PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Dim 10 Juin - 2:24

Chef des riffle bullets

Comme tous les jours depuis le début de l’année il faisait beau, pas un seul nuage dans le ciel bleu. Cela en devenait presque agaçant. Devlin regrettait presque les soirées d’orage où la foudre venait lécher les parois montagneuses avec un bruit fracassant. Aujourd’hui encore il avait préféré s’enfuir dehors plutôt que de participer aux cours. Etre enfermé dans une salle, bien assis sur son siège, les yeux fixés sur un tableau noir que le professeur remplissait consciencieusement de lettres ou de chiffres…rien que d’y penser il en avait la nausée. Tant pis, il se ferait certainement tapé sur les doigts, mais cela ne le dérangeait pas plus que ça. Il avait la longue habitude, depuis son entrée ici, de rendre chacun des coups qu’on lui portait. Il était tout simplement descendu dans la prairie se situant devant l’école et c’était allongé dans l’herbe. Fermant les yeux et oubliant tout le reste il c’était laissé aller jusqu’à ce qu’un éclat de voix ne vienne lui gâcher sa tranquillité. Se redressant il c’était rendu compte que la prairie venait d’être brutalement assiégé par une armada de gamins. Le soleil se dressait haut dans le soleil et l’éblouie un court instant quand il releva la tête vers lui. Avec un sourire perpétuel il laissa donc la chaleur se diffusait sur son visage un bref instant avant de se relever pour aller rejoindre ses Co-disciples. Il avait une furieuse envie de jouer aux cartes tout à coup. Cela l’occuperait jusqu’à l’heure du diner probablement, encore fallait il trouver d’autres partenaires de jeux.

Au pire il pouvait toujours prendre l’un des morpions qui étaient en train de s’amuser plus loin et le menacer de lui réduire la tête en bouillie si jamais il ne jouait pas avec lui. Un comportement des plus immature il en convenait, mais après tout n’était il pas en droit de faire ce qui lui plaisait ? Dans cette école seul les plus forts pouvaient survivre et il était un redoutable prédateur traquant les pauvres petites proies effrayés. Il jeta un bref coup d’œil sur les alentours. Comment pouvaient ils se permettre de rire et de s’amuser en toute insouciance alors qu’ils se trouvaient en temps de guerre ? N’avaient ils donc aucun sens des priorités ? Une silhouette lui sembla familière dans cet amas de cloporte. Grande, fine…et des cheveux longs qui lui descendaient dans le dos. Son sourire s’élargit davantage. Finalement il n’avait peut être plus besoin d’un jeu de carte pour égayer sa journée. Il venait de trouver quelque chose de mieux. S’approchant nonchalamment il remonta jusqu’à arriver derrière la fameuse personne. D’habitude il ne faisait jamais rien dans le dos des gens, mais ce n’était pas la même chose avec cette personne en particulier.

« Bonjour Marilyn ! »

La même voix grave qu’il aurait put avoir en s’adressant à un mur ou à un cheval. Sauf qu’avec un cheval il lui aurait difficile de faire ce qu’il avait décidé de faire. Sans prendre la peine de prévenir il écarta grand les bras avant de les refermer sur la jeune fille, ses mains allèrent agripper la poitrine sans la moindre gêne. Il savait parfaitement qu’il risquait de recevoir une sacrée dérouillée pour ce geste déplacé, mais taquiner la grande Marilyn, la fameuse chef des Tulips…c’était décidemment trop tentant. Son sourire c’était encore élargit, laissant apercevoir ses dents blanches. Aujourd’hui il était de bonne humeur alors oui, pourquoi ne profiterait il pas un peu de tout ce que la vie pouvait lui offrir à voir…ou dans une telle situation à toucher. Il prenait ce qu’il voulait, il ne demandait pas la permission pour cela. Et encore moins à une fille cela allait de soi.

« Dis moi donc ma petite Tulips adorée ils ont pas un peu grossis depuis le début de l’année ? A ce rythme tu va bientôt pouvoir étouffer quelqu’un avec…enfin ça ne me dérangeais pas plus que ça si tu essayais sur moi. »

Taquin il resserra encore un peu son étreinte et lui souffla dans le creux de la nuque. La plupart des étudiants leur jetaient des regards à demi consternés a demi effrayé. Ha c’est vrai. Mais qu’ils n’aillent pas s’imaginer des choses ou colporter des rumeurs. Il ricana un bref instant avant de la relâcher sa prise. C’était tout lui ça. Il se passa une main dans les cheveux, retirant au passage quelques brins d’herbes qui s’y étaient accrochés avant de reporter toute son attention vers la demoiselle. Pouvait on vraiment la considérait comme telle d’ailleurs ? Elle ressemblait plus à un homme qu’a une parfaite lady, moralement parlant bien sûr…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Lun 11 Juin - 10:55

dead

Une journée ordinaire et ennuyeuse commençait. Journée qui sera remplie de cours interminables, perte de temps sachant qu'actuellement Marilyn avait bien plus important à se préoccuper : préparer le bal qu'elle et le leader des Orchids avaient planifié, elle savait désormais que sa collaboratrice Mary-Jane Kins avait pu convaincre le directeur grâce à un «échange de bons procédés». Il lui restait un peu plus d'une semaine pour chauffer à blanc les deux chefs des ex Dark Guns. C'était chose faite avec Matthew F. Field, qu'elle avait eu la chance de rencontrer par le plus grand des hasards suite à son entretient avec Mary-Jane. Cette tache avait été beaucoup plus difficile que ce qu'elle avait pu imaginer et lui laissait encore un goût amer au fond de la gorge. Il ne lui restait plus qu'à « prendre soin » de la brute épaisse des Riffle Bullets, Devlin Miller.

En faisant le point sur les taches accomplies et celles encore à faire, Marilyn avait commencé à se diriger vers les salles de cours du pensionnat. Trop ennuyeux. Elle tourna les talons pour sortir du bâtiment, tant pis pour les cours, ce ne serait pas le premier avertissement qu'elle recevrait au sujet de son légendaire absentéisme. En quête de tranquillité, ses pas la menèrent jusqu'à la prairie. Celle-ci était en fleur en cette saison, la jeune femme aimait à apparaître insensible et brutale mais elle se sentait tout de même touchée par la beauté de ce lieu. En avançant dans les herbes qui lui arrivaient au dessus des chevilles, Marilyn trouva un coin ou s'asseoir, tout était calme. Pour le moment. La chef des Tulips cueillit une marguerite à ses pieds et la fit tourner entre ses doigts, un faible sourire s'afficha sur les lèvres. Le contraste entre cette fleur si blanche, si pure et cette jeune femme souillée car versée dans la violence des affrontements, et dans les affres de la guerre du pensionnat était presque risible. Mais la vérité était là : ce n'est pas parce qu'on est borgne, qu'on aime les couteaux et les bastons qu'il est interdit de s'octroyer quelques minutes de rêverie romanesque.

Ses envolées lyriques furent vites ramenés à leur aspect le plus primaire quand un groupe de garçons vint troubler le calme de la prairie. Marilyn était de très mauvaise humeur, à présent, n'y avait donc aucun moyen d'être au calme pour penser? Elle se leva, et se tournait dans la direction des joyeux zigues qui l'avaient mise en boule. Ce qui attira son regard ne fut pas les idioties auxquelles les jeunes gens s'amusaient, shootant dans les fleurs et s’esclaffant bruyamment. De l'autre côté du groupe, elle reconnu ces cheveux blonds, et ce torse nu tatoué. Deuxième mauvaise rencontre de la journée, elle n'avait plus qu'a se poser plus loin, espérant que Devlin ne l'avait pas vue. Ou elle pouvait toujours tenter de faire passer ses contrariétés sur le chef des Riffle Bullets qui venait de faire son apparition. Marilyn préféra opter pour la première proposition et fit volte face pour aller trouver un autre endroit. Elle n'avait pas fait deux pas que... « Bonjour Marilyn! ». Et merde. Cette voix grave qu'elle reconnaîtrait entre mille et ces pas bruyants provoqués par les gros pieds de Devlin Miller. C'était une journée pourrie, le leader des Tulips en avait maintenant la certitude.

Deux larges mains la saisirent par derrière et en profitèrent pour malaxer sans finesse sa poitrine. La jauge d’énervement de Marilyn monta à son maximum et ses joues se colorèrent non pas par gêne mais à cause de son état colérique désormais à son comble. Elle n'entendit même pas les commentaires vulgaires que fit le blond sur ses deux atouts, disant qu'il en profiterait bien un plus « activement », elle était trop occupée à réfléchir a ce qu'elle lui ferait subir pour qu'il se repentisse de ses conneries. Un sourire dangereux commença à se former sur le visage de Marilyn et l'autre du lâcher prise quand elle se retourna vers lui.

« Je vois que t'as toujours pas réglé ton complexe d'Oedipe, blondinet! Plutôt que venir me peloter, retourne jouer entre les seins de ta maman, Devlinouchet! »


Ripostant de manière directe et agressive, Marilyn pensa que c'était une bonne occasion pour accomplir sa seconde mission qui était celle de déclarer la guerre à l'emmerdeur qui se trouvait devant elle. Il l'avait poussé à la limite du pétage de plombs, et il allait récolter ce qu'il avait semé. La bande d'idiots toujours présents dans le décor de la prairie qui regardaient la scène jugèrent bon de s'éloigner pour ne pas être pris dans une bagarre potentielle. Jugeant qu'ils étaient maintenant seuls, le leader des Tulips glissa une main derrière son dos, glissant sous sa veste pour avoir accès à l'un de ses couteaux en cas d'une riposte musclée de Devlin.

« Alors? Qu'est-ce qui me vaut la corvée d'avoir à tomber sur ta foutue personne? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Lun 11 Juin - 16:26

Chef des riffle bullets

Et voilà il avait gagné. Il avait fini par l‘énerver. Ce qui dans un sens était son attention première, il trouvait cela tellement drôle, maintenant au moins on allait pouvoir jouer à des jeux qui l‘intéressait. Elle ferait une meilleure partenaire que les habituels mous du bulbe sur qui il pouvait bien s‘entrainer. Quand elle se retourna vers lui le rouge des ses joues et son petit sourire lui indiquèrent qu‘elle avait dut atteindre ses limites. Qu‘elle était susceptible tout de même. Pour si peu…Quoi qu‘il en soit sa remarque sur sa génitrice le fit exploser de rire. Reculant de quelques pas, les mains toujours derrière la nuque, il regardait la chef des Tulips avec une moue amusée. Retourner dans les jupes de sa mère ? Oui pourquoi pas apres tout, mais pas pour les raisons qu‘elle s‘imaginait dans sa p‘tite tête de brune. La prochaine fois qu‘il la verrait ce serait justement pour lui retirer toute envie de ressembler à une vraie femme entreprenante. Elle allait retourner à l‘état de simple objet, c‘était encore dans ce rôle là qu‘elle était la plus convaincante.

« Nan désolé pour toi ma p’tite Marilynou d’amour mais je me sens trop bien ici pour retourner fouiner sous les jupes de ma mère. Je préfère les tiennes pour le moment. D‘ailleurs où sont donc tes p‘tites Tulips ? C’est que j’aimerais bien en saluer quelque unes à l’occasion. »

Bon cela suffisait avec ces petites plaisanteries. Nonchalamment il enfouit ses mains dans ses poches avant de regarder les couards filés comme si ils avaient vu le diable. Dans un sens ce qui allait se passer ici pouvait peut être prétendre à se comparer à un simulacre de l’enfer. Chacun des deux protagonistes se trouvaient être le chef d’une faction ennemi et pas les plus sages il fallait bien le dire. Le ton agressif de Marilyn n’avait pas échappé à Devlin, pas plus que la tension qui montait dangereusement dans l’air. Plus personnes ne viendraient les déranger, dans un sens c’était un peu dommage, quitte à faire une bonne bagarre autant qu’il y ait des dommage collatéraux, c’était plus marrant. Tout en lui souriant malicieusement il pencha légèrement la tête sur le côté et ferma les yeux. Ce petit visage d’ange lui fallait parfois la clémence des professeurs et le chouchoutage des filles plus âgées qu’il côtoyait parfois en ville. Il n’espérait pas la faire craquer avec si peu, c’était bien connu que Marilyn ne se laissait pas avoir par de simples stratagèmes.

« Pourquoi ? Tu préférais tomber sur des gamins qui se contenteraient de baver sur toi de loin sans oser d’approcher ? Moi au moins je sais profiter des instants présents. J’aime bien voir ta sale petite bouille de borgne en pétard, c’est toujours un vrai plaisir, il en faut pas beaucoup pour te voir exploser, tu n‘avais pas qu‘a baisser ta garde ma p‘tite puce. »

C’est vrai qu’elle était comme un geyser. Toujours sur le point de se mettre à cracher de l’eau bouillante sur les gens qui l’approcheraient d’un peu trop prés. Mais dans une guerre se relâchait de la sorte n’était guère conseiller, mieux valait frapper le premier. Ouvrant les yeux, son sourire s’élargit davantage. Les picotements qui secouaient son corps se faisaient plus violents. Il était clair qu’il mourrait d’envie de passer à l’action. Tout dépendait bien sûr de son adversaire. Avec un gloussement enfantin il fit deux petits bonds jusqu’à elle avant de rapprocher sa tête de la sienne, collant sa bouche contre son oreille. C’était plus fort que lui, poussé les autres dans leurs retranchements, ne pas leur laisser le temps de se ressaisir et de se calmer. La colère et la rage pouvait pousser les gens à donné le meilleur d’eux même et lors d’une bataille l’ennemi qui savait lui montrer un peu de résistance était plus digne d’intérêt que celui qui se rendait avant le premier coup. Sa voix grave se fit soudainement plus câline, un filet de miel, un ronronnement de chat sauvage.

« Si on coupe la tête d’un poulet il peut encore courir pendant une trentaine de secondes. Alors dis moi, à ton avis ma chère et tendre Tulips farouche, combien de temps penses tu tenir sans ta tête ? Veux tu prendre les paris ?»

Voila le ton était donné pour le reste de la conversation. Devlin fut de nouveaux secoué par un poussé d’adrénaline et planta ses yeux dans celui de Marilyn, un gout de fer acre remplie sa bouche, il c’était mordu la langue jusqu’au sang sans s’en apercevoir. Il lui adressa de nouveau un sourire, mais celui là n’avait rien a voir avec les précédents. Ce n’était plus un petit chaton au pelage blond qui se tenait devant Marilyn. Son surnom n’était il pas le monstre après tout ? Il allait donc devoir s’y conformer. Ne décevons pas les foules.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Mar 12 Juin - 12:43

dead

Marilyn était prête à tout. A égorger le blondinet en face d'elle si c'était nécessaire, lui sauter à la gorge tel un fermier qui vide un cochon. Sauf que le sang d'un Rifle ne ferait jamais du bon boudin. Que ferait-elle de son sang une fois qu'il aurait recouvert toute la prairie? Pourquoi pas aller y plonger le reste de ses compères. Tout cela ressemblait à un très bon plan, elle le mettrait à exécution quand plus rien ne la retiendrait de faire son forfait, et là, ce qui l'en empêchait, c'était ce foutu bal. Patience. La vengeance est un plat qui se mange froid, certes. Mais pas quand tu as Devlin Miller qui joue au con juste sous ton nez.
Qu'il fasse le mariole, c'était juste en préparation pour la suite. Il se foutait de ce que Marilyn venait de lui dire, mais il ne tarderait pas à en venir à une approche plus dangereuse. De toute façon, ce type n'avait qu'une seule envie : briser des nuques. Il n'était pourtant pas de ces imbéciles sans cervelles qui constituaient en nombre non négligeable une partie son groupe de brutes. Il s'enquit de savoir ce que devenait les membres de son gang à elle. Quelle question, il avait bien vu qu'elle était seule. Les autres étaient à droite, à gauche, occupées aux missions préparatoires du bal, ce n'est pas comme si elle la suivaient partout ou elle se rendait.

« Mes Tulips ont bien mieux à faire que venir te dire bonjour, Miller... Oh, mais tu as peut-être peur que je leur rapporte que tu m'as tripoté? Ne t'en fais donc pas, d'ici une heure, t'aura déjà bien assez regretté ton geste... »

Sa voix s'était un peu calmée, mais la colère était toujours là, cette dernière était son alliée, c'est dans cet état que Marilyn était la plus à même de sentir arriver un danger, la jeune femme étant elle même dangereuse pour un autre. Les couards de tout à l'heure avaient plutôt bien senti venir les deux dangers qui s'appellent Marilyn Brandon et Devlin Miller. Ce dernier continuait de parler sans s'arrêter. Entre Tulip et Riffle Bullet, une provocation en amenait une autre, et cela pouvait continuer longtemps. C'est pour ça que de manière automatique, elle continuait de répondre à ces idioties, elle n'espérait bien sur pas que l'homme en face d'elle la dépassant de plusieurs centimètre lâche l'affaire.

« Un de ces imbéciles ou toi, quelle différence? Oh, quoique, je dois avouer avoir un petit faible pour mon petit Devlinouchet... Oui, je meurs d'envie d'utiliser ta peau comme nouveau rideau a mettre devant ma fenêtre »

Elle ne releva pas la suite de la phrase qui ne faisait qu'admettre ce qui était évident, elle était en rogne, mais peut importe. Marilyn n'avait pas baissé sa garde, elle avait juste pensé qu'elle aurait pu se reposer tranquillement sans avoir su le dos un gros chaperon rouge à la crinière blonde. Certes, elle s'était trompée sur ce sujet, elle ne sous-estimait pas Devlin Miller, mais elle avait peut-être eut l'espoir qu'il ne soit pas si emmerdant qu'il était en réalité. Lui envoyant son habituel cynisme à la figure, elle imaginait très bien cette peau légèrement bronzée et tatouée trôner dans sa chambre, au dessus de son lit, ce serait un véritable renouveau esthétique.
Fini de rire. Le visage de son rival se déforma de nouveau pour afficher une expression plus effrayante, sourire sadique sous le nez, il se rapprocha en quelques enjambées et chuchota une petite histoire au creux de l'oreille de Marilyn pour revenir ensuite de face, ne laissant que quelques centimètres séparer leurs visages. Elle avait demeurée impassible, toujours à sourire jaune. Les secondes qu'il avait pris pour sa bafouille étaient autant de temps qui avait permis à Marilyn de sortir, doucement, un de ses couteaux, pour le mettre sous la gorge du chef des Riffle Bullets.

« C'est plutôt moi qui devrais te poser cette question, Miller! Ta tête semble pour le moment bien plus mal barrée... Je suis joueuse et tu sais très bien que je ne refuse jamais un défi de ce genre »

Ce disant, elle appuya le metal de son arme sur la peau hâlée du jeune homme en face d'elle. Marilyn était prête à riposter si il tentait quoique ce soit... Elle n'avait pas le droit de le tuer, même si elle en sentait fortement l'envie. Elle plongea ses yeux sombres dans les pupilles vertes de son ennemi, l'invitant au jeu ou les corps se mettent en mouvement, s'évitent, cherchent à s'entrechoquer et ou la main fait danser entre ses doigts cet objet froid de mort, couteau ou revolver.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Mar 12 Juin - 16:54

Chef des riffle bullets

Il déglutit, péniblement car il était plus compliqué de le faire avec un couteau sous la gorge. Son visage retrouva un soupçon de sérieux, le métal froid contre sa peau était une sensation plutôt agréable même si ce métal était celui d’un couteau situé tout contre lui. Oui, elle pouvait éventuellement lui ouvrir la chair en deux pour voir son propre se déverser sur l’herbe verte avec le même sourire qu‘elle affichait maintenant en face de lui alors qu‘elle avait plongé ses yeux dans les siens. Au moins tout cela serait raccord avec la couleur de sa veste et celle des quelques fleurs qui se trouvaient à leurs pieds. Il poussa un bref soupir avant d’avancer très légèrement son visage de celui de Marilyn, enfonçant davantage la lame dans la peau. D’un geste brusque il lui empoigna le poignet qui tenait l’arme et la fit remonter de force jusqu’à sa joue. Petit jeu agréable. Elle aimait jouer ? Lui aussi. Cela tombait bien alors. Chien et chat. Qui était qui on se le demande. Sa voix avait perdu tout accent de bonne humeur mais il n’en gardait pas moins le sourire. Tout comme sa collègue.

« Halala. Tant pis pour moi alors je vais devoir me contenter d’une autre sorte de jeux Pas déplaisant du tout cela dit. »

Il laissa glisser la lame, faisant une fine entaille qui cracha quelques gouttes de sang par reflexe. Il resserra sa prise, sentant l’articulation fine sous ses doigts. Décidemment ils étaient pas croyables ces deux là. Toujours à se chercher des noises, et depuis combien de temps maintenant ? Il ne parvenait même plus à s’en souvenir. Faut croire que cela faisait trop longtemps. Sa main libre enserra délicatement le cou de Marilyn. Lui briser net les os, oui voila qui était très tentant. Mais bien trop facile. Où se trouvait le plaisir dans une victoire trop vite remportée ? Il décolla son visage de la lame pour venir l’enfouir dans le cou de la brunette et lui mordiller la peau. Ha qu’il était délicieuse de planter ses crocs dans une chair si molle, délicieux mais imprudent il fallait en convenir. C’est pourquoi il ne s’attarda pas trop dans cette position. Relâchant soudainement son emprise il fit de nouveau face à son adversaire avec une bonne humeur nouvellement réapparut. Un grand enfant. Mais quel enfant peut sortir de derrière lui un revolver pour le pointer sur le ventre d’une jeune fille ? Aucun de sa connaissance, où alors il faudrait qu’il soit sacrement atteint.

« Tu crois pas que ça serait un peu trop simple non ? Toi qui m’éventre et moi qui t’aère les intestins ? Une balle bien placée, une lame bien aiguisée et hop, finit, on n’en parle plus… »

Il laissa échappé un rire aigu. La vie dans le grand Ouest était décidemment trop courte. Qui se souviendrait d’eux dans quelques années ? Personne probablement, il y aurait une nouvelle génération de cow-bow et de cow-girl et tout serait à recommencer. Devlin le savait. Mais la vie étant trop courte il fallait savoir en profiter le plus possible. Et jouer avec ses petits camarades en faisait partit. Que lui avait le croquemort du village un jour ? Poussière on est et poussière on redeviendra ? Un truc comme ça, il ne s’en souvenait pas. Sa mémoire n’était pas faite pour retenir toutes les débilités que les adultes pouvaient lui sortir. Quoi qu’il en soit il se dégagea de Marilyn avant d’écoper d’une autre cicatrice plus profonde et donc plus mortelle. Pointant son arme vers la tête de la borgne il sentit que son masque souriant se craquelait petit à petit. Fini le chaperon rouge. Sa colère à lui n’ était pas visible. Pouvait on vraiment parler de colère d’ailleurs ? Il s’amusait, cela se voyait clairement. Complètement déconnecté de toutes les sensations que quelqu’un, dit de normal, pouvait bien ressentir, hormis l’état d’excitation dans lequel il se trouvait.

« Hé hé hé. Oui, juste une balle dans l’bide et piouf à la revoyure ma grande ! Te voila enterré six ou sept pieds sous terre ! Avec tous les vers qui viennent te bouffer les entrailles. Et puis p’têtre qu’après j’irais les voir tes fameuses Tulips. Hop hop hop…une fleur à la fois. A moins que je te crève l’autre œil tu veux bien dis ? »

C’était bel et bien lui le chien. Un grand chien rouge enragé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Jeu 14 Juin - 15:00

dead

Son cher et tendre Devlin ne se laissa pas faire comme ça. Oh que non. Il commença par avancer vers elle et empoigner violemment son poignet, et Marilyn fut complètement à même de sentir la puissance de la poigne de son ennemi. Sentant le sang du blond couler de la lame jusqu'à sa main, elle parvint à ne rien faire paraître comme à son habitude. L'autre jouait toujours, s'amusant des moindres faits et gestes de la jeune femme avec sa bonne humeur chronique si agaçante clouée sur le visage. Réclamant plus de jeu à la manière d'un enfant, il fit encore glisser la lame sur sa gorge pour enserrer celle de Marilyn de sa main libre, mais il préféra changer d'angle d'attaque en sortant un pistolet de sa poche.
La chef des Tulips détestait les flingues. Certes, par la force des choses elle avait appris à bien s'en servir, mais son truc à elle ça restait les couteaux. Plus subtil, plus sanglant, plus discret et plus silencieux. Les revolvers étaient bons pour les gens qui ne se mouillent pas dans les bagarres, mais ce n'était pas le cas de Devlin Miller malheureusement. En plus, ces armes bruyantes rappelaient plusieurs mauvais souvenirs à Marilyn. A savoir la soirée ou une bande de salauds avaient criblé de balles sa famille. C'est ça, le revolver était l'arme de mort par excellence. On est jamais certain qu'une personne survive quand il se prend une balle, et l'inverse était aussi possible : en voulant mettre a mort une personne, appuyant sur la détente on peut avoir de drôles de surprises par la suite. Tant qu'a donner la mort à quelqu'un, Marilyn préférait le faire précisément, méthodiquement, avec la certitude de son côté. Cela ne voulait pas dire qu'elle ne faisait pas partie de la famille des bourrins.

« C'est vrai qu'on en finirait trop vite... Tu peux dire des trucs pas complètements débiles, parfois. »

Marilyn le pensait, même si il y avait toujours une pointe d'ironie dans sa voix : la dernière remarque de son rival avait été plutôt pertinente. Plus un combat dure, meilleur il est. Surtout dans le cas ou il s'agit de ce genre « d'enfantillages ». L'autre se dégagea finalement du couteau du leader des Tulips, le sang giclant à petites gouttes de son cou pour tomber sur la par terre de fleur déjà piétiné par ses quelques enjambées.
L'atmosphère était devenue plus tendue. Même si on rigole, on ne fait pas trop la maligne quand un revolver vous menace de vous éclater le bide et de déverser vous intestins sur de jeunes primevères encore toutes fraiches.
Enfin, l'autre fini par préciser ses menaces : le ventre ou l’œil? Peu importe, Marilyn n'avait aucune envie de finir sa vie ici, surtout si c'était pour être bouffée par des mollusques ensuite. Soupirant histoire de garder son calme, son esprit décrétait que les manières de Devlin étaient bien peu humanitaires. Et ne l'avait-il pas dit lui-même? C'était un peu facile... Elle baissa son bras qui tenait son couteau le long de son corps, gardant le blondinet dans son champ de vision, d'un air de défi. Puis son autre main passa derrière son dos pour aller y chercher une autre lame qu'elle tendit devant elle.

« Ce que tu peux être disgracieux, Miller! M’éclater les tripes de manière aussi crade, ou me faire gicler l’œil? Comme c'est charmant, tout ça! Tu voudrais pas disputer un duel dans les règles de l'art, plutôt? »

Ce disant elle agitait la seconde lame devant elle, attendant la réponse de son copain de bagarre. Ce dernier ne se défilerait pas, mais tel qu'elle le connaissait, Denshell Miller était un marginal qui n’aimait pas les règles. Mais de son côté, il devrait savoir que Marilyn Brandon aimait les défis et prendrait mal le fait qu'on réfute ses provocations.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Ven 15 Juin - 0:05

Chef des riffle bullets

Comme il fallait s’y attendre venant de Marilyn elle ne broncha pas. Ou alors si discrètement que Devlin n’en tenu pas compte. Faut dire que, tout partit dans ses délires de sang, de tripes et d’autres organes arrachés, il ne faisait guère attention à ce qui se passait autour de lui. Même son adversaire devenait flou dans son petit cerveau de blondinet moqueur. Il examinait la Tulips du coin de l’œil, jouant avec son arme comme un bambin avec une sucette. Sauf qu’il ne s’amusait pas à le mettre en bouche. Trop dangereux. Il claqua la langue avant de reporter toute son attention vers les paroles de son adversaire. Ainsi il ne disait pas QUE des débilités ? Trop aimable. Non vraiment il prenait presque ça pour un compliment. Il inclina légèrement la tête en signe de remerciement. C’était si rare.
Quand elle tendit le couteau vers lui, il crut un bref instant qu’il allait se le prendre dans…une partie ou une autre de son anatomie, il n’en aurait pas été surpris, à sa place le gêneur aurait probablement eut les côtés brisés depuis longtemps. Il faut croire que même chez les Tulips on savaient être patientes. Encore une qualité de femmes.

Un duel équitable ? Avec lui ? Dans les règles de l’art ça oui il se savait capable de le faire pour le reste c’était une autre histoire. Dans tous les cas il rangea son arme avant de considérer l’offre plutôt alléchante. Il n’était pas un professionnel du couteau, même si avec le temps il avait appris à en saisir le maniement. Il n’était pas mauvais, mais ses préférences se portaient plutôt sur les calibres. L’odeur de la poudre et de la chair brulée lui était plus agréable que le contact froid d‘une lame. Le résultat était le même à quelques détails près. A un trou prés en fait…mais quelle importance ce détail avait il maintenant ? Il imita Marilyn en poussant un soupir avant de s’approcher d'elle, une fois encore, pour attraper l’arme qu’elle lui tendait si gentiment. Examinant la garde puis la lame en elle-même il se contenta d’un bref clin d’œil et d’un sourire enjôleur. Tout cela n’avait toutefois guère calmé ses élans de boucherie, et dans sa tête se dessinait déjà milles et une façon d’utiliser l’acier à des jouissances plus personnelles. Il ne devait pas la tuer certes, il n’était pas encore complètement idiot, mais il ne lui était pas interdit de voir de plus prés ce qu’elle avait dans le ventre. Au sens large comme au sens propre du terme finalement.

« Je veux bien jouer un peu avec toi pour savoir qui est le plus fort à ce petit jeu là Marilyn de mon cœur, et comme je suis un parfait gentlemen je ne vois pas d’objection à te laisser le choix des armes. »

Ouvrir, taillader un peu partout. Pas forcement sur elle, mais sur tout et n’importe quoi. Il baissa la tête vers la poitrine qu’il avait malaxé quelques instants plutôt avec un sourire taquin pour finalement la relever vers le visage de son ennemie. Un bout de nez, un morceau de lèvre, elle ne perdrait pas grand-chose au final. Ou bien en tout cas rien qui ne lui soit indispensable. Couper la tête à un poulet il serait toujours mangeable, couper la tête à une demoiselle et…enfin bref.

« Par contre tu ne m’en voudras pas si je commence les hostilités hein ? »

Elle aurait pût s’y attendre venant de sa part. D’ailleurs peut être que dans sa petite boite crânienne elle avait déjà prévu l’attaque futur qu’il allait lui portait. S’il n’aimait pas la triche et les coups dans le dos il n’en allait pas de même pour ce qui était de prendre l’avantage. Surtout qu’il attaquait de face. Il empoigna le couteau d’un geste assuré avant de tendre son bras d’un geste brusque vers la gorge de la brunette qui se trouvait en face de lui. Mais ce n’est qu’a quelques centimètres qu’il stoppa sa lancée et qu’avec un rire rauque il balança son pied dans l’estomac de sa victime de la journée. Les coups fourrés non, les petites feintes oui. C’était tellement plus amusant comme ça.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Lun 18 Juin - 13:59

dead

Elle savait que ça lui pendait au nez. Marilyn savait que Devlin Miller voulait en découdre avec elle ici et maintenant. Alors autant lui donner ce qu'il voulait et prendre ainsi les devants. Elle lui avait tendu une de ses armes tranchantes qu'il n'avait pas tardé à saisir, son sourire sadique aux lèvres. Après avoir observé l'arme blanche que lui avait prêté son ennemie, il décida d'aller « jouer » avec Marilyn. Ils étaient tous les deux de bien drôles d'enfants, à vouloir jouer avec des couteaux aiguisés pour blesser, voire pour tuer.

« C'est ça mon chou, on a qu'a jouer... J'espère que tu ne m’ennuieras pas trop, ce serait faire honte à ce joli bébé que j'ai soigneusement aiguisé pour toi. »

Elle attendait, en regardant son adversaire la scruter de la tête aux pieds une nouvelle fois. Bien sur elle n'avait pas prévu cette rencontre avec l'homme au habits couleur sang, et son couteau avait encore moins été aiguisé pour un telle broutille. Vivement qu'elle puisse le foutre a terre pour qu'il se repentisse de l'avoir taquinée ce jour là. Son rival ne se gêna pas pour attaquer avant elle. Le couteau qu'elle lui avait prêté fonça vers sa gorge. Marilyn aurait du voir venir la suite, trop occupé à jeter sa propre arme contre celle de l'autre, elle se rendit compte trop tard que son attention n'avait pas été de l'égorger directement. Le connaissant elle aurait dû s'en douter avant. C'est en sentant son pied rentrer dans ses côtes, lui coupant le souffle qu'elle se rendit compte de la supercherie. Laissant échapper un juron, elle rentra le ventre s'adaptant ou mouvement du coup, reculant et évitant ainsi de voler pour se retrouver par terre.

Quand Marilyn jugea que la jambe de son adversaire avait atteint son maximum de détente, elle contre-attaqua. Empoignant la jambe du chef des Riffles sous son bras, elle tira dessus avec toute sa force, néanmoins affaiblie par le coup précèdent, elle inspira un grand coup pour mettre plus d'appui dans ses bras et réussir à faire basculer en arrière son ennemi. Le leader des Tulips lâcha prise et fonça en avant, le couteau en avant, se plaçant au dessus du blond, pour s'assurer de bien être témoin de sa chute. Elle graverait cette image de Devlin Miller allongé à terre par sa propre attaque gravée dans son esprit, un autre souvenir de bagarre à ajouter à ses favoris.

« Bien Miller... On dirait que tu pensais me grimper dessus en premier, hein? Dommage pour toi, on dirait que tu va devoir me laisser ce plaisir! »
Son sourire narquois revint a ces mots, s'accordant alors à merveille avec celui de Devlin qui n'avait toujours pas disparu. Un coup bas en amenait un autre, c'était la loi. Pas une seconde elle aurait du compter sur lui pour ne pas lui faire ce genre de saloperie. "Les règles de l'art", ben voyons... Bien sur qu'il s'en foutait éperdument de tout ça. Elle qui souhaitait l’amener sur son propre terrain pour mieux le vaincre. Ce ne serait pas si aisé, et cela la préoccupait. Non, Marilyn n'avait pas peur, elle commençait tout juste à sentir l'adrénaline monter en elle. Enfin, la chef des Tulips s'amusait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Mar 19 Juin - 15:07

Chef des riffle bullets

Bon honnêtement il ne s’y attendait pas. En tout cas pas de cette façon. La Tulips avait riposté avec une vigueur déconcertante et une vitesse des plus surprenante pour une fille qui venait de se prendre un coup de pied dans les côtes. Faut dire que la demoiselle n’en était pas à son premier combat, elle savait y faire pour retourner la situation à son avantage. Sexe faible ? Mon œil ouais ! Et voilà que Devlin se retrouvait sur le dos. Le choc lourd et brutal entre lui et le sol lui avait coupé la respiration pendant une demi-seconde avant qu’il ne reprenne ses esprits. Ce n’était guère la meilleure position pour gagner un match. Quoi qu’il en soit il devait se ressaisir avant que…trop tard…Marilyn était déjà au dessus de lui, l’écrasant de tout son poids. S’il avait été d’humeur il lui aurait lancé une vanne d’un ton enjoué avant de coller son poing dans cette petite trogne souriante. Manque de bol son cerveau était trop occupé à élaborer des solutions d’attaque pour faire marcher la case humour de son cerveau. Néanmoins il faut croire qu’il avait encore le temps pour la case sourire puisque ce dernier ne cessait de trôner fièrement, dévoilant au passage ses jolis dents qui ne rêvaient que d’une chose : mordre.

Il ne répliqua même pas à la phrase si féminine de son adversaire. Qu’elle en profite parce qu’il n’allait pas lui laisser ce plaisir très longtemps. Ne domine pas Devlin qui veut ma toute belle. Et en général il les préférait un peu plus rousse…et moins farouche. Comme quoi. Mais ce n’était pas encore le moment de penser à ça, peut être plus tard, quand elle serait un peu plus fatiguée. Avec un grognement pouvant faire penser aux feulement rauque d’une bête sauvage avec l’attaque il lança ses jambes vers l’arrière pour venir frapper de plein fouet la silhouette tant détestée, dans un même temps il se redressa du mieux qu’il pût, ne pouvant éviter la lame du coutelas qui vint lui entailler la tempe. Le contact de sa tête avec celle de cette petite fleur fanée qui lui servait de partenaire de combat lui fut des plus enchanteurs. Profitant de cette petite et brève échappatoire que lui offrait un mal de crane, il en profita pour se relever d’un bond et attrapa la taille de Marilyn. C’était à son tour de s’amuser un peu avec elle. S’il avait eut un lasso cela aurait été d’une simplicité enfantine. Dommage. Empoignant de sa main libre celle qui tenait l’arme mortelle de la jeune femme il la ramena dans son dos avant de s’y glisser par la même occasion et de faire jouer la pointe de son joujou argenté, si généreusement offert d’ailleurs quelque instant plus tôt, dans le creux de sa nuque. Un tout petit trou, rien qu’un seul…et pourquoi pas d’autres après hein ? Un peu partout, piquée la peau tendre à tel point que le sang ne cesse de couler. Y a pas a dire, pour un fois il donnait raison à la jeune femme, les couteaux, quand on est aussi tordu que lui, c’est ce qu’il y a de mieux pour faire mumuse.

« Tu voudrais pas juste crever dis ? Tu crois vraiment que t’es indispensable ? Si tu meurs y en aura d’autre pour prendre ta place non ? Alors se serait pas une grosse perte. Fais donc le bonheur de l’un de tes petites chéries, elles attendent toutes ça avec im-pa-tien-ce. »

Hé ben ça commençais à débloquer sérieusement dans sa tête. Ce n’était pas sa faute après tout. Il enfonça davantage la pointe de la lame, juste en dessous de la peau la veine qui battait maintenant si fort sous le pression et l’adrénaline. Juste un simple geste pour l’atteindre, il lui suffisait juste d’appuyer un peu plus fort. De laisser ce petit jeu déraper un peu trop. Il releva la tête pour apercevoir les hauts bâtiments. De l’une des fenêtres quelqu’un pouvait très bien les voir. Si ça se trouve ils étaient même plusieurs en train de contempler le spectacle, de loin. Non non non pas question. Cet instant il se le gardait pour lui tout seul, vilains voyeurs. En riant, il relâcha la pression qu’il exerçait sur le bras de la jeune femme et la tira violemment en arrière pour les faire basculer tous les deux derrière un talus surplombant une pente. Et comme une partie ne mérite pas d’intérêt si elle se finit trop vite, en perdant son sens de l’équilibre il abandonna du même coup sa proie. Qu’elle se foule la cheville ou qu’elle retombe sur ses pattes comme un chat…quelle importance cela pouvait il avoir au final ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Lun 25 Juin - 14:34

dead

Elle n'avait pas envie de crever, oh non. Mais son absence serait, certes, une occasion pour beaucoup de monde d'avoir un peu la paix. Elle devait lui accorder un point sur ce coup là. Combien de personnes avait-elle humilié? De combien d’entre elles s'était-elle fait détester? Ça lui importait vraiment peu. Marilyn se prenait un point de plus quand Devlin lui annonça qu'elle était facilement remplaçable. La encore, c'était pas faux : chez les Tulips, il y avait celles bien sur qui convoitaient sa place, et celles qui la suivaient. Néanmoins, c'était elle qui commandait pour le moment, et les autres s'y plieraient, et prendraient un véritable plaisir à lui obéir. La chef des Tulips ne savait pas comment son ennemi le chef des Rifle Bullets commandait à ses troupes, mais le résultat était que tous ses copains étaient des assoiffés de sang. Pourtant, quand on en vient au combat, les filles n'avaient rien à leur envier, cela avait été démontré par leur meneuse quelques minutes plus tôt, avant que la vapeur soit a nouveau renversée.

La position dans laquelle elle se trouvait actuellement ne mettait pas son statut de leader en valeur... Elle était restée silencieuse, se concentrant sur la pointe qui lui chatouillait la nuque, cherchant comment s’échapper de cette dangereuse proximité. Faut l'avouer, Marilyn aurait été vraiment mal barrée si son rival ne l'avait pas lâchée et jetée un peu plus loin. Elle ne s'attendait pas du tout, mais c'était tant mieux. Une fois le choc de la chute passé, elle s'était laissée rouler jusqu'en bas du talus. Elle déplia lentement son corps une fois qu'elle eut finit de dévaler la pente. Qu'est-ce qui lui avait pris, à l'autre? C'était pourtant l'occasion rêvée de la refroidir une bonne fois pour toute. Si ils continuaient tous les deux dans cette voie, l'issue de leur combat ne ferait que devenir plus incertaine. Y'en avait marre de cette indécision, il fallait y mettre un terme.

Marilyn fit rapidement le point sur sa situation. Elle se trouvait en bas du talus, l'autre arrivait par le haut, avec son sourire de gros toutou qui vous fonce dessus tous crocs dehors pour vous arracher le visage. Sa position tactique n'était pas la plus mauvaise pour porter son assaut.
La chef des Tulips poussa sur ses jambes et fonça ventre à terre vers son adversaire qui fondait sur elle. Un couteau à la main. Ce dernier planterait, lacérerait la chair si nécessaire.
Leurs des corps s'affrontèrent, après un nouvel impact Marilyn avait foncé la tête la première dans le ventre de Devil. La masse musculaire du chef des Riffle Bullets était bien plus conséquente que celle de la jeune fille, pourtant loin d'être chétive, et cette différence lui donna du fil à retordre quand elle voulut porter son attaque. C'était le moment de frapper, le couteau présent dans sa main droite brilla brièvement en passant sous un rayon de soleil et le bruit qui se fit entendre fut celui de la lame qui pénètre dans la peau. C'était la peau située sur le côté du genou droit de Devlin pour être précis. Lâchant son arme, elle put se dégager de son adversaire, le repoussant de son autre bras et se redressa, faisant quelques pas vers l'arrière, un sourire satisfait au lèvres. Elle dut prendre un temps pour reprendre son souffle, cette attaque improvisée avait été éprouvante. Puis elle désigna l'objet argenté resté dans le corps de Devlin.

« Tu peux garder celui-là si tu veux, pas envie d'avoir du sang de Rifle sur une de mes lames... Oh, au pire, tu aura tout le loisir de me la rendre un peu plus tard! Mais n'oublie pas de la nettoyer, hein, j'vous connais, les mecs, l'hygiène c'est pas votre truc »




/HRP: J'ai vraiment été longue, navrée... J'espère que j'en ai pas trop fait, pour le coup xD/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Mar 26 Juin - 19:47

Chef des riffle bullets

Tout d’abord il y eut la douleur. Puis un certain énervement. Une fois jetée en bas du talus il lui aurait été tellement plus simple de lui foncer dessus pour lui faire une grande grimace sanglante à la place de ce sourire qui le narguait depuis tout à l’heure. Il aurait aussi bien put lui trouver la gorge tout à l’heure et ainsi mettre fin à cette petite plaisanterie, mais c’était plus fort que lui, il aimait jouer. Un peu comme un chat avant de croquer sa proie. Il trouvait cela tellement plus joli quand elle se débattait, mais c’était plus fort que lui, il ne pouvait s’empêcher d’y planter les crocs. Dans ce cas précis, la lame ferait très bien l’affaire. Encore fallait il qu’elle reste bien en place. Il n’avait pas eut le temps de se jeter sur elle que déjà elle se relevait et fonçait sur lui, la tête baissée. Elle lui fonça dans le ventre et malgré toute sa force et sa bonne volonté il fut impossible à Devlin de ne pas ciller. C’est qu’elle en avait de la rage la petite fleur. Et puis elle n’était pas si faible que ça.

« Hé ma chérie tu m’excuses mais les relations sado-maso c’est pas trop mon genre. »

Quand le couteau pénétra sa chair il ne pensa même pas à crier. Quand on joue du couteau il est normal que le contact entre la peau et l’acier se fasse à un moment donné après tout. Et puis tout foufou qu’il était il ne sentit rien dans un premier temps, l‘adrénaline faisant son travail d‘antidouleur efficacement. Ce n’est qu’une fois qu’il porta les yeux vers son genoux qu’il commença à prendre conscience de la chose. Dans la précipitation elle ne lui avait pas retiré la lame de sorte que le sang ne coulait que très peu. Le garder ? Trop aimable. Mais il avait bien l’intention de lui rendre. Comme son adversaire semblait pour l’instant en train de reprendre ses forces à quelques mètres de lui il en profita pour arracher un bout de son pantalon, déjà passablement en mauvais état, puis retira d’un geste brusque l’arme de sa cuisse avant d’utiliser le morceaux de tissu comme pansement. On ne fait pas dans la dentelle, un homme un vrai ne hurle pas à la mort à cause d’une midinette qui lui plante son canif dans le lard. La douleur lui était supportable, il s’y ferrait. Sans perdre son sourire il redressa la tête vers Marilyn écartant au passage quelques mèches blondes. Il n’eut même pas le temps de lui lancer une vanne ou une insulte bien sentie que déjà son corps bondit vers elle et que son propre couteau lui lacera le ventre. Y a pas de raison pour qu’il soit le seul à garder une cicatrice n’est ce pas ?

« Merci pour le cadeau, ‘tend un peu je veux t’en faire un à mon tour. »

Disant ces mots il lança son poing droit vers la temps de la brunette et ce dernier atteignit sa cible. Une furieuse envie le démangeait de sortir son flingue et d’achever le travail. Cela lui aurait permis de mettre en pratique les cours du professeur de survie. Parce qu’il s’agissait bien de ça non ? De survie. Il rangea les couteaux à l‘intérieur de son porte-flingue, leur faisant une petite place, quitte à continuer autant le faire aux corps a corps sinon ils allaient finir en charcuterie bon marché. Et puis au vue de sa carrure et de la sienne ils étaient sûr que le combat serait à son avantage, ce qui n’était pas pour lui déplaire. Si elle voulait récupérer ses armes il faudrait au moins qu’elle s’approche, a moins que la miss n’en est encore en réserve ce qui était probable. Auquel cas ma grande il faudrait songer à passer à la vitesse supérieure et quitte à tricher un peu autant le faire avec les grands moyens non ?


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Ven 13 Juil - 14:53

dead

L'attaque fit mouche : tout d’abord son coup de boule dans le bide, qui n'était en aucun cas comme aurait pu le penser l'autre le coming-out de ses soit-disant pulsions. Par contre, lui, pas sado-maso? Marilyn en était presque étonnée. Tel qu'elle connaissait le blondinet, il raffolait du sang des autres, du bruit des os qui se brisent, si ce n'est pas un sadique, ça.
Enfin, la suite arriva. Et c'est en se relevant et avec un sourire satisfait que Marilyn put admirer le résultat de son travail. Un goût amer se glissa dans sa bouche quand elle baissa a nouveau le regard vers sa précieuse lame plantée dans le genou dégoûtant d'un Rifle Bullet, et pas n'importe lequel. Il observa brièvement sa blessure, retira le couteau pour ensuite se dépêcher de faire un bandage de fortune. Marilyn reprenait son souffle, et elle vit trop tard l'étincelle dans les yeux de son ennemi. Elle n'eut que le temps de faire un demi pas vers l'arrière, et se retrouva à son tour avec un trait rouge lui barrant le ventre. Elle porta par réflexe sa main à sa blessure, son souffle coupé par la surprise et la douleur. La chef des Tulips fit rapidement l'état des lieux sur cette nouvelle estafilade qui rejoignait sa collection... Elle fut soulagée de ne pas voir ses intestins se déverser à ses pieds, la lame n'avait pas pénétré trop profondément dans la chair. Mais le danger était ailleurs, il était habillé de la même couleur que le liquide qui coulait de l'ouverture créée dans sa peau et se nommait Devlin Miller, il était juste devant elle, et lui jetait déjà à nouveau son poing dans la figure.

« Merde... »

Le juron sorti a voix basse de la bouche de Marilyn, et elle sentit, peu à peu, son corps s'allonger parmi les brins d'herbe et les fleurs de la prairie. Sa main toujours collée à son torse, son esprit était parti vagabonder sans son autorisation quelques mètres plus loin, mais le voilà qui revenait, en prenant son temps, certes. Si ça continuait, il allait revenir pour repartir une bonne fois pour toute. Son visage caché par ses cheveux sombres tombés en bataille pendant sa chute lui barrait partiellement son champ de vision encore flouté, mais son ouïe restait bien intacte. Elle entendait une lame glisser dans une poche de cuir. Déjà il ne comptait pas l'achever avec un flingue ou sa propre arme, pourquoi allait-il opter? L' étranglement? Ou alors, il allait, à la main, plonger dans le ventre de Marilyn pour en vider son contenu?
La main vide de la chef des Tulips remonta jusqu'à son visage pour écarter ses mèches de son champ de vision, lui dégageant la vue sur quelques primevères, puis elle se retourna pour apercevoir le ciel. Elle ne pensait pas se retrouver dans cet état pour être honnête, c'était lui qui était censé être allongé par terre, à ruminer sa rage comme elle était occupée à la faire. Roulant ses yeux dans une autre direction, elle aperçu de nouveau cette ombre rouge massive. Une drôle de fleur que voilà.
Marilyn mit sa douleur de côté le temps d’effectuer sa tache suivante.
En un instant, en jetant ses jambes vers le haut et puis vers l'avant elle fut de nouveau sur pieds et opérationnelle. Elle ne pensa pas et fonça de nouveau vers sa proie, son œil unique débordant de sa soif de vengeance. La jeune femme était sans armes cette fois ci, elle lança de toutes ses forces son poing vers la belle gueule du blond. Trop classique? Cela restait à voir. Elle stoppa net devant le nez de son ennemi, et sa jambe se mit en mouvement pour prendre le relais. Son pied parti vers l'arrière puis une fois son élan pris, arriva à pleine puissance vers l'endroit ou il ne faut pas frapper en temps normal. Oui vous avez compris, cet endroit-là : l'entrejambe de Devlin Miller. Si contrairement aux autres, il appréciait d'être planté au niveau du genou, il ne faisait pas exception à la règle ce qui est des testicules, n'est-ce pas?
Un sourire s'afficha sur le visage de Marilyn quand son pied atteint enfin sa cible. Et elle put enfin remercier à son tour son rival pour son ventre, qu'il avait eu à deux reprises, un mot vulgaire se glissant parmi les trois autres, à mi-voix.

« Merci pour tout, salopard... »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Lun 16 Juil - 19:33

Chef des riffle bullets

Lors de sa jeune vie on lui avait souvent cassé les pieds, même un ou deux doigt, et puis il n’était pas rare qu’il utilise cette expression populaire au langage si fleuri qu’affectionne les homme a propos de leur parties génitales. Non par contre il n’aurait jamais vraiment pensé que celui lui arriverait en vrai. Apres son coup de poing il avait vu Marilyn volée un peu plus loin. La douleur de sa jambe l’avait fait grimacé, il ne perdait pas beaucoup de sang mais assez pour recouvrir le tissu d’une large tache plus sombre. Nom de nom, bientôt il n’arriverait plus à marcher convenablement. C’est alors qu’elle avait contrattaquée, et pas qu’un peu. Lui qui croyait qu’elle se serait calmé, il faut croire que ce genre de nana plus tu la cogne et plus elle en redemande. Elles veulent toujours avoir le dernier mot ou quoi ? Tête de mule…

Quoi qu’il en soit il ne l’avait pas vu venir ce coup là, ho le coup de poing il s’y attendait, mais alors le reste. C’était une autre histoire. Contrairement à sa précédente attaque la douleur n’avait rien de comparable. Elle était plus forte et surtout elle ne pouvait s’en aller d’elle-même, il ne pouvait pas en faire abstraction comme pour sa jambe. Il tomba a genoux sur le sol, le souffle coupé net. Ha ça si on lui avait dit aussi que les filles ne respectaient pas les règles de la bienséance. Devlin se mordait la langue tellement fort pour ne pas hurler, non ça lui aurait fait trop plaisir, que c’est a peine s’il pouvait encore la sentir. Ha mais on ne peut pas s’en prendre à cette partie de son anatomie sans regretter amèrement par la suite. C’est que c’est précieux ces petites choses là et il en avait encore besoin, il était trop tôt pour devenir un eunuque. Finalement il laissa échapper une grande expiration ressemblant plus aux râles d’un chien qu’a un soupir de douleur. Merci ? Pourquoi elle lui disait merci celle là…attend un peu qu’il attrape son sale petit visage dans ses mains, il allait la réduire en purée. Œil pour œil dents pour dents, ce n’était pas ça la devise ?

« Tu crois que tu va t’en sortir avec une simple égratignure après ça ? »

Ses paroles étaient hachées, son souffle court, c’est tout juste s’il ne devait pas prendre une grande inspiration entre chaque mot. Non c’était trop simple. Il fallait équilibrer les choses. Péniblement il parvint tout de même a se redresser, bien que sa pose soit un peu moins assuré que tout à l’heure. Hé bien quoi essayer de reprendre une pose avantageuse après un coup pareil messieurs, ce n’est jamais vraiment aisé.

« J’ai une idée. Que dira tu si je te coupais un petit bout sur chacun de tes atouts féminin ? C’est pas comme si tu t’en servais, vu qu’aucun gars saint d’esprit ne pourra jamais prendre le risque de t’approcher. »

D’un coup sec il frappa la blessure de sa jambe. En réveillant la douleur cela avait au moins l’avantage de lui faire oublier l’autre.

« Ho et puis non tiens. Cela me manquerait trop de ne plus pouvoir les agripper pour voir comment ils grossissent. »

C’est vrai que si on ne peut pas profiter des plaisir de la vie…Toujours avec son sourire il tira de son étui son arme adoré et la pointa vers la chef des Tulips avant de tirer une balle vers son épaule. Si elle s’occupait du bas, lui se chargerait du haut tout naturellement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Mar 14 Aoû - 23:07

dead

Avec un coup comme celui-là, Marilyn était confiante, elle voyait la fin de l'affrontement arriver. Persuadée d'en avoir bien fini, elle commençait à se repasser tout le déroulement de la bagarre mentalement, se demandant pourquoi elle n'avait pas sorti ce coup un peu plus tôt. Mais peu importe désormais, l'essentiel était que cette dernière attaque avait porté ses fruits. Avec délice, la chef des Tulips savoura la vue qui s'offrait à elle. Devlin se laissa tomber à terre, visiblement souffrant. Cette fois aussi, Marilyn brûlait de venir se pencher au dessus de lui pour l'enfoncer encore plus, mais elle préféra garder ses distance vu que la dernière intervention du genre n'avait pas été couronnée de succès. Et surtout, la visage de son adversaire déformé par la douleur devint encore plus effrayant quand un expression colérique s'y mêla. Un type comme avec une tête pareille, ça donne plus envie de courir qu'autre chose. Le sourire satisfait de Marilyn, pourtant, demeura, même quand le chef des Rifle Bullet commença ses menaces. La deuxième en particulier était révélatrice de l’état d'esprit de son adversaire, ça elle était parvenue à le mettre en rogne. C'est avec plaisir qu'elle renchérit sur la tirade philosophique de Devlin, remettant sur le tapis ses réponses si exaltantes.

« Et moi, je doute qu'une seule veuille jouer avec tes parties écrabouillées. Et si je les arrachais? A la main? Ne t'en fais pas, il y a sûrement des dingues qui aiment... »

Ce n'est pas qu'elle réagissait sous le coup de la peur. Mais après avoir vu un feu dangereux brûler dans les pupilles du blond, Marilyn ne savait pas ce qui l'attendait. Et sa blessure au ventre qui saignait toujours était sa une de ses autres préoccupations. Il s'était déjà relevé une fois, alors qu'elle pensait avoir gagné. Cette fois-ci elle ne relâcherait pas sa garde. Ses yeux étaient rivés sur l'individu écarlate, prêt a détecter tout mouvement dangereux. Ses jambes elles aussi étaient prête a riposter, quitte à y laisser sa poitrine -comme l'aurait bien voulu Devlin- ou les autres parties de son anatomie, elle tiendrait le coup, mais la fuite, non. Fuir? Jamais au grand jamais Marilyn Brandon ne prendrait ce chemin-là... Bien qu'il y des fois comme celles-ci ou elle ferait mieux de se soucier plus d'elle que de son combat!

Mais alors son regard qui scrutait son ennemi brilla vivement quand, en synchronisation avec ses dires, son bras et sa mais s'activèrent pour récupérer le revolver qui n'avait pas bougé de sa place. Tout se passa très vite, mais Marilyn vit tout passer au ralenti, chaque mouvement se décomposait de manière fluide, lentement. Elle regarda le doigt presser la détente, puis l'étincelle qui propulsa la balle hors du canon, vers elle. Mais ou visait-il? La chef des Tulips avait passé ces quelques fractions de secondes a chercher la réponse à cette question. Ce n'était pas la première fois qu'on pointait une arme vers elle, quelques cicatrices sur son corps en étaient la preuve. D'instinct, ses bras vinrent se dresser vers le haut de son corps, et le temps qui s'était arrêté repris son cours quand une douleur intense se fit ressentir dans le dos de sa main droite.

De sa bouche s'échappa un bref cri. Et sa main gauche vint à l'aide sa jumelle en recouvrant la nouvelle blessure, pour apaiser la douleur. Marilyn mordit sa lèvre quand au moindre mouvement de sa main droite, la douleur revenait, plus forte que précédemment. Mais elle ne devait pas relâcher son attention sur son ennemi, lui avait encore des balles dans son chargeur. Ses deux blessures, son combat, même si elle le voulait, il était difficile de jouer sur ces deux terrains en même temps... Oui, là, tout de suite, si par miracle quelqu'un pouvait empêcher le taré en face d'elle de tirer une deuxième balle, il rendrait un grand service à Marilyn.



EDIT: Normalement, c'est la que Mindy intervient, elle postera après ce post-là!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mindy Fusten


Messages : 346
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 21
Localisation : Bretagne, RPZ Yolloooo Swaaaag!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Sam 25 Aoû - 17:19

The Tulips

Mais qu'avaient-ils tous aujourd'hui? C'était la troisième altercation qu'elle avait eu aujourd'hui. Son sourire était plus sadique que jamais et si quelqu'un avait le malheur de lui parler elle l'aurait envoyé valser. Mais depuis qu'elle avait tiré dans le couloir, les autres ne l'approcha pas trop. Le calme, elle avait attendu si longtemps, et le seul jour où elle aurait pu etre en paix, il a fallu que tous ces imbéciles viennent l'agacé. Il avait bien cherché pensa-t-elle. Mindy n'arrivait pas a ce calmer, elle décida alors d'aller prendre un peu l'air. Oui l'air frais c'est une brillante idée, pensa-t-elle.
Dehors il faisait beau comme toujours, elle pris la direction de la prairie. La prairie était proche ce qui l'évitait de croiser trop d'élève. Mais là au centre de la prairie, il y avait la seule chose qui pouvait l'énervé encore plus. Delvin Miller, le chef de Riffle Bullets, un imbécile pervers, dont elle n'avait eu encore l'honneur de rencontrer. Mais il fallait que ce soit aujourd'hui, maintenant que tout ce qui a de mignon en elle a disparu, l'enfant a laissé place au monstre, et c'est par hasard quel croise cet écervelé. Mais il n'était pas seul, là devant lui a terre, Marylin. Ca chef, était elle en vie? Mindy était hors d'elle, tout ce passa très vite, en une fraction de seconde elle tira sur le Riffle bullets, en plein dans le poignet d'où il tenait son arme, qui tomba par terre.

-"Ravi de te rencontrer, Miller!"

Oh oui elle était ravi, il était la bléssé, juste devant elle. Elle éprouvait une sensation de bonheur, oui elle avait tiré sur le chef des Riffles Bullets, qui était maintenant en difficulté. Puis d'un large sourire:

-"Tu veux jouer avec moi?"

Puis en une fraction de seconde elle tira un deuxieme coups, toujours bien visé, droit dans l'épaule de Delvin.



Désolé pour la taille plus que médiocre mais je savais pas trop quoi mettre et j'allais pas vous faire attendre trop longtemps!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Devlin Miller


Messages : 491
Date d'inscription : 08/06/2012
Age : 25
Localisation : Juste a côté de toi !

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Dim 26 Aoû - 13:36

Chef des riffle bullets

C’est toujours quand on croit que c’est terminé qu’un nouvel élément provoque une nouvelle partie de jeux. Marylin n’avait pas réussi à éviter la balle, c’était cela dit plus compliqué que d’arrêter un coup de pied ou un poing vengeur. Il avait laissé tomber les bonnes manières pour passer au stade supérieur. Et quel plaisir en retirait t’il ? Tout simplement le fait de voir couler le sang. Il n’en demandait pas plus. Enfin il était tout de même ravi de voir sa chère petite Tulips en si mauvaise posture, la sienne n’était guère des plus reluisantes non plus il faut bien le faire. Il pissait littéralement le sang, sa jambe menaçait de s’écrouler sous lui a tout instant et les coups qu’elle lui avait rendu, en particulier celui qui avait atteint les marques de sa masculinité. C’est tout juste s’il pouvait se tenir debout et espérer avoir une descendance. Ha ha des petits Devlin en miniature…

Mais à quoi pensait il ? Tout a sa joie de voir son adversaire à sa merci il avait négligé les éléments perturbateurs. En l’occurrence cette balle qui lui traversa le poignet en lui arrachant la peau et peut être certains tendons…Pour le coup il pousse un cri, peut être plus de surprise que de douleur. Car la surprise est grande quand quelqu’un que l’on ne voit pas vous tire dessus. C’est pas toujours plaisant. Son arme lui tombe des mains et Devlin tourne la tête. C’est quoi cette espèce de crevette jaune qui le regarde avec un sourire d’hystérique ? Au vu de son comportement, les bons samaritains ne courent pas les rues et les sauvetages de ce genre ont souvent une bonne raison, il devrait s’agir d’une Tulips. Encore une. C’est un vrai défilé aujourd‘hui. Le grand diable rouge se redresse, sa main blessé pendouille contre son bras, si ça continu comme ça tout son précieux flux sanguin ferra partie intégrante de la pelouse. La remarque de la grosse tache jaune lui arrache un rire, malgré sa douleur. Jouer avec elle ? Mais volontiers. Pas sûr cela dit que cela lui plaise longtemps.

« Ho tiens encore une mauvaise herbe. Calme ta libido ma puce, tu n’a pas encore le niveau pour pouvoir jouer avec moi…et tu es un peu trop plate pour m’intéresser. Reviens me voir dans un ou deux ans. Si t’es pas morte avant bien évidement. »

Il regarde de nouveau la p’tite chef qui se trouve au sol. Avec un mauvais sourire il se marre comme un gamin. Le deuxième coup de feu part. Celui là il n’est pas question qu’il se le prenne en pleine poire. D’un saut il se déplace et la balle fusse. Ha non il ne se laissera pas faire une deuxième fois. L’autre avait fini de le tirer comme un lapin. Merci bien.

« Tu devrais mieux dresser tes fleurs. Mes hommes savent qu’ils ne doivent pas interférer avec les combats dans lesquels ils n’ont aucune chance de gagner. Cela dit c’est mignon qu’elle veuille te protéger. »

Mignon oui. Un peu tard mais mignon. Devlin poussa un soupir avant de s’avancer vers la tireuse. Elle avait beau pointer son arme sur lui, à ce stade se prendre une autre balle ne lui apporterait pas plus de satisfaction mais cela ne ferrait que lui retirer un autre bout de bout, il n’était plus à ça prés. Il était temps aussi de s’occuper de ses blessures, l’autre bien se moquer, mais quand on a une prune dans le poignet, un couteau dans la cuisse…on pense d’abord à sa survie. Arrivé devant la blondinette Devlin lui tapota la tête, comme un maitre félicitant son chien bien dressé avant de la faire tomber au sol d‘un croche patte.

« Va voir ta chef adorée p’tite puce, j’crois qu’elle a besoin d’un brancardier. »

Puis il jeta un dernier regard vers la brunette.

« Marylin, au plaisir de pouvoir te peloter une nouvelle fois. Tu m’excusera mais le fait que ta mauvaise herbe m’ai détruit le poignet m’empêche de te saluer. »

Devlin continua d’avancer sans se retourner, ce que faisait ses ennemis dans son dos ne pouvait pas le concerner et il ne croyais pas les Tulips assez lâche pour attaquer un ennemi en traitre. Ou bien il faudrait qu’il revoit son jugement. Il rentra à l’intérieur du bâtiment, ignorant les quelques élèves qui s’écartaient sur son passage. Sa direction ? L’infirmerie bien sur. Même les plus grands guerriers doivent soigner leurs blessures.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marilyn Brandon


Messages : 313
Date d'inscription : 19/05/2012
Age : 23
Localisation : Haha! Si tu savais!!

MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Jeu 6 Sep - 13:55

dead

Encore accroupie sur le sol, Marilyn s'interrogeait toujours intérieurement sur comment allait finir – ou ne pas finir – l'affrontement. Certes, ils étaient tous les deux mal en point, bientôt, elle et Miller finiraient par se foutre des claques chacun leur tour, boitillant et suffoquant comme des zombies, attendant que l'autre tombe à terre en premier. La Chef des Tulips devait tout de même confesser que son adversaire continuait de l'impressionner, a deux reprises, il s'était relevé des coups qu'elle avait pensé être ceux qui cloraient le combat... Elle devait se rendre à l'évidence : il se peut qu'elle ait sous-estimé le Chef des Riffle Bullets. Et voilà ce qu'elle avait gagné, censée gagner cette sympathique bagarre, cette dernière n'était pas prête de finir... Marilyn se maudit mille fois d'avoir pensé à appeler à l'aide, mais il faut croire que malgré tout, une bonne âme avait entendu sa prière. Un nouveau coup de feu retentit, ses yeux étant toujours fixés sur Devlin, et elle put voir que ce n'était pas lui qui avait tiré. Qui alors?

Voyant son adversaire lâcher son arme dans un cri de douleur, elle leva ensuite les yeux vers le haut du talus du haut duquel elle avait roulé quelques minutes avant. Une alliée, ça ne pouvait qu'être une de ses Tulips : même si elles étaient momentanément sous le même étendard les Orchids ne se risqueraient pas à le faire remarquer. Enfin, Marilyn avait éliminé d'office les White Flats qui ne viendraient pas à l'aide d'une brute comme elle, et la piste de l’admirateur secret avait aussi été écartée depuis le début.

« Mindy...! Qu- »


Sa camarade affichait son habituel sourire angélique, qui n'était pas du tout en harmonie avec le flingue qu'elle tenait dans sa main et dont elle venait de presser la détente. Fidèle à elle même, Mindy voulu provoquer en duel le Chef des Riffle Bullets. Ce dernier moqua son initiative formulée de façon ingénue, si elle n'était pas en lauvaise posture, Marilyn en aurait sûrement ri aussi... Éclatant à nouveau de rire, Miller ne manqua cependant pas de concentration pour éviter la seconde balle de la blondinette. Comment pouvait-il... Voyant qu'il était assez en forme pour faire des bonds, la Chef des Tulips se releva, comme pour prouver qu'elle aussi était en condition pour continuer de se battre. Lorsque Devlin commenta l'arrivé en fanfare de sa Tulip, le regarde Marilyn passa machinalement de lui à sa camarade... Mignon, oui on peut dire ça, mais ça ne faisait que rappeler au Leader des Tulips qu'elle avait failli sur le plan mental pour avoir presque abandonné en espérant qu'on vienne la sauver. Elle ne souriant plus, dans son œil unique brûlait l'envie d'en découdre... Sachant très bien qu'elle ne pourrait pas tenir très longtemps à ce rythme là. Mais alors son adversaire changea de trajectoire pour se diriger vers Mindy.

« Eh! Miller, attends! On a pas- »


De toute évidence, l'affrontement arrivait à sa fin, mais si il pensait à faire du mal à une de ses Tulips... Non, elle ne laisserait pas faire ça. Son bras toujours passé autour de son corps pour atténuer la douleur de sa blessure au ventre, Marilyn se mit à son tour à remonter la pente, vers les deux autres. C'est là qu'elle fut stoppée par les propos de Devlin. Un brancardier? Alors il la laissait tomber? Leur combat s'arrêtait là? Attends, est-ce que Miller jouait au sage, là? N'ayant jamais pensé à cette alternative que Devlin se réserve pour une prochaine bagarre, les bras lui en tombèrent. Adressant un salut bien à lui à Marilyn, le Chef des Riffle Bullets s'en retourna vers les bâtiments du pensionnat... A vrai dire, c'est vrai qu'ils aurait très bientôt l'occasion de s'affronter de nouveau. Au bal. Marilyn avait la sensation d'avoir réussi sa mission de provoquer les Dark Guns, enfin, UN Dark Gun, pas le moindre ceci dit.
Elle était alors arrivée à la hauteur de Mindy, qui avait regardé partir Miller, toute sourire. Sa Chef lui devait des remerciements...

« Merci Mindy... Bah, j'aurais vraiment dû le finir moi même, mais ce sera pour une prochaine fois. Raaah, j'suis dans un état moi! »


Souriant à son tour pour cacher sa rage toujours présente, elle tapota derrière l'épaule de Mindy, et le fit se tourner vers le pensionnat... Un passage à l'infirmerie s'imposait. Quelque part, Marilyn se sentait victorieuse, mais elle gardait en bouche un goût amer, ce qui était sur c'est que même elle avait gagné le « prix de l'amitié entre Tulips », elle avait perdu sur le plan mental. Et par là, elle avait besoin d'une revanche. D'une vengeance. Patience, tout vient à point à qui sait attendre.
Alors que de nouveau, une lueur dangereuse brillait dans ses yeux sombres, la Chef de Tulips se dirigea vers l'infirmerie.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]   Aujourd'hui à 7:50

Revenir en haut Aller en bas
 

Et si on jouait à qui est le plus fort ?[PV Marilyn Brandon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le distributeur de billets jouait au Père Noël...
» Je viens aux nouvelles ♣ June [HOT]
» Et si on jouait à Indiana Jones ?!
» (m) Sortir à deux de dessous la couette, tout décoiffés, et dire " On jouait au monopoly "
» NOHÉ. ϟ ou le mec qui jouait un double jeu. (fiche terminée)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Le pensionnat :: La prairie-