La preuve était même qu'il s'était fait frappé par elle, et plutôt violemment. Peut-être que lui faire raviver ces mauvais souvenirs allait la mettre en colère. L'albinos la toisa depuis le bord de la rivière, souriant toujours.


_________________
Je parle en français
Je parle en anglais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Spring Flaw


Messages : 116
Date d'inscription : 19/05/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]   Sam 22 Mar - 23:15

The Tulips
Alors qu’elle était en pleine réflexion, Spring sentit qu’on la poussait dans le dos. Avant de pouvoir faire quoi que ce soit, elle se sentit basculer en avant, et vit par flashs successifs l’eau qui se rapprochait dangereusement de son corps. Puis elle sentit un grand froid l’envahir, contrastant étrangement avec la chaleur de la journée. Elle venait d’atterrir dans la rivière, sa robe s’était immédiatement imbibé d’eau, et pesait maintenant lourd sur ses épaules, comme si elle voulait l’entrainer vers le fond. Ses couteaux ne faisait qu’empirer cet effet, et la jeune femme dût se débattre quelques instants sous l’eau pour regagner la surface. D’un puissant coup de jambe, elle sortit brusquement sa tête de l’eau, et emplit ses poumons d’air dans une grande inspiration.

Ses longs cheveux étaient plaqués contre son crâne et elle dut les dégager de devant son visage pour pouvoir voir celui qui l’avait poussé… Xavier, encore cet imbécile. Spring effectua quelques mouvements de brasse pour ne pas couler, et oui elle n’avait pas pied dans cette partie de la rivière, et s’approcha du rivage en fixant l’albinos de ses yeux glaciales. Pourquoi fallait-il qu’il vienne toujours l’embêter quand elle ne lui demandait rien ? Sans compter que le français ne se gênait pas pour se moquer d’elle. Il semblait adorer la traiter de prolétaire… Pourquoi, bonne question. C’était vrai, certes, mais la Tulips n’en avait absolument pas honte. Il y avait quelque chose de comique chez ce petit noble à toujours essayer de la rabaisser avec son rang social, alors que cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Libre à lui, après tout.

- Tu n’aimes pas les bains Xavier ? Je suppose que c’est normal, les nobles préfèrent se parfumer, c’est bien ça ? Mais attend, on va remédier à ça.

Elle s’était approché dangereusement du rivage, et d’un coup elle donna un violent coup dans l’eau, étendit un bras et saisit la jambe du jeune homme. Puis, elle tira brusquement afin de l’entrainer dans l’eau avec elle. Il y eu un grand splash, et la tueuse appuya sur la tête de l’albinos pour le faire encore plus rentrer dans l’eau… Et y rester. Elle maintint la pression de son bras sur son crâne, en tentant de le noyer, de lui faire ravaler ses moqueries et surtout lui rappeler que la noblesse ne rendait pas les gens intouchables.

- Me noyer ? Mais n’est-ce pas toi qui est en train de te noyer en ce moment même ?



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xavier Kannan


Messages : 66
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 22

MessageSujet: Re: A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]   Dim 23 Mar - 14:17

Rifle bullets
Qu'est-ce qu'elle avait l'air fine avec ses cheveux plaqués sur son crâne avec l'eau de la rivière. Elle ne semblait pas être contente de le revoir, bizarre. Peut-être parce qu'elle ne l'appréciait guère? Spring ne tarda pas à répliquer, osant dire en sorte que les nobles ne se lavaient pas mais se parfumaient. C'était quoi encore ces sottises? Où est-ce qu'elle avait entendu dire que les seigneurs n'avaient aucune hygiène. Quelque peu désorienté par ce qu'elle venait de dire, Xavier ne fit pas attention à elle. Ah oui, c'était vrai! Les hauts nobles avaient le don de ne pas se laver. Ils se contentaient juste de se passer un bout de chiffon imbibé d'eau sur leur nuque et de se parfumer. Chez les Kannan c'était autre chose puisqu'ils étaient souvent partis s'amuser près des rivières et des autres cours d'eau. De ce fait, ils avaient toujours su apprécier l'eau. Tiens, d'ailleurs, ce n'était pas pour l'une de ces raisons que sa famille n'était pas appré...?

"Yaaaaaaay!"

Il tomba misérablement dans l'eau, tiré par les pieds. Cela le fit sortir bien sûr de ses pensées. Lui qui voulait se baigner quelques minutes plus tôt, voilà qu'il était en train de le faire. Certes avec l'aide d'une Tulips, mais bon. Les poids des épées commençaient à l'emporter au fond, mais alors qu'il allait sortir sa tête de l'eau, il sentit une main la pousser en dessous, comme pour le noyer. Non mais il rêvait ou est-ce que cette peste tentait de le faire mourir? Non.... Elle n'irait pas jusque-là tout de même? Quoique... Sentant ses poumons le pincer, le vicomte se baissa la tête un peu pour prendre la taille de Spring... et lui mordre le ventre. Grosse erreur de sa part puisqu'il perdit encore plus l'air qu'il avait stocké. Il poussa alors la demoiselle à l'aide de ses mains et d'un de ses pieds pour pouvoir s'éloigner au plus d'elle. Tête hors de l'eau, il respira un grand coup avant de tousser. Il prit avec grands peines sa respiration avant de regarder la Tulips.

"Non mais tu es malade ou quoi?! J'ai pas essayé de te noyer non plus MADAME SANS HUMOUR!"

D'ailleurs, est-ce que lui-même en avait? Il en était pas certain. Après tout, vu comment il était rancunier et aussi irritable qu'une femme enceinte.... il ne devait pas trop en avoir. Il nagea jusqu'au bord pour y laisser là ses épées. Il n'avait pas envie de se mourir noyé. Et de plus est, à cause d'une femme. Il ne sortit pas de l'eau, aucunement. Il avait encore envie d'embêter Spring. Il se rapprocha d'elle assez rapidement afin qu'elle n'ait pas le temps de s'échapper. A vrai dire... il s'était complètement jeté sur elle, la poussant dans l'eau avec son poids. Puis, il la prit par les cheveux et lui fit sortir la tête de l'eau.

"Prends-en de la graine : en plus de le voir se laver, tu as l'occasion de voir un noble jouer sa blanchisseuse!"

Et il poussa la tête de la jeune fille dans l'eau quelques secondes avant de la ressortir, et de recommencer ces mouvements en espérant que ça la calme.


_________________
Je parle en français
Je parle en anglais
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]   Aujourd'hui à 7:52

Revenir en haut Aller en bas
 

A la clair rivière, en allant me défouler, j'ai vu une prolétaire, que je ne peux plus m'saquer ♫ [PV Spring]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» Il ne manquait plus que toi.[PV Rivière 'Argentée]
» Inauguration du Pont sur la Rivière Pendu
» Elle avait ce teint clair et une bouche rose...
» [WIP] Diorama: "Bataille sur la rivière"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Whiteriver Town :: La rivière Whiteriver-