PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'eau était claire. {Matthiew F.Field}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Sam 2 Juin - 12:27

Chef des the Orchids

Le lac White était nommé ainsi pour la couleur de la roche dans laquelle il avait élu domicile, d'une couleur blanche immaculée, l'eau était clair, d'une transparence impressionnante, c'était de ce lac que venait la Whiteriver qui traversait la ville de part en part. Ce lac était au plus haut sommet des montagnes de Whiteriver Town. Peu de gens s'y aventuraient, et ça Mary-Jane le savais. Seuls les plus courageux, et les plus habiles franchissait le col de la montagne du lac White. Mary-J. quant à elle, avait l'habitude de venir ici tous les samedi, elle sellait Midwest, prenait un pic-nic chez Joe, un livre chez Maria et partait pour le lac White. Bien sûr, sa venue restait secrète, et même ses Orchids ignorait où leur chef passait tous ses samedis. Elles ne savaient qu'une chose c'est que Mary-jane revenait toujours avec un bouquet de fleurs. En effet, la jeune femme passait par la prairie au retour, c'était une sorte de rituel pour faire oublier sa disparition. Pour ses Orchids ça disparition paraissait toujours aussi suspecte, mais pour les membres des autres groupes, Mary-Jane était de toute façon étrange, et incompréhensible. Sa froideur ne donnait pas forcément envie aux autres de l'approcher et son statut de chef ne l'aidait pas non plus, toutefois, Mary-jane arrivait à entretenir de bonne relations avec les autres chefs féminines, une rivalité bon enfant. Enfin c'était son impression. Marilyn était une bonne rivale et Ancolie, une gamine mystérieuse, car au fond malgré tous ses efforts Mary-J. n'arrivait pas à savoir qui elle était vraiment.

Mary-J. utilisait aussi le lac pour se laver, à vrai dire les sanitaires du lycée était un peu rustique, et la belle avait besoin d'un peu plus d'eau pour se sentir propre. Le lac White étant dans la roche comportait de nombreuses criques et des troncs d'arbres morts étaient au bord, à quelque mètres seulement on trouvait la forêt de la montagne, le niveau de l'eau avait monté depuis une vingtaine d'années et les arbre trop près ont péris, ce qui offrait une cachette idéale pour un bain en pleine nature. Depuis plus de deux ans, elle n'avait jamais été découverte, sa confiance grandissante, Mary-J. ne faisait plus attention si on la suivait, ou même si une autre âme qu'elle pouvait aimer ce lac.

La chef des Orchids accrocha les rennes de Midwest, sa jument à un arbre, sur le rocher d'à côté elle déposa un linge, puis son sac duquel elle extirpa son livre. Puis Mary-Jane commença à retirer ses vêtements, mais par pudeur gardait ses dessous, c'est à dire une mise blanche qui lui sert de jupon, elle avait prévue du rechange. Mais regardant Midwest avec un grand sourire, plein d'amour pour sa meilleure amie, elle lui cria du rivage.

Ferme les yeux Midwest !!

L'eau était clair et propre, elle y entra doucement, malgré la fraicheur de celle-ci, Mary-J. réussit à s'y baigner entièrement. Profitant du moment, le demoiselle fit quelques brasses.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Jeu 3 Jan - 11:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Matthiew F. Field
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Sam 2 Juin - 14:34

Flick Knife

Il faisait beau, il faisait chaud, il faisait horriblement chaud ! Le soleil tapait dur sur Whiteriver Town et même si Matthiew en avait l’habitude, il détestait ça avoir trop chaud était étouffant et ça c’était quelque chose qui l’horripilait. C’était donc pour ça qu’il avait fini par décider de rejoindre la rivière pour s’y rafraichir en s’y baignant. Malheureusement, il ne fut pas le seul à avoir cette idée, car quand il arriva au bord de la rivière, il vit une foule incroyable dans l’eau. Fin dit comme ça c’était un peu exagérer, cependant il y avait du monde, beaucoup trop au goût du chef des Flick Knifes qui fit demi-tour. Il alla vers le pensionnat, résolu à ne pas se baigner aujourd’hui. Cependant, il eut un petit éclair de génie, se retournant, il regarda en amont de la rivière, vers les hauteurs rocheuses, il n’y avait pas que la rivière pour se rafraîchir.

Chevauchant tranquillement jusqu’aux hauteurs, le jeune homme sourit, heureux d’avoir trouvé une solution à son soucis de chaleur. Il arriva finalement sur les rives du lac White, un magnifique endroit très peu fréquenté et surtout idéale pour retrouver un endroit calme qui était rare au pensionnat, surtout quand on était chef et qu’à tout moment on le sollicitait pour des plans et autres choses… Il commençait franchement à se demander pourquoi il était chef, il n’en avait pas la carrure, mais jusque-là il s’était bien débrouillé, cependant cet instant de solitude allait lui permettre de faire le vide dans son esprit, libéré de tout quelques instants. Mettant finalement pied à terre, le jeune homme laissa son cheval aller gambader autour pour se dégourdir les jambes.

Matthiew s’avança vers un monticule d’affaires déposées de façon assez ordonné, le jeune homme observa les vêtements en penchant la tête, se demandant s’il y avait quelqu’un dans les environs, il guetta autour de lui mais ne vit personne, ni sur les rives, ni dans l’eau. Haussant les épaules, le chef des Flick Knifes rejoignit d’autres pierres blanches non loin des pierres occupées. Ce déshabillant, le jeune homme ôta toutes ses affaires et les posa sur les pierres blanches, il retira aussi son bandeau sur l’œil, dévoilant sa vilaine cicatrice et son œil à l’iris de couleur cristalline. Il finit donc par porter son regard sur l’eau, s’avançant vers elle.

L’eau était froide, mais c’était vraiment agréable au contact de la peau, surtout avec l’horrible chaleur qui régnait à la surface, y allant tranquillement pour éviter un malaise avec le changement de température quelque chose qu’avait connu le jeune homme étant petit en fonçant avec son frère dans l’eau. Enfin bref, il s’enfonçant dans l’eau et se mit à nager tranquillement. Il plongea sa tête dans l’eau claire, laissant ses long cheveux en désordre, lui voilant légèrement la vision fermer les yeux quelques instants, ce concentrant sur un instant de calme. Il commençait à se vider la tête en faisant abstraction de tout ce qui l’entourait il était maintenant de marbre, presque aussi immobile que les pierres blanches qui entouraient le lac White. Il se croyait alors seul et surtout il était soulagé de la chaleur qu’il détestait tant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Dim 3 Juin - 18:09

Chef des the Orchids

Mary-Jane continuait à nager naïvement dans l'eau claire du lac White, jetant de temps en temps des petits regards vers Midwest lui adressant de doux sourire et lui faisant des signes. C'était dans ces moments de solitude que la chef des Orchids était la douce et charmante Mary-J. Soudain Midwest se mit à hennir, la demoiselle se retourna vivement dans l'eau, pour jeter un oeil à sa monture. Des bruits de sabots se faisaient entendre et ce n'étaient pas ceux de la jument. Son regard se durcit et son premier réflexe fut de rejoindre le rocher le plus proche pour s'y cacher. Mary-Jane calma sa respiration, se faisant silencieuse, seule sa tête sortait de l'eau, tentant de faire le moins de vague possible elle observait le rivage et plus particulièrement sa jument. Un jeune cowboy s'avançait à cheval, il s'installa juste à côté, à quelques mètres de Midwest. Il avait l'air intrigué, puis observa le lac avec attention. Mary-Jane se cacha derrière son rocher, sa tenue était quelque peu légère et inappropriée pour rencontrer un homme. Et puis, comment sortir d'ici ?! Mary-J. glissa doucement le long du rocher pour prendre connaissance de la situation actuelle. Ses yeux s'écarquillèrent. Le moment avait été mal choisit, le jeune inconnu avait enlevé ses vêtements et commençait à entrer dans l'eau, en prenant tout son temps. La chef des Orchids eu l'impression que cela durait une éternité, elle avait tout le loisirs d'observer le corps musclé et bien formé de cet être du sexe opposé. La jeune chef des Orchids n'avait jamais eu l'occasion de voir le corps d'un homme avec si peu de vêtements. Un léger rouge vint empourpré ses joues à cette pensée.

Midwest hennit une deuxième fois, ce qui sorti immédiatement Mary-Jane de ses pensées impures, reprenant pied, au sens figuré, notre jeune femme commença une analyse du terrain et de l'évolution du champ de bataille. Le jeune homme avait commencé à nager se rapprochant de Mary-J. qui le reconnu sans mal. C'était Matthiew F. Field, le chef des Flick Knifes. Mais pourquoi lui ?! C'était une malédiction !! Mais dans le fond tout ce qui se passe entre chefs restent entre chefs, c'est sans doute une mince consolation face à l'idée d'être à moitié nue devant un homme. Enfin, si on reste positif, les formes de Mary-J. étaient plutôt avantageuses, il n'y avait pas trop trop de honte, mais il y en avait quand même. Mary-Jane secouait la tête pour faire disparaitre ses pensées.

Sa stratégie était enfin en place. Mary-Jane longea le rocher en sortant de l'eau, par chance, sur le rivage les rocher se suivait et l'arbre sous lequel était attaché Midwest était assez large pour cacher le frêle corps de la jeune femme. Mary-J. se faufila d'un rocher à l'autre en faisant un pas vif quand un trou en séparait deux. Le silence était d'or et c'est avec beaucoup de discrétion qu'elle rejoignit l'arbre et Midwest. Cette dernière se mit bien en travers entre l'arbre et l'homme qui continuait de se baigner pour cacher son amie. La chef des Orchids, se cacha derrière sa jument pour attraper son sac et se réfugier avec ses affaires derrière l'arbre, elle revêtit ses vêtements à toute vitesse, les bout de ses cheveux était encore humide, vestige de sa baignade improvisée.

Cependant, quelque chose fit sortir Mary-Jane à toute vitesse de sa cachette, Midwest boitait. Sans doute un caillou coincé dans son sabot. Mary-J. attrapa vivement le pied de son amie et sortit de sa poche un couteau, elle l'utilisa pour soigné sa jument en lui disant des mots doux et rassurant.

Ne t'inquiète pas Midwest, ce n'est pas grand chose, tout va bien se passer. Reste calme mon amie. Chut, ne bouge pas.

Captivé par la tâche qui l'incombait, Mary-jane en oublia Matthiew F. Field. Une fois Midwest soulagé de son caillou, Mary-J. satisfaite sourit et lui tapota l'encolure avec tendresse, l'embrassant sur le chanfrein. Mais c'était sans compter le jeune Flick Knifes qui l'observait du lac White. Un peu gêné par son apparition soudaine, Mary-Jane, poussé par ses principes de politesse lui adressa un signe de main en guise de salutations. Restant figé en attendant une réponse.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Jeu 3 Jan - 11:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Matthiew F. Field
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Lun 4 Juin - 19:47

Flick Knife

Le contact de l’eau était vivifiant pour le corps chaud du jeune homme, qui garda les yeux fermés encore quelques instants quand il entendit un cheval hennir, ce retournant, craignant qu’il s’agisse du sien qui avait un problème. Finalement ce n’était pas son compagnon, c’était un autre cheval qui était au bon soin d’une jeune femme aux cheveux blonds encore légèrement mouillé. Matthiew était sûr de connaitre la jeune créature qui devait avoir pris un bain avant lui et c’était sans aucun doute baigné car elle portait les vêtements qu’il avait découverts il y a quelques instants sur les rochers blancs. Il sourit légèrement, elle avait dû se cacher, mais il n’en fit rien et garda un simple sourire aux lèvres, laissant la jeune femme s’occuper du cheval qui boitillait.

Restant ainsi à observer de son œil valide la jeune personne tranquillement, Matt’ se sentit connaître cette personne, mais cependant comme elle était de dos, c’était impossible de l’identifier facilement. Il allait devoir attendre qu’elle se retourne pour qu’il sache à qui il avait affaire. Il avança de quelques pas vers le bord du lac, ne faisant aucun bruit, ne voulant pas perturber la demoiselle qui procurait des soins à son cheval.

Finalement, la blondinette se retourna pour regarda un Matthiew plein de curiosité, qui s’était approché pour mieux la voir… Mary-Jane Kins, la chef des Orchids, le borgne ne s’y attendait pas du tout, mais cela ne fit pas disparaître son léger sourire. Puis, il fut étonné de voir la jeune femme le saluer de loin, il s’était plutôt attendu à ce qu’elle parte, mais elle n’en fit rien à première vue. Finalement le chef des Flick Knifes s’approcha, ils étaient en terrain neutre, l’adversité n’avait pas à avoir lieu en dehors du pensionnat et ça c’est une chose que le jeune homme voulait faire entrer dans la tête de ses membres. Il y avait encore trop de conflits en dehors du pensionnat et cela impliquait souvent des habitants, du coup ce n’était pas une bonne chose.

Enfin bref, ce considérant en terre neutre, le jeune homme voulait apprendre à connaître la jeune femme, ils étaient peut-être ennemis, mais la neutralité du terrain voulait que le borgne n’use de rien de ce qu’il apprendrait de la chef dans la bataille qui faisait rage au pensionnat. Un air simplet sur le visage, il s’approcha un peu plus du bord du lac, l’eau lui arrivant à la taille, pouvant maintenant parler à Mary-Jane, il la regarda dans les yeux.

— Bonjour, ça fait un moment qu’on ne s’était pas vu… Elle était bonne la baignade ?

Affichant un large sourire, il venait de lui faire comprendre qu’il savait qu’elle avait été dans l’eau alors qu’il était là. Comme pour la punir de s’être cachée, le jeune homme lui envoya de l’eau. Il jouait ici la carte de la camaraderie, même s’ils ne se connaissaient pas réellement, le jeune homme voulait jouer les diplomates, voulant essayer de voir si c’était possible d’oublier le conflit à l’extérieur du pensionnat. Affichant un sourire plein de défi, il regarda l’état de la jeune chef, la taquinant légèrement avec l’eau qu’il venait de lui.

— Désolé, mais c’est pour m’avoir observée… Oui tu as encore un peu de rouge sur les joues.

Il mentait légèrement, mais il se doutait que la jeune femme avait dû l’observer, en réalité ce n’était qu’une hypothèse, une hypothèse très probable d’après lui, enfin, malgré tout, maintenant la jeune femme allait devoir attendre que ses vêtements sèchent avant de partir, ça promettait d’être amusant.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Mar 5 Juin - 13:36

Chef des the Orchids

Mary-Jane venait juste de faire un digne de la main en guise de salutation au chef des Flick Knifes, qu'elle le vit sourire. La distance n'était pas assez grande pour que les expressions soient dissimulés. Malheureusement, Mary-J. était encore sous le choc de la situation et il devenait impossible pour elle de reprendre son visage impassible et son comportement digne. La chef des Orchids était à découvert et plus faible que jamais, bien loin de l'intimidation qu'elle avait l'habitude de pratiquer contre ses ennemis. Mais une chose l'intriguait, le sourire de Matthiew F. Field. Ce n'était pas un sourire arrogant ou moqueur comme Mary-Jane le connaissait. Il était tout simplement curieux, avait-il baissé sa garde ?! A la différence de certains, la chef des Orchids considérait que la guerre n'avait pas de frontières. Mais dans la situation actuelle que pouvait-elle faire ?! Fuir ? Un comportement bien trop lâche pour une Orchids de ce nom. Combattre ? Impossible, beaucoup trop dangereux face à un homme comme Matthiew F. Field. De plus, Mary-J. avait été témoin quelques minutes plus tôt d'un spectacle, qui ne lui laissait aucun doute sur les capacités physique de cet homme. En y repensant, son esprit fut perturbé. Mary-Jane revint vite à elle quand le jeune homme s'avança. Mais son esprit n'en était pas plus clair... Il avait de l'eau jusqu'à la taille, et semblait avoir oublié un détail. Si l'esprit de la jeune femme était obscur à ce moment même, on ne pouvait pas en dire autant de l'eau. L'eau était claire... Le chef des Flick Knifes était-il un exhibitionniste ?! Mary-Jane avait du mal à le croire. Peut-être juste inconscient, ce serait plus juste.

Bonjour, ça fait un moment qu’on ne s’était pas vu… Elle était bonne la baignade ?

Mary-jane était tétanisé. Comment savait-il ?! L'avait-il aperçu entre les rochers ? Ou bien derrière l'arbre ?! La chef des Orchids avait perdu son sang froid pour la première fois. Suivant son intuition et ses bonnes manières elle se voulu polie et respectueuse.

Bonjour, Matthiew F. Field. En effet, je ne t'ai pas croisé depuis un moment. ...Et... Pour la baignade... Oui l'eau était fraiche... Et très claire...

Mary-Jane n'avait pas pu s'empêcher de lui lancer un sous-entendu, peut-être comprendrait-il que Mary-J. n'était pas le genre de fille à se délecter des atouts masculins. Pour mieux lui faire comprendre, la chef des Orchids détourna la tête posant son regard sur un rocher à deux mètres à gauche du chef des Flick Knifes. Mary-Jane ne lui avait jamais parlé avant, si ce n'est pour le saluer dans les couloirs avec ironie bien sûr, toujours sur un ton froid et menaçant. Le peu d'informations qu'elle avait pu recueillir était dues à l'observation et aux interrogatoires. Toutefois, de toutes les occasions où la chef des Orchids l'avait surveillé, jamais, au grand jamais, elle ne l'avait vu ainsi...

Soudain, imprévisible, le chef des Flick Knifes l'arrosa avec l'eau du lac. Son premier réflexe fut de se protéger et surtout ses vêtements. Ces derniers étaient trempés... Impossible de s'enfuir ou de couper court à cette conversation pour rentrer au pensionnat, pas dans cet état ! C'était bien trop humiliant. Par chance, sa robe était bleu foncé, on ne pouvait alors que distinguer les courbes du corps de la jeune femme, mais pas en voir sa peau, un maigre soulagement face au résultat. Mary-J. allait protester quand Matthiew justifia son geste.

Désolé, mais c’est pour m’avoir observée… Oui tu as encore un peu de rouge sur les joues.

Mary-Jane était encore perdu, son sang froid était brulant, et sous le choc, elle porta ses mains sur ses joues cherchant à cacher le rouge qu'avait pu déceler le jeune homme. Elle s'était vendu stupidement, attitude qu'elle n'aurait jamais eu si il ne l'avait pas prise par surprise au lac White.

Je ne l'ai pas voulu, quelle idée de se baigner nu ?!!

Mary-Jane avait presque crié, ses joues étaient pourpres. Que faire ?! Mary-J. creusait sa propre tombe à chaque pas. Pour cacher sa honte, elle tourna le dos au jeune homme. Puis prenant sur le rocher le linge blanc qu'elle avait emmené pour s'assoir sans salir ses vêtements, la chef des Orchids tendit son bras sur le côté, le drap au bout, sa deuxième main sur ses yeux pour montrer sa bonne foi.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Jeu 3 Jan - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Matthiew F. Field
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Mar 5 Juin - 19:25

Flick Knife

La jeune femme n’avait pas l’air d’avoir était très mécontent de ce qu’il venait de faire, elle semblait plutôt honteuse… Voir même gênée car le rouge vint à ses joues, elle était assez mignonne comme ça pensa Matt’, c’était assez marrant de voir la chef d’un des clans ainsi, cependant, ceci resterait dans sa tête. Personne n’avait besoin de savoir que cette jeune femme cherchait à cacher sa gêne devant un autre chef en camouflant ses joues derrières ses mains. Tout ce que faisais Matthiew était de sourire, les vêtements de la jeune femme lui collait à la peau, décrivant quelques courbes, mais le jeune homme en galant homme ne les fixa pas, cela ne se faisait pas, son grand-père lui avait appris la morale des bretteurs toujours impeccable avec la gente féminine.

Puis Mary-Jane répondit à l’accusation que lui portait Matt’ et cela confirma ce que pensait le chef des Flick Knifes, elle l’avait bien « observé », cependant une chose frappa celui qui se tenait debout à ce moment-là. Auparavant, en le voyant arrivé, elle avait parlée d’eau claire, il n’avait pas vraiment comprit ce qu’elle avait en tête à ce moment-là, cherchant à lui faire regretter de l’avoir observé, il en avait oublié de relever la chose. Mais par chance, quand elle dit haut et fort « nu », le borgne comprit très rapidement ce qui n’allait pas, baissant les yeux vers le bas, il comprit très vite que l’on pouvait nettement voir à travers l’eau et donc voir ses hum… bijoux de famille. Réagissant au quart de tour, il les cacha en croisant ses mains devant, les dissimulant à la vue de la jeune femme qui avait maintenant le dos tourné, le jeune homme avait perdu sa stabilité, devenant honteux d’avoir affiché ce spectacle à Mary-Jane.

Le rouge lui avait maintenant teinté ses joues, il vit que la chef des Orchids se bougeait de son côté, allant chercher un drap blanc, la jeune femme sembla le tendre au borgne qui sortit de l’eau et vint se saisir du drap, avant de remercier la blondinette. Avec un sourire gêné, il se sécha alors le bas du corps avec le tissu. Il se mit la serviette autour de la taille le plus rapidement possible et finit par tapoter l’épaule de celle qui l’avait observée.

— C’est bon, plus rien à l’horizon…


Rougissant toujours, le jeune homme gardait son léger sourire gêné aux lèvres, il commença alors à enfiler son pantalon, faisant attention à que rien n’apparaisse à nouveau. Une fois le vêtement enfiler, il noua les bouts de tissus qui lui servaient de ceinture et retira le drap qu’il c’était mis autour de la taille. Restant donc ainsi pied nu et torse nu, il rendit le tissu à la jeune femme.

— Merci encore pour ça, je suis désolé d’avoir été aussi… Exhibitionniste. J’avais cru qu’il n’y avait personne, alors voilà… Encore désolé pour ce… Spectacle.

Encore tout gêné par la chose, le jeune homme gardait son sourire gêné avant d’aller s’asseoir sur l’une des grosses pierres blanches tranquillement, s’asseyant en tailleur, il observa de son œil valide Mary-Jane.

— Disons que nager nu est d’un autre effet que d’avoir un vêtement, c’est bizarre dit comme ça je sais…

Le rouge commençant à descendre, il n’arrivait pas à expliquer la chose à la jeune femme, en réalité c’était son grand père qui lui avait dit que pour faire le vide il fallait parfois faire le vide complet au sens littéral. Mais là ce n’était pas terrible, il tenait à se faire pardonner.

— J’aimerais bien me faire pardonner pour ça, cela ne devait pas être des plus agréables et je dois dire que pour lancer une discussion civilisée c’est compliqué la.


Le jeune homme rit légèrement surtout un peu gêné de la situation.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Mer 6 Juin - 19:13

Chef des the Orchids

Mary-Jane était trempé et avait posé ses mains sur ses joues pour cacher sa gêne maladroitement. Mais elle remarqua une chose, qui lui plut. Le chef des Flick Knifes avait de bonnes manières, une fois la robe de Mary-J. mouiller ses courbes élégantes se dessinaient plus provocantes que jamais. Matthiew ne les fixa pas et lui aussi détourna son visage d'un corps trop exposé pour rester poli. Sans compter, l'eau si claire... Le chef des Flick Knifes ne semblait pas avoir réagit au premier sous-entendu de la jeune femme qui avait pourtant bien insisté sur la clarté de l'eau. Par chance, quand elle osa enfin parler de sa nudité, le jeune comprit, et ce ne fut pas difficile à voir. Il croisa ses mains à toutes vitesse devant son intimité, un peu trop voyante jusqu'alors. Il rougissait à son tour et paraissait gêné. Mary-Jane ne put retenir un petit rire cristallin, la situation était plutôt comique, et pour le coup, ils ne valaient pas mieux l'un que l'autre.

Mary-Jane s'était retourné pour chercher son linge blanc, qu'elle tendit de sa main gauche, le bras bien tendu sur le côté pour ne rien voir, et sa deuxième main sur les yeux en guise de bonne foi, même si, en vérité, elle en avait bien assez vu. Enfin, la jeune femme sentit le tissus lui glisser des doigts, Matthiew l'avait sans doute revêtit, mais par politesse, elle préférait attendre son signal. En moins d'une minute, le jeune homme lui tapota l'épaule, en lui disant toujours gêné, d'une voix douce que Mary-J. appréciait ainsi les yeux occulté par sa main. En effet, elle ne voyait plus qu'il s'agissait d'un homme, un bandeau sur les yeux la chef des Orchids aurait sans doute succombé aux charmes de cet individu.

C’est bon, plus rien à l’horizon…

En enlevant sa main encore posé délicatement sur ses yeux, Mary-Jane découvrit le visage de Matthiew teinté de rouge, sans doute comme le sien, il était beau, ses traits étaient fins, mais lui donnaient un air viril indiscutable. Quand il se tourna pour remettre son pantalon, Mary-J. fit bien attention à tourner son regard, évitant de le faire insistant. Mais comment résisté quand un jeune homme aussi musclé, se présente à vous torse-nu vous offrant un drap blanc trempé, qui de plus s'est frotté à sa peau satinée. Mary-Jane était peut-être la chef des Orchids mais n'en était pas moins une femme. Une créature sensible et attiré par les hormones masculines. Ne pensez pas que les femmes valent mieux que les hommes, elles peuvent être aussi faible face à la nudité du sexe opposé. Cependant, la fierté de Mary-Jane était en jeu, pas question de montrer une seule faiblesse devant le chef des Flick Knifes. Vite dit, depuis un moment déjà, face à Matthiew la chef des Orchids n'avait pas arrêté de faire preuve de maladresse.

Merci encore pour ça, je suis désolé d’avoir été aussi… Exhibitionniste. J’avais cru qu’il n’y avait personne, alors voilà… Encore désolé pour ce… Spectacle.

Mary-jane eu un petit sourire amusé, elle avait bien envie d'embêter un peu le jeune homme qui la rendait faible.

J'accepte tes excuses, au fond, ce spectacle reste divertissant.

Son sarcasme était singulier. Mary-Jane retrouvait peu à peu sa personnalité toute entière avec son petit air hautain et moqueur, mais ne perdant pas son côté aimable et maternel. Le jeune homme s'assit sur une pierre blanche à quelques mètres, Mary-J. ne le quitta pas des yeux. Son cheval se trouvait à côté de lui, une bel bête.

Disons que nager nu est d’un autre effet que d’avoir un vêtement, c’est bizarre dit comme ça je sais…

Tu as donc bien un petit côté exhibitionniste.

Mary-Jane était dure avec lui et elle le savait, le pauvre était déjà gêné et elle continuait d'en rajouter, car sa gêne s'était envolé, au moment où Matthiew avait prit conscience de la clarté de l'eau.

J’aimerais bien me faire pardonner pour ça, cela ne devait pas être des plus agréables et je dois dire que pour lancer une discussion civilisée c’est compliqué la.

Mary-Jane sourit à nouveau, mais cette fois avec son air vicieux. Il voulait se faire pardonner ?! Le spectacle n'ayant pas déplu à la chef des Orchids, elle l'avait déjà pardonné.

Tu es tout pardonné, je ne suis pas rancunière.

Cependant, il fallait en profiter, Mary-Jane aurait pu lui demander une information sur la guerre, mais elle se découragea. la situation n'était pas à ses plans de chef. Elle s'approcha de la monture de Matthiew, la caressant à l'encolure avec douceur et affection. Ce cheval était magnifique quoique nerveux.

C'est une brave bête, sa toison est magnifique. Pas aussi belle que celle de Midwest, mais ça reste un beau cheval.

Les compliments de Mary-Jane étaient rares et certainement pas complets.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Jeu 3 Jan - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Matthiew F. Field
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Ven 8 Juin - 18:15

Flick Knife

Celui qui d’habitude avait le plus grand sang-froid de tout le pensionnat était complétement démuni, le rouge de la gêne continuait de colorer ses joues, même si la situation avait été comique et que le rire cristallin de la jeune femme avait confirmé la chose, il n’empêchait que le jeune homme gardait sa teinte rougissante. Cependant, il y avait une personne qui avait repris de l’aplomb, c’était la chef des Orchids, moqueuse avec cette situation, elle riait du borgne qui n’avait plus vraiment sa stabilité que celle qu’il avait en temps normal.

La jeune femme en profitait, Matthiew le remarquait bien, mais il la laissait étrangement faire, lui qui d’habitude reprenait du poil de la bête dès qu’il s’en rendait compte, mais là, il laissait couler. Pourquoi ? Il se le demandait bien, c’était à coup sûr l’effet de la gêne, il n’en avait jamais ressenti autant jusqu’à maintenant. Après tout c’était assez comique car à vrai dire le jeune homme ne s’était jamais retrouvé à nu devant une femme… Oui, vous en concluez ce que vous voulez, mais le chef des Flick Knifes était encore quelqu’un que l’on pouvait dire de pur. Assez étonnant venant de la part du chef de ce clan, mais à vrai dire, même s’il était un manipulateur et un charmeur de temps à autre s’il le fallait, il attendait… Quoi ? Pas une des glousseuses sans cervelle qui l’observait quand il passait, non, il voulait l’amour, la passion, la communication, la complicité, tout ce qui faisait le couple parfait… Oui il avait ses rêves de princesse dont il serait le prince, mais pas une princesse nunuche hein ! Une avec une forte personnalité et drôle ! Mais pour l’instant, aucune trace de la bonne personne, mais il ne désespérait pas.

Enfin bref, le rouge commençait à disparaître des joues de Matthiew, il observait Mary-Jane qui commençait à se déplacer pour rejoindre le cheval du jeune homme qui c’était rangé aux côtés de ce dernier. L’animal semblait nerveux, à chaque fois qu’il y avait du monde, il l’était, il n’aimait pas être touché par d’autres personnes, il n’y avait que Matt’ qui le pouvait. La jeune femme fit un commentaire sur la robe du cheval en flattant son encolure qui restait quelques peu tendu. Le chef des Flick Knifes observa Midwest, comme l’avait ainsi nommée Mary-Jane, le cheval était vraiment une magnifique bête, cependant, le cœur du jeune homme préférait son destrier…

— Merci pour le compliment, c’est vrai que ton cheval vraiment magnifique, sa robe est d’une couleur incroyable.


Remarquant l’intérêt de la chef des Orchids pour son ami animal, Matthiew leva les yeux vers l’animal puis vers la femme en souriant.

— Je n’ai pas donné de nom à ce cheval donc je ne peux pas te le présenter. J’ai préféré le laisser sans nom, c’est un cheval sauvage, il part quand il veut, il revient quand il veut, il fait ce qu’il désire, quand il le désire, c’est pour ça que je ne l’ai pas nommé, il n’a pas besoin d’une prison… Oui, fin, ça peut sembler idiot comme ça.


Souriant légèrement, il ne disait que la vérité, il ne savait pas mentir, c’était impossible pour lui. Cependant, elle allait le trouver bizarre une fois de plus et cette pensée le fit étrangement sourire…

— Et toi ? Pourquoi Midwest ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Dim 10 Juin - 9:16

Chef des the Orchids

Mary-Jane continuait de caresser le doux poil du cheval de Matthiew, sa nervosité commençait à s'estomper, mais cela prenait du temps et Mary-J. était très patiente. De ses pupilles azur, elle croisait le regard décidé de la monture du chef des Flick Knifes. Le souffle de ce dernier se fit plus lent et mesuré. La chef des Orchids était persuadé d'une chose, les chevaux étaient comme les êtres humains, ils s'apprivoisent et s'apprécient, ou au contraire se haïssent. Au moment même où cette pensé traversa l'esprit de Mary-Jane cette dernière posa son regard sur Matthiew F.Field.
Je suis sensé le haïr, n'est-ce pas ? Il est le chef des Flick Knifes, c'est une évidence. Alors pourquoi ? Pourquoi je n'ai point de ressentiment et de haine en ce moment ?
La découverte de Mary-Jane la perturbait beaucoup, son sang froid n'était plus que poussière, son visage c'était radoucit, elle avait ce regard tendre comme celui que la chef des Orchids offrait à ses membres et à Midwest en exclusivité. Prenant conscience de son changement de visage, Mary-J. tourna vivement sa tête vers la brave bête du jeune homme. Cette dernière était maintenant complètement calme face au nouveau regard de la jeune femme.

Merci pour le compliment, c’est vrai que ton cheval vraiment magnifique, sa robe est d’une couleur incroyable.

Il est si gentil. Pourquoi est-il comme ça ? Nous sommes ennemis, et mon compliment à l'égard de sa monture était douteux. Mary-Jane était complètement perdu, sa logique l'avait abandonné, ne persistait maintenant plus que son instinct. Cet instinct qui découlait directement de ses sentiments, la seule chose claire avec l'eau du lac à cette instant, cependant, ses propres sentiments lui restaient encore obscure. Ses réflexes reprirent le dessus, et de sa voix douce, celle réservée auw Orchids, Mary-J. lui répondit.

Merci, je suis sur que Midwest apprécie le compliment.

Je n’ai pas donné de nom à ce cheval donc je ne peux pas te le présenter. J’ai préféré le laisser sans nom, c’est un cheval sauvage, il part quand il veut, il revient quand il veut, il fait ce qu’il désire, quand il le désire, c’est pour ça que je ne l’ai pas nommé, il n’a pas besoin d’une prison… Oui, fin, ça peut sembler idiot comme ça.

Ce n'était pas idiot, pas pour Mary-Jane en tout cas. Les parole du jeune homme l'émurent un peu. Il ne voyait donc pas son cheval comme "sa bête", et ça c'était rare parmi les cowboys. De plus, le faîte que ce cheval n'ai pas de nom pour lui garantir la liberté, c'était une façon de voir qui tenait la route, pas bête du tout. Seulement, Mary-Jane voyait les choses autrement.

Et toi ? Pourquoi Midwest ?

Ce n'est pas totalement idiot de ne pas lui donner de nom pour lui offrir la liberté. Mais j'a une autre vision des choses. Les seules personnes sans nom, sont justement, les esclaves. Donner un nom à quelqu'un c'est le reconnaître comme un être digne, lui reconnaître une personnalité propre. C'est ça la liberté, non ? Être libre d'être quelqu'un. C'est dans cette optique que j'ai choisit un nom pour ma jument, parce que je la considère comme ma meilleure amie. Midwest signifie le milieu du grand Ouest, car son caractère est puissant mais sa bonté et son courage aussi étendus que le grand Ouest. Et mon amour pour elle, ne pourrait même pas le remplir.

Mary-Jane eu un rire cristallin, son sourire était radieux, elle n'avait encore jamais raconté ça à qui que ce soir, même pas à ses Orchids. Alors pourquoi maintenant ?! Pourquoi devant le chef des Flick Knifes ?! Que m'arrive-t-il ?! Une fois de plus la logique la paralysait. Pourquoi chercher à comprendre quelque chose d'évident ?

Toutefois, cette fois, l'évidence allait la réveiller de plein fouet. Lors de son discours passionné, Mary-Jane c'était mit devant Matthiew assit sur la pierre en tailleur. Derrière elle, ce trouvait le cheval anonyme. Ce dernier était en vérité une bête fourbe, il donna un coup de museau assez violent pour faire tomber la jeune femme detout son long sur le chef des Flick Knifes. Mais les conséquences ne s'arrêtaient pas là. En tombant, en plus d'écraser le jeune homme, par son poids plume, Mary-Jane était s'était retrouvé nez à nez avec lui, leur lèvres s'étaient frôlées. Et le rouge monta aux joues de la jeune femme, si confiante il y avait encore quelques instants. Venait-elle d'offrir son premier baiser à Matthiew, celui qui devait être sn pire ennemis ?!



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Jeu 3 Jan - 11:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Matthiew F. Field
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Dim 10 Juin - 13:15

Flick Knife

Quand Mary-Jane raconta son point de vue sur le fait de ne pas donner de prénom au cheval, Matthiew ouvrit les oreilles, jugeant ce qu’elle disait intérieurement. Ils avaient tous deux différents points de vues sur la chose, Cependant dans les deux cas, ils ne considéraient pas leurs compagnons comme des animaux, c’étaient de fiers amis et sur lesquels on pouvait compter. Content de cette réponse de la jeune femme, le borgne hocha la tête approuvant ainsi ce qu’elle disait et qui était totalement vrai, finissant par rire avec elle quand son petit rire cristallin résonna dans ses oreilles.

Matthiew au milieu de tout cela remarqua une chose… Il était bien bavard pour une fois, lui qui en temps normal ne parlait que pour dire des choses intéressantes et restait souvent de marbre était en train de rire avec c’elle qui aurait dû être sa principale rivale dans cette guerre… Cependant, ici, il n’y avait pas de guerre, non, pas au lac, il n’y en avait plus, il n’y avait qu’eux deux et leurs amis. Et puis le jeune homme pour une fois était à l’aise à l’extérieur du pensionnat, il ne craignait pas une attaque des pensionnaires, en faîte il n’y pensait pas, il ne pensa qu’à celle qu’il observait en ce moment : Mary-Jane.

Normalement entre chef ça ne devrait pas marcher, aucun sentiment positif ne devait s’intégrer dans cette guerre, aucun ! Cependant, le chef des Flick Knifes sentait son cœur battre de plus en plus fort en voyant la blondinette, ses pensées se brouillaient, rien n’allait plus chez lui, le grand homme sage qu’il était habituellement était en pleine décomposition face à ce bout de femme… Non aucun rapport avec les autres chefs ! Il devait ne pas oublier cette idée ! Cependant le cheval de Matt’ sembla vouloir forcer le destin et n’était pas du tout de son avis.

La jeune femme s’était mise devant le borgne pendant son discours et puis d’un coup de museau, elle se retrouva étalée sur Matt’ qui avait décroisé rapidement jambes et bras pour la rattraper. Au final, elle finit allongée sur le jeune homme et ce dernier sentit les lèvres de celle qui le rendait étrange. Il ne fut pas le seul à avoir senti cela car il vit la chef des Orchids se mettre à rougir violemment, surement au même rythme que ses joues qui s’étaient empourprées.

Pouvait-on prendre cela pour un baiser ? Il ne savait pas trop, ils ne s’étaient effleurer les lèvres que quelques instants et c’était un accident… Cependant, ce contact avait plu au borgne qui animer par l’amour qu’il portait pour la jeune femme l’enferma dans ses bras avec douceur avant de faire à nouveau se rencontrer leurs lèvres dans un doux baiser. Cette fois il avait décidé de prendre les rênes, la peau douce des lèvres de la jeune femme était enivrante et il aimait ça. Il finit par rompre le baiser, le rouge ne quittant pas ses joues, il l’a regarda dans les yeux avec douceur…

— Je t’aime… Et toi ?...

Voilà, il avait abattu toutes ses cartes, il lui avait avoué et maintenant il n’espérait qu’une chose : que ce sentiment était réciproque, c’était quitte ou double et pour l’instant il ne se demandait plus de ce qui poserait problème par la suite de cette relation, il ne pensait qu’a eu deux en tant qu’êtres humains, pas comme chefs ennemis… Quoiqu’il arrive, il était sûr de l’aimer, son cœur l’avait accepté ainsi et l’accident causé par le cheval de Matt’ n’avait fait que confirmer les sentiments et les pensées du borgne qui gardait serrée dans ses bras la belle qui devait être encore surprise par tout ceci. Si elle ne l’aimait pas, ce qu’il ferait ? Hum, il ne savait pas encore, mais si c’était le cas il devrait s’y résoudre même si ce qu’il ressentait pour elle était fort, tellement intense…

Ils restèrent ainsi l’un contre l’autre à s’observer dans les yeux, le jeune homme chercha une réponse dans l’immensité bleu des yeux de celle qu’il aimait, cependant rien ne semblait s’y afficher, il allait devoir attendre d’avoir la réponse de vive voix… Ah moins qu’elle ne prenne peur et fuit devant ce type qui avait abattu ses cartes bien trop rapidement, il avait peur que cela ne se finisse comme ça et espérait que ce ne soit pas ainsi que cela ce finirait entre eux, même si cela n’avait pas encore réellement commencé.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Lun 11 Juin - 8:57

Chef des the Orchids

Mary-Jane était complètement allongé sur le jeune homme, ses joues étaient en feu, son regard complètement déboussolé. Ce semi-baiser avait réveillé en elle un sentiment clair comme l'eau du lac, l'amour, mais sa fierté et sa peur était omniprésente dans son esprit. Toutefois, quand les bras du jeune homme l'empêchèrent de s'extraire, et que les lèvres de se dernier emprisonnèrent celle de Mary-J. ses pensées n'étaient alors qu'un amas de noeuds. Matthiew était pourtant d'une douceur extrême et son regard d'une sincérité sans nom.

Je t’aime… Et toi ?...

Tout allait si vite, trop vite. Suivant son instinct, Mary-Jane s'extirpa des bras du jeune homme, et se cacha derrière l'arbre juste à côté de la pierre, où était encore allongé le jeune homme. Mary-J. avait besoin de réfléchir, mais surtout, elle ne voulait pas qu'il voit son visage empourpré. Au bout de quelques instants la chef des Orchids retrouva son sang froid et sa douceur féminine.

Tu sais qui je suis, et je sais qui tu es. Nous sommes ennemis Matthiew, et même si mon coeur n'est pas de cet avis, je ne peux pas t'aimer, je ne dois pas t'aimer. Tout va beaucoup trop vite !

Des larmes perlèrent sur le visage de Mary-Jane, cette chef si forte, et si froide n'était alors plus que tourmente et sentiments chaleureux. C'était donc ainsi que ses parents étaient tombé amoureux malgré la guerre du pensionnat ? Sa grand-mère lui avait souvent raconté que ses parents avaient eu une relation extraordinaire. Son père était un Flick Knifes et sa mère la chef des Orchids. Depuis son arrivé au pensionnat, Mary-J. n'avait pas comprit comment cette relation avait pu existé. Les hommes étaient si répugnant, cette violence, ils étaient vils. Alors pourquoi, aujourd'hui ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi pour lui ? Pourquoi son coeur était-il aussi fragile, lui qui était une forteresse que jamais personne n'avait franchi ? Pourquoi maintenant faiblissait-il ? Non, ce n'était pas ça ! Il n'était pas faible, il était encore plus fort ! Mais une force pleine de faiblesses. La chef des Orchids n'avait pas besoin de se créer d'autres failles. Le fait de ne pas pouvoir se battre était bien suffisant.

Mais sache juste une chose, Matthiew F. Field. Je ne te hais point. Mais je suis la chef des Orchids, pas une de ses femmes que tu peux séduire avec tes simples mots. Je suis Mary-Jane Kins, même si mon coeur failli face à tes charmes je n'en suis pas pour autant tienne.

Mary-Jane avait retrouvé son apparence froide. Sa raison avait finalement prit le dessus. S'il l'aimait vraiment, alors que cela ne tienne, il lui prouverait. Mais pour le moment, son statut de chef rappelé, Mary-J. devait se protéger et protéger ses Orchids. Si Marilyn apprenait que les deux leaders s'étaient plutôt bien entendu, leur pacte serait brisé et le bal du printemps se révèlerait bien plus dangereux que prévu pour ses Orchids. Mary-Jane sorti de sa cachette, un visage inexpressif, ne laissant paraitre, ni la gêne passé, ni l'amour actuel.

Nous savons tous les deux que si cette rencontre s'ébruite, les conséquences en seront déplorables pour tous deux. Je m'engage à ne pas en parler, et je souhaiterais que tu en fasse de même.

Mary-Jane lui tendit la main, en guise de promesse. Son visage était froid, malgré son coeur brulant, Mary-Jane ne pouvait pas décevoir ses Orchids, elles étaient comme ses propres enfants. Si la relation entre Matthiew et elle devait se faire, il lui faudrait plus qu'un simple "je t'aime" pour la convaincre de prendre ce risque.



_________________

Ma couleur est #660066


Dernière édition par Mary-Jane Kins le Jeu 3 Jan - 11:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Matthiew F. Field
avatar

Messages : 278
Date d'inscription : 10/05/2012
Age : 23

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Lun 11 Juin - 9:59

Flick Knife

Un amour impossible ? Oui c’était presque comme ça que l’on pouvait voir les choses, Matthiew le savait bien, mais il ne pouvait se résoudre à la fatalité, il y croyait et espérait que ce sentiment qui lui réchauffait actuellement le cœur et qui se nommait amour était partagé par Mary-Jane. Cependant, elle fit une chose qui étonna le chef des Flick Knifes, elle alla se cacher derrière l’arbre non loin du rocher blanc où était encore allongé le borgne. Que signifiait cette fuite ? Cela lui causa une profonde tristesse en son cœur, ne l’aimait-elle pas ? Elle le repoussait ? Non, il l’avait vu rougir, ce n’était pas possible…

Finalement elle parla de sa cachette, sa voix était douce, mais cependant posée. Elle lui disait qu’ils étaient ennemis… Elle ne voyait donc que ça en lui ? Un ennemi qui pourrait ne vouloir lui jouer qu’un très mauvais tour ? Non, elle était beaucoup plus intelligente… Mais ce qui suivit fit apparaître une lueur dans le cœur gris de Matthiew, elle disant ne pas pouvoir et ne pas devoir l’aimer, cependant son cœur ne pensait pas la même chose. Tout n’était pas jouer, même si ça tête lui disait de ne pas l’aimer, son cœur lui dictait autre chose et de cela, le jeune homme était heureux. Cet amour n’était pas aussi impossible que ça, le borgne en avait la ferme conviction, il n’était pas prêt d’abandonner.

Par la suite, la jeune femme lui dit être la chef des Orchids et qu’elle n’était pas comme toutes les femmes qu’il pouvait posséder en jouant avec les mots, face à cela, il resta muet, gardant ce qu’il pensait en tête, mais elle finit par lui avouer que son cœur succombait aux charmes du jeune homme, ce dernier en était heureux, il n’y avait plus une ombre de grisaille dans son cœur. Il comptait bien prouver à cette blondinette qu’il l’aimait du plus profond de son âme, ça prendrait le temps qu’il faudrait, mais il espérait bien qu’elle pense avant tout à elle qu’a sa place de chef… Cela promettait de ne pas être une mince affaire, mais il était déterminé et c’est tout ce qui comptait pour lui.

Matthiew n’avait pas bougé de son rocher, restant allongé dessus, il continuait d’écouter Mary-Jane, puis il tourna la tête quand elle sortit enfin de sa cachette, la regardant dans les yeux, il ne vit aucune once d’amour, la raison avait pris le dessus chez elle, tendait que chez le chef des Flick Knifes elle était perdue désormais. Elle lui demanda alors de se taire sur les évènements pour éviter que le pensionnat soit au courant de ce qui c’était tramé entre eux en cet instant. Elle lui tendit la main, réfléchissant, le jeune homme se leva et tendit son petit doigt vers celui de la jeune femme avant de le lier au sien.

— Je te promets que tout ce qu’il s’est passé ici restera entre nous, je m’engage aussi à ne pas en parler, pour notre bien à tous les deux.

Il aurait pu en rester là, cependant il n’en fit rien, finalement il prit la main de la jeune femme et la posa sur son torse, au-dessus de son cœur et la serra contre lui, se penchant pour murmurer à la jeune femme quelques mots.

— Je sais que tu n’es pas n’importe qui et je ne comptais avoir ton amour aussi facilement, cependant sache que tu as déjà le miens. Mais quoiqu’il en soit, je te prouverais mon amour, il faudra le temps qu’il faudra, je sais être patient. Mais cependant est-ce que toi tu le veux, est-ce que tu veux mon amour ? Voilà une question à se poser.

Souriant légèrement, Matthiew se recula un peu, regardant la jeune femme dans les yeux, il se permit de déposer ses lèvres sur le front de la belle.

— Je te conseille de bien faire attention dans les jours qui viennent, je t’enverrais un message, libre à toi de me rejoindre à l’endroit indiqué. A bientôt, princesse…

Affichant un sourire, le jeune homme se retourna et enfila sa veste et son bandeau avant de monter sur son cheval, gardant un léger sourire aux lèvres, il n’espérait qu’une chose maintenant qu’elle réponde à son appel…


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com
Mary-Jane Kins
avatar

Messages : 718
Date d'inscription : 11/05/2012
Age : 23
Localisation : Chez monsieur le Bonheur.
Age du personnage : 18

MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   Mer 20 Juin - 8:21

Chef des the Orchids

Mary-Jane tendait sa main douce et gracieuse au chef des Flick Knifes, leur relation devait rester secrète c'était une question de vie ou de mort. Il allait sans dire que Marilyn Brandon n'hésiterais pas à mettre un terme à la vie de la jeune femme si elle apprenait que la chef des Orchids fricotait avec l'ennemis avant leur attaque, le bal du printemps. Soudain Matthiew se leva de son rocher et vint lui tendre le petit doigt. Il souhait ce genre de promesse ?! A vrai dire , une main tendu était une promesse officielle, entre deux chef de clan, c'était un accord qui passait sur leur position hiérarchique. Mais le petit doigt, c'était une promesse entre deux âmes, deux personnes, pas seulement leur nom, une promesse peut-être plus profonde. Devait-elle vraiment accepter ? Accepter de promette sur sa qualité de femme, sur son honneur et sa fierté ? Toutefois, si Mary-J. le faisait il le faisait aussi, alors pourquoi pas ? Il serait peut-être plus sincère. Mary-Jane vint donc croiser son petit doigt à celui du jeune homme, un regard déterminé et un sourire entendu.

Je te promets que tout ce qu’il s’est passé ici restera entre nous, je m’engage aussi à ne pas en parler, pour notre bien à tous les deux.

La promesse était conclu, Mary-Jane se défit de la main du jeune homme, mais ce dernier n'en avait pas fini et rattrapa la douce main de la jeune femme pour venir la poser sur son torse chaud, à la musculature parfaite. Mary-J. ne put s'empêcher de rougir au contact de sa peau. Mais son affront ne s'arrêtait pas là, il approcha son visage de celui de la chef des Orchids et lui souffla quelques mots qui n'apaisèrent pas le feu qui parcourait ses joues.

Je sais que tu n’es pas n’importe qui et je ne comptais avoir ton amour aussi facilement, cependant sache que tu as déjà le miens. Mais quoiqu’il en soit, je te prouverais mon amour, il faudra le temps qu’il faudra, je sais être patient. Mais cependant est-ce que toi tu le veux, est-ce que tu veux mon amour ? Voilà une question à se poser.

Mary-Jane ne savait pas quoi répondre, cette situation était si compliquée ! Comment choisir ?! La chef des Orchids avait un devoir envers son clan, mais aussi un envers son coeur. Ce dernier lui dictait d'accepter ses avances, mais son rang et sa raison la rattrapait, comment pouvait-elle vivre une relation avec le chef des Flick Knifes ?! Tomber amoureuse c'était déjà fait, mais on a pas une Orchids aussi facilement ! Au fond pourquoi choisir après tout ? Mary-J. pouvait très bien faire les deux, non ? En y repensant plus longuement elle trouva un semblant de solution. Si leur relation restait secrète, ses Orchids ne seraient pas blessées. De plus, le sang froid dont elle était muni ne l'empêcherait pas de droguer son amant au bal du printemps comme tous les autres, de le désarmer et de le laisser en proie aux Tulips. Mary-Jane aurait un pincement au coeur, mais une fois à l'intérieur du pensionnat, Mary-Jane Kins était la chef des Orchids, et avec Matthiew, en dehors de la ville, elle n'était qu'un femme amoureuse.

Le chef des Flick Knifes embrassa le front de la demoiselle en lui laissant quelques mots pour seul repentir.

Je te conseille de bien faire attention dans les jours qui viennent, je t’enverrais un message, libre à toi de me rejoindre à l’endroit indiqué. A bientôt, princesse…

Il avait donc déjà une idée derrière la tête, après tout, même s'il n'était qu'un homme face à Mary-Jane, Matthiew F. Field restait le chef des Flick Knifes, et on ne devient pas chef pour rien. Mary-J. eu un petit sourire amusé une fois qu'il était partit avec sa monture sans nom. Elle s'assit sur le rocher et souriait niaisement, bien cacher de tous regard indiscrets, car voire Mary-Jane Kins dans cet état c'était une chose inouïe ! Finalement, Mary-J. reprit ses esprit, mais son coeur était d'une légèreté affligeante, sur le dos de Midwest, elle rejoignit la prairie, cueillie quelques fleurs pour son bouquet hebdomadaire.



_________________

Ma couleur est #660066
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://in-a-faraway-land.positiforum.com/
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'eau était claire. {Matthiew F.Field}   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'eau était claire. {Matthiew F.Field}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Permission méritée [Claire]
» TINA CANICHE CLAIRE 12 ANS URGENT EN BOX (LILLE 59)
» Il était une fois... Carrefour!
» Une nuit claire...
» je croyais que c'était terminer...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Whiteriver Town :: Le lac White-