PA et tops sites  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ancolie Edelweiss


Messages : 232
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Au pays des poissons dépecés et des oiseaux saignés !

MessageSujet: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Lun 9 Juil - 10:00

dead


Je me suis assise, un peu au hasard. Assise dans l'herbe, les pieds dans l'eau, j'écoute la brise. Tout est si paisible. L'eau laisse entendre son chant calme. Quand mes yeux regardent le ciel, ils ne voient que des lueurs brillants par milliers dans un azur profond. Quelle heure est-il ? Minuit peut-être. Cela fait longtemps que mes jambes brisent le cours de l'eau. Elles ne sont ni fraîches, ni brulantes. L'air n'est ni glacial, ni ardent. Il fait tout simplement doux. Mes mains, soutenant mon corps en arrière, serrent l'herbe devenue si douce sous la nue. Mes paupières se ferment, mes lèvres s'ouvrent pour laisser l'air pur emplir mes poumons. Comme un vide, immense, comme si tout ici me permettait d'oublier. D'oublier cette journée pesante. Comme si plus rien n'avait d'importance. Comme si je pouvais partir d'ici. Sauf que je ne voulais pas, sauf que je ne pouvais pas. Parce que ce pensionnat est tout ce que j'ai aujourd'hui. Parce que ces élèves sont les seuls que j'aimerais protéger. Parce que je me suis promise d'arrêter leurs enfantillages. Tant de choses qui me retiennent à terre. Et maintenant ce fichu bal venant s'y rajouter. Tout un évènement à réaliser. Il est mignon le directeur. Mais je ne manquerai pas une occasion pareille. Occasion d'apporter un peu de joie ici. Alors, je me résigne. Même si je pense qu'aucun d'entre nous puisse se plaindre. Chacun appartient à un groupe. Chacun détient des amis. Chacun s'amuse comme il le peut. Le seul problème, ce n'est pas de rendre les gens heureux, ils le sont. Le seul problème est qu'un jour pour chacun d'eux tout s'écroule. Tout s'écroule en ayant pour cause cette guerre. Le bonheur de tous apparaît face au malheur des autres, ce monde est à ce point pervers.

Je me demande si un jour ils se lèveront, entourés d'une belle famille. Je me demande si à cet instant ils ne remettront pas leur bataille en question. Mais il sera trop tard. Le pouvoir d'arrêter tout cela appartient aux pensionnaires. Mais encore faudrait-il qu'ils le prennent en compte. Finalement, peut-être que notre rôle à nous White Flats n'est pas de raisonner la population. Peut-être devons nous juste regarder et intervenir dans les moments les plus délicats. Voilà les questions posées, au sein même du groupe. Non, notre seul rôle est d'arrêter tout ça. Notre première loi est de vivre, offrir cette joie à qui veut bien la prendre. Comment voulons-nous mettre un terme à leurs chamailleries. Elles durent depuis si longtemps. Et si certains daignent de se rappeler son but, d'autres l'on bel et bien oublié. Si je n'ose dire ne l'on jamais sus. En bref, on ne peut se battre contre la nature de chacun, cela reviendrait à établir une dictature. Le but des White Flats est de fonder une égalité, pas de plier les élèves à leur bon vouloir. Au final, aucun d'entre nous n'est innocent, nous sommes tous blâmables.

J'aurais pu continuer bien longtemps se monologue intérieur. J'aurais pu ne pas voir le temps passé si Poly ne m'avait pas relevée la tête de son museau. Je laisse échapper un cri, prends sa tête entre mes mains avant de m'allonger.

- Qu'est-ce que tu veux imbécile ?

Cette insulte sonne affectueusement. Il recule, nos regards se croisent pour ne plus se lâcher. Je souris, moqueuse. Que me veut-il ? M'ennuyer un bon coup. C'était parfait, qu'il ne s'inquiète pas. Je m'assois dans un rire. Il s'avance de nouveau pose son encolure sur mon épaule. Je lui caresse la joue.

- C'est donc une marque d'affection ?

Il ne dit rien, ne se retire pas. La nuit lui fait donc autant de bien. Soudain son front vient brutaliser mon dos, me pousse à l'eau. Un froid glacial envahit mon corps. Mes paupières se fermèrent rapidement. Je me relève hâtivement, attrape le plus d'air possible. Je me frotte violemment les yeux. Je suis littéralement trempée. Mais il n'y a aucune profondeur au bord des rives, il l'avait compris. Il s'élance dans la rivière, me pousse un peu plus loin. Dans un grand rire, je l'arrose du mieux que je peux. Que peut faire une pauvre petite fille face à cet énergumène ? Son épaule vient frotter puissamment la mienne, m'envoyant de nouveau à l'intérieur des eaux, un peu plus profondes. Je me relève à nouveaux, balance mes cheveux en arrière. Poly se tient juste devant moins. Humain, il aurait souri, fier de son coup. Mon rire s'incruste dans le temps, ne peut plus s'arrêter. J'attrape sa tête de mes bras frêles et tremblants. Je colle mon front contre le sien, tout sourire.

- Je te promets, tu me le paieras.

J'ai murmuré les mots. Il hennit, heureusement qu'il ne parle pas. Il se libère de mon étreinte, rejoins la rive. Je regroupe mes longues mèches, les tords pour les essorer. Notre nuit se terminera bientôt, merci mon beau. Je rejoins à mon tour les bordures de verdures. Enfin j'essaye. De toute sa carrure, il me barre l'accès au sec. Ses pupilles brillent, provocatrices. Les miens ont une lueur d'amusement. Je me déplace à droite, il en fait de même. Je ramène mes jambes à gauche, il suit mes gestes. Je pose ma main sur son chanfrein. Je m'apprête à le réprimander quand un bruit nous alerte tous les deux. Je penche la tête sur le côté, lui la tourne. Deux êtres interrogateur regardent la pénombre. Ta silhouette se dessine au creux de celle-ci. Je lâche un grand soupir intérieur, la tueuse d'oiseau ! Je ne bouge pas, lui non plus. Je t'adresse un grand sourire. Je ne vais pas te blâmer pour cette tuerie. F'in je pourrais.

- Bonsoir ma belle, en manque de victime ?

Ma phrase pourrait te mettre de mauvaise humeur. La nuit les nerfs sont plus vifs. Ne tentons pas de nous faire abattre à cette heure de la nuit. Je vais me faire gentille, après tout, nous avons un sujet de discussion. Le cours de ce matin s'étant avéré intéressant, ainsi que son principal protagoniste. Autant établir un simple dialogue.

- La nuit ne t'a pas épargner à ce que je vois.

Je m'avance sur un sujet sensible. J'en ai déjà fait l'expérience. N'est-ce pas Denshell !


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mindy Fusten


Messages : 346
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 21
Localisation : Bretagne, RPZ Yolloooo Swaaaag!

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Lun 9 Juil - 20:21

The Tulips


« Ou suis-je ? Il fait sombre, je pleure. A côté de moi, sur ma droite mon frère, on est dans un placard. Des cris retentissent, ma mère, mon père. Je tremble, sur ma bouche, une main, celle de mon frère. Puis plus un bruit, silence complet. La porte du placard s’ouvre, sur un spectacle sanglant, du rouge, du sang partout. Je hurle… »

Mindy se réveille en sursaut dans le dortoir, son petit cri n’a réveillé personne. Tout le monde dort, elle est seule, seul à danser avec la nuit. Elle reste un moment, là assis le regard dans le vide, perdu dans ses pensées noires. Elle a déjà fait se rêve des millions de fois, c’est d’ailleurs la seul chose qui la sort de son lit.
Elle se glisse hors de son lit, le refait. Elle prend Félix avec elle, se petit chat en peluche que lui avait fait sa mère. Ainsi que son revolver, elle ne sort jamais sans. Elle traverse le dortoir, lentement, sur les pointes des pieds, elle ne voudrait pas sortir les autres de leur sommeil, surtout les plus susceptibles ! Elle n’a pas envie d’un conflit à cette heure. Elle passe enfin la porte du dortoir, et se retrouve dans le couloir. Elle ne sait pas où elle va, ses jambes marche toutes seules et mécaniquement. Les couloirs sont tellement calme la nuit, enfin pas toujours, une fois elle avait vu plus d’une vingtaine du Rifle Bullets déambuler dans les couloirs comme une bonne de fanatique. Elle n’avait eu d’ailleurs que quelque seconde pour se cacher dans un coin.
Mindy, sortit des bâtiments, dehors il ne faisait bon, ni trop chaud ni trop froid. On pouvait même profiter d’une petite brise, ce qui était rare en cette saison. Mindy traînais toujours Félix par une des pattes avant, mais une fois dehors elle le prit dans ses bras, et continua sa balade nocturne. Elle passa devant les écuries. Mindy n’avait pas eu le droit d’amener Alastair, son cheval couleur feu, sa grand-mère l’aimait trop et préférait le savoir en sécurité…
Elle était arrivée au niveau des plaine qui entourait l’établissement, de grandes étendues d’herbes l’herbe était légèrement humide à cause de la rosée, Mindy remarqua alors qu’elle avait oublié ses chaussure, mais elle aimait bien la douceur de l’herbe sur ses petits petons. C’est à ce moment qu’elle eut envie d’aller à la rivière, pour se rafraîchir. Elle se laissa guider par le bruit de l’eau, mais à ce moment même un rire se fit entendre. Mindy était un peu curieuse et avait bien envie de voir ce qui se tramait au borde de l’eau. Elle s’approcha, discrète comme la nuit, mais par malheurs elle marcha sur une branche. Elle s’avait très bien qu’elle était repéré.

- Bonsoir ma belle, en manque de victime ?


Belle, mignon, Mindy l’entendais souvent, mais jamais par une White Flats. Oui c’était leurs chef qu’elle avait devant ses yeux, la même qu’au cours de tir, nul doute. Mindy reconnait cette voix presque arrogante, qui lui rappel vaguement cousine Maya.

- La nuit ne t'a pas épargné à ce que je vois.

Oui en effet, la nuit avait été courte et peu sympathique. C’est alors que Mindy remarqua l’animal qui se tenait à ses côtés, il est beau, avec un pelage magnifique. Mindy avait fait semblant de ne pas entendre ce que la jeune fille lui avait dit. Elle s’approcha de l’animal, elle relâcha en même temps ses bras, et laissa Félix trainer sur le sol.

-Quel jolie Doudou que tu as ? Je serais presque jalouse.

Quand Mindy parle on ne sait jamais comment le prendre, es la petite fille qui parle, ou cet être sadique et fou qui parle…

-La nuit est faite pour dormir, et quand on dort on est censé être apaiser, pas terrifié pas vrai ?

Mindy paraissait très calme, et passionné par l’animal, comme si plus rien n’existait autour…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancolie Edelweiss


Messages : 232
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Au pays des poissons dépecés et des oiseaux saignés !

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Mar 10 Juil - 16:11

dead


Je pourrais essayer de claquer des doigts. Je pourrais me mettre à genoux pour pleurer le seigneur. La probabilité que l'on m'envoie une corde solide et un tabouret approche du néant. Même avec l'envie la plus pressante du monde, ce poney restera en vie. Non parce qu'il le mériterait, cette mort atroce ! Cet animal a un caractère disons... asociale. Pour obtenir la caresse d'un étranger, je dois m'attendre à un miracle. Sauf qu'il est aussi sournois. Et il n'a aucun mal à rompre ses principes pour emmerder son petit monde. Tellement mignon ! Ton compliment sonnais plutôt bizarrement. Bah un cheval c'est juste un peu plus gros qu'un oiseau non ? On fera pas la différence ! Sauf que lui il s'en fiche ! Lui il va se jeter dans la gueule du loup ! Après un instant à te regarder, ses sabots frappent le sol pour venir te rejoindre tranquillement. Il se place à côté de toi, pose sa tête sur tes épaules. Il ne te jettera pas à l'eau. Il lève le regard. J'ai compris. Je ne vais pas faire une scène de ménage devant toi.

A en croire tes dernières paroles, tu sembles perturbée. Cette question, quoique philosophique ne nous vient que dans les durs moments. Je reste un instant debout à te sourire, à te regarder, compatissante. Pourquoi ? Je n'en sais rien. Pour ta nuit arrêtée si tôt peut-être. La meilleure des choses serait de te consoler, mais venir te voir en te demandant de tout me raconter serait un peu barbare. Alors, je me contente de m'approcher doucement. Je colle mon poing sur le front de Poly, il ferme rapidement les yeux, retire son museau. Je suis simplement en face de toi. Je te regarde, le sourire ancré. Je finis par tourner la tête pour fixer mes pupilles sur l'eau noire.

- Oui, la nuit se doit calme. Mais il y a beaucoup de choses dans ce monde que l'homme ne pourrait expliquer.

Je me penche par-dessus ton épaule caresse l'oreille du poney. Je souris dans ce geste. A mon tour pensive. Je trouve cette nuit beaucoup plus agréable que celles passées dans mon lit. La nature est tellement plus apaisante. Le monde tellement plus calme, moins pesant. Et puis on y fait des rencontres plutôt spéciales. N'est-ce pas Mindy ? Je remarque ta peluche par terre. Peluche que tu tenais préalablement. Je me baisse pour la ramasser, enlève les quelques brins d'herbes présents sur son pelage. Je reste interdite un moment puis je reviens à ma place de départ, te fais signe d'approcher. Dans un léger saut, je m'accroupis au bord de l'eau. Je pose ton doudou entre mes cuisses. Mes doigts viennent jouer avec son flot. Mon regard se perd dans ses reflets.

- Tu sais, ici, tout est calme. La nature semble s'arrêter. Il serait bête d'aller plus vite qu'elle.

Je brandis ton chat devant moi, comme on le ferai pour le petit Jésus. Je t'adresse de nouveau un grand sourire. Poly, marche calmement jusqu'à moi. Son pas est sûr, calme. Comme s'il approuvait mes propos. Il se place derrière moi, penche la tête pour boire avant de repartir vers ses pâturages. Je pointe ton chat dans ta direction, t'offre un grand sourire.

- Viens faire une pause !

J'anime les bras de ta peluche, comme un applaudissement. Je garde le bras tendu. Je ne le replierai que quand tu auras pris ton chaton.

Je tiens à m'excuser, mon rp est plus que court, la qualité d'écriture est médiocre. Vraiment désolée Mindy !! J'espère que t'arriveras à en faire quelque chose.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mindy Fusten


Messages : 346
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 21
Localisation : Bretagne, RPZ Yolloooo Swaaaag!

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Sam 21 Juil - 14:23

The Tulips


Le temps semblait s’être arrête sur le rivage de Whiteriver. Cette rencontre avait vraiment quelque chose d’inhabituellement paisible, ce qui était bien rare ici. Les deux filles étaient là à quelques centimètres l’une de l’autre. Pourtant Mindy n’avait pas bougeait, elle était resté immobile près de l’animal qui lui rappelait vaguement Alastair. C’est la jeune Ancolie qui c’était avancé vers les deux protagonistes.

- Oui, la nuit se doit calme. Mais il y a beaucoup de choses dans ce monde que l'homme ne pourrait expliquer.

Voilà une réponse type des White Flats, toujours à jouer les sages, ces fit sourire légèrement Mindy, on lui avait toujours répété que les White Flats étaient les saints du pensionnat ce qui pour le moment était vrai.
Ancolie semblait déjà perdu dans ses pensées, Mindy se dit que c’est dernière parole, n’était pas forcément pour elle, mais plutôt pour elle-même. Mais Mindy n’avait pas vraiment envie de savoir les problèmes de sa partenaire nocturne, d’ailleurs elle n’écoute jamais les problèmes des autres, à quoi bon se disait-elle, chacun ses problèmes, Mindy était ainsi, un grand mystère. Ancolie disparu de son de champs de vision mais Mindy ne tourna pas la tête elle resta le regard plongé vers cette nature encore sauvage, bercé par la brise nocturne.
Mais un petit bruit juste derrière elle la sortie complétement de ses rêveries, essayait-elle de l’attaquer, par surprise ? C’est à cette pensée que Mindy sursauta, et pris son revolver à la main. Mais quand elle se retourna très rapidement et avec un regard noir, aucune attaque n’était en cours, la jeune fille était simplement assise, au bord de l’eau, le regard perdu sur l’eau. Mais un détail frappa Mindy, Felix son doudou était installer entre les deux petites cuisses de Ancolie. Ceci agaça Mindy, personne n’avait jamais touché Felix appart elle.

- Tu sais, ici, tout est calme. La nature semble s'arrêter. Il serait bête d'aller plus vite qu'elle.

Elle brandit Felix dans la direction de Mindy, comme si elle avait compris que la jeune Tulips voulait le récupérer. Mindy qui n’avait toujours pas bougé depuis le début hésita a s’approché, peut être que c’était un piège, mais c’est à ce moment que la créature au pelage soyeux s’avança vers maîtresse. Mindy tenait toujours son revolver à la main, prête à tirer, elle s’avança d’un pas sûr, elle n’avait pas peur, pas peur de cette fille, mais elle s’avait que dans ce pensionnat, la confiance ne se donne pas.

- Viens faire une pause !

Mindy était près déjà au niveau d’Ancolie, mais n’avait s’en doute pas entendue cette dernière. Elle n’avait qu’une chose en tête, récupérer sa peluche. Elle tendit le bras et l’arracha violement des mains d’Ancolie, qui ne résista pas du tout, de plus elle ne bougea pas d’un poil, ce qui prouva qu’elle n’avait pas de mauvaises intentions. Mindy avait l’aire d’une folle, avec son flingue dans une main, sa peluche dans l’autre et ce regard vide. Cet alors qu’elle s’approcha très près de la jeune chef, elle s’accroupit à son niveau, le visage de Mindy avait changé, elle n’avait plus vraiment l’air d’une jeune fille. C’est alors que sans raison valable, elle pointa de son arme le visage doux de la jeune ancolie.

-Pourquoi tu essayes d’être gentille avec moi ? Je ne suis pas ton amie.

Un sourire cynique s’installa sur son visage, tandis que le vent soufflait légèrement sur leurs cheveux éclairé par la douce lumière de la lune.

HRP: C'est moi qui m'excuse pour ce Rp un peu mediocre mais comme je vais bientot partir en vacances, il fallait finir.
[/justify]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancolie Edelweiss


Messages : 232
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Au pays des poissons dépecés et des oiseaux saignés !

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Ven 27 Juil - 21:00

dead


La douceur m'est arrachée violemment des mains. J'espérais un geste plus doux, m'enfin bon. Mon bras s'était tendu dans ce but après tout. Même si ton visage aurait pu exprimer une tout autre expression. Est-ce la nuit qui rend les gens si impulsifs ? Pourtant, elle se doit de nous faire réfléchir. C'est dans ce temps-là que nous grandissons, que nous aspirons à de nouvelles conquêtes. La nuit nous souffle les raisons et les bêtises, elle nous fait rêver, nous entraîne dans un cauchemar sans fin. Grâce à elle, nous nous apaisons. Elle nous garde jalousement, ne nous lâche qu'au moment le plus propice. Que serait le monde sans la nuit ? Un capharnaüm épouvantable où ombres et esprits régneraient en tyrans. Bref la nuit est indispensable. Cependant, comme toute chose, il y a des exceptions. Nous en sommes toutes deux, ce soir.

Je regarde ton corps s'accroupir face au mien. Ton arme dans la main, es-tu si traumatisée ? Il faut croire que oui. Tu me la pointe sur la figure. Fort sympathique dit-on entre nous. Je louche sur le canon du revolver. Il doit être chargé... mouais. Je te regarde à nouveau. Je suis surprise par ton air disons... bizarre. Un changement de caractère palpable. Je ferme les yeux, souris face à mon étonnement. Mes changements d'humeurs en sont presque identiques. Ce sentiment est donc banal. Mais ce truc pointé sur moi, tout à fait extraordinaire. Comment peut-on menacer des personnes aussi facilement ? Pourras-tu m'apprendre ? Ta déclaration fait bouger mes paupières. Je retombe sur ton visage déformé. De si jolis traits, quel dommage !

Non, tu n'es pas mon amie. Non, je ne te fais pasconfiance. Non, je ne me suis pas accrochée à toi. Pour l'instant du moins. Mais réfléchis. Faut-il être amies pour se parler ? Non, il faut juste être des connaissances en assez bonne entente. On ne peut condamner une personne à la première rencontre. Et puis, ne me connais-tu pas ? Je suis joviale avec le premier venu. Humain, animal peut importe. Le sourire est une chose naturelle. Sourire chaque jour, cela fait un bien fou, tu devrais essayer. Mais te dire ça maintenant relèverait du suicide, tout comme t'expliquer le pourquoi du comment de la chose. Alors, allons-y plus simplement.

- Parce que sinon tout discours n'aurait plus aucun sens.

Aïe, je joue la philosophe. Mots échappés d'une profonde pensée, espérons que tu as l'esprit poète. Tout en attendant une réponse, peut-être ( ma phrase n'en demande pas réellement ) une brise souffle, faisant voler nos cheveux. Les yeux dans les yeux, une menace pesante, tout cela crée un esprit de duel. A ce jeu-là, je serais vite plumée. Peut-être devrais-je couvrir mes arrières. Comment ? Oui, c'est absurde. Je ne peux que rester face à toi. Peut-être pourrais-je baisser ton arme. Oui mais non, ce ne serait plus drôle. Oui parce que tout ceci est un jeu. La vie est en elle-même un jeu. Un jeu où l'on perd, où l'on gagne. Ce soir, je ne veux pas perdre. Fuir ton geste serait une défaite. Alors, évitant l'image de l'arme, je plonge mes iris dans les tiens. Mon sourire passe de la moquerie à la douceur. Mélange sorti de cette longue attente, de ce silence sans fin. Mais une question me chatouille. Une bien bête, que j'aurais pu me poser plus tôt. L'évidence est toujours imperceptible.

- Ton engin là, c'est une menace ou juste une prévention ?

Je ponctue ma phrase d'un hochement de tête, d'un sourire. J'aimerais bien savoir quoi ressentir. De la peur, de l'incompréhension, de l'indifférence. Je prête la plus grande attention à ta probable réponse.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mindy Fusten


Messages : 346
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 21
Localisation : Bretagne, RPZ Yolloooo Swaaaag!

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Dim 26 Aoû - 12:22

The Tulips

Tout était calme, seule les brises qui portaient les bruits de la nuit ce faisait entendre. Un calme doux et apaisant, pourtant là au bord du cour d'eau le temps semblait s'être arrêté. Oui, Mindy était la face à la jeune Ancolie, son arme pointé droit sur elle. Allait-elle tirer, le voulait-elle? Elles se regardaient droit dans les yeux, comme si elles cherchaient tout deux des réponses. Mais rien ne se passait. Mindy était là, d'un calme inquiétant, et la jeune White Flats n'avait pas bougé. Mindy se demandait pourquoi rien ne se passait, pourquoi tout paraissait si calme. Enfaite elle n'avait même pas envie de tirer, d'ailleurs elle ne savait plus vraiment pourquoi dans ses mains elle tenait la mort. Avait-elle eu peur, eu peur de la sympathie, cette sympathie que peut lui on donné et qu'elle n'a jamais donné. Mais elle savait bien qu'ici la confiance était rare, et ce soir plus que jamais elle doutait.
Cela faisait longtemps que personne ne lui avait parlé sans être agressive, ou que quelqu'un ne fuiyait pas. Elle n'avait aucune raison de tiré, et de déranger cette nature endormie, non plus aucune.

- Parce que sinon tout discours n'aurait plus aucun sens.

Mindy sortie de ses pensées, de quoi pouvait bien parler la jeune fille? Mindy avait complètement oublié, le pourquoi du moment. Elle était juste en train de visé le visage chaleureux d'un fille, qui n'avait a priori rien fait.

- Ton engin là, c'est une menace ou juste une prévention ?

Cette question était de toute évidence la bonne, Mindy ne savait pas vraiment pourquoi elle avait dégainé, enfaite elle ne le savait jamais, c'est comme si a chaque fois une petite voix lui dictait de le faire. C'est d'ailleurs pour cela qu'elle c'est retrouvé dans ce pensionnat, parce que tout le monde la croyait folle. La question résonnait encore dans sa tête, et aucune réponse lui venait. Avait-elle eu peur? Avait-elle eu envie de meurtre? Enfaite pendant un instant peut être elle aurait voulu appuyer sur la détente, mais pour une raison elle ne l'avait pas fait, par peur ou par sympathie. Voila ce mot, ce mot qui n'a jamais eu de sens pour Mindy. Quesque la sympathie dans ce monde de violence, ou tout se règle au fusil?
Finalement Mindy n'en avait aucune idée, elle était toujours face a la jeune fille et n'avait pas bougé d'un centimètre. Mais elle savait que ca n'avait plus vraiment de sens, et ses traits si dur, se relachèrent peu à peu. Puis d'une voix qui était faussement sur d'elle.

- Va savoir!

Elle souria d'un sourire faux et s'asseya a son tour. L'air était pur et doux. Elle serrât Felix fort contre sa poitrine, tout ça paraissait si improbable et même temps si agréable. Elle plongea ses yeux dans l'eau qui s'écoule, depuis si longtemps, elle a dû en voir des choses se passer, elle a dû entendre beaucoup de choses tout au long de son cour. Pourtant elle n'était jamais la même.

-Tu n'as pas peur de moi?

Oui, pourquoi elle n'avait pas peur, elle avait pourtant voulu la tuer, elle était un Tulips, et pas la mieux réputé. Oui Mindy voulait savoir pourquoi la jeune White avait été sympathique, et comment elle avait reussie a calmer la petite voix dans la tête de notre jeune Tulips.[/justify]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancolie Edelweiss


Messages : 232
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Au pays des poissons dépecés et des oiseaux saignés !

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Dim 2 Sep - 16:53

dead


Au moins... tu es clair. J'aurais pu me dire cela. Mais là j'avoue que le doute m'habite. Au moins, je suis sûre d'une chose, ce n'est pas moi qui dictera ta conduite. Je mourrai quand tu le voudra. Quand la gâchette se poussera malencontreusement. Mademoiselle mort, vous êtes aussi indécise que moi. Attendons ensemble le moment venu. Mais après tout, j'aimerai bien te connaître un peu plus. Une jeune fille au sourire sadique tuant les oiseaux rencontrés en chemin, se doit-être amusant comme amie. Je reviens sur mes mots, je ne mourrai pas. Juste par curiosité, par a envie de te côtoyer un peu plus. Tu devra accepter ma compagnie jusqu'au bout, Mindy Fusten.

J'aime me plonger dans tes yeux bleus, ils sont si intéressants. Ils regorgent d'excentricité. Celle-ci débordant de lumière. J'aimerai me pencher pour mieux t'admirer, mais le canon pointé sur mon front m'en empêche. Je pourrai, mais je ne veux pas. J'ai envie de jouer ce soir. Et risquer de me faire crever un œil d'une balle est un jeux. A chacun sa façon de se divertir. La mienne n'est pas des plus atroce. Je louche une dernière fois sur l'arme, celle-ci s'en va. Mes yeux s'écarquillent, presque déçus. Tu t'assois à mes côtés. Je reste un moment à regarder le vide. Puis tes paroles me réveillent. Je secoue un peu la tête. Ta question est des plus bizarre.

- Pourquoi aurais-je peur de toi ?

Je réfléchis un instant avant de sortir une quelconque bêtise. Peur de toi... Parce que tu me menaces d'un revolver. Parce que tu me parles d'une voix des plus sadique. Parce que tu me regardes avec un visage de folle. Je me penche pour le considérer à nouveau. Il est beau ton visage. Je me redresse. Je souris, ris. Peur de toi... une fille de mon âge. Une Tulips peut-être. Ma réaction est-elle anormale ? Je te regarde encore. Comment peut-on avoir peur d'une fille tenant un ours aussi mignon dans ses bras. Il faut être sacrement stresser pour oser fuir devant toi. Et puis après tout, tu ne m'as pas tiré dessus, je n'ai aucune raison de te repousser. Non vraiment ta question me laisse étrange. Pardonne-moi, il est dans les deux heures du matin, je suis gelée. Se doit-être ça. Mais tu attends peut-être une meilleure réponse que ma dernière.

- Non. Tu ne me causes aucune frayeur. Après tout, tu es une humaine des plus normales.

Ou peut-être pas. Mais cela, nous le verrons après. Si la folie te guette, je prendrai mes jambes à mon cou, promis. Non, je resterai là. Tu n'es pas la seule à faire pousser des graines dans ton cerveau bien fait. Plus on est de folle plus on rit. Ton comportement définira le rire à prendre. Je lâche un grand soupire, lance mon corps en arrière. Je m'allonge dans l'herbe fraîche. Je regarde les étoiles, il y en a beaucoup cette nuit. Poly nous a quittées pour des pâturages plus verts. Bon appétit mon petit. Je laisse mes yeux parcourir ta silhouette. Tu tiens des allures de fantôme. Je me demande si ces messieurs ont froid. Dans leurs draps blanc, sont-ils bien couverts ? Pauvre âme en peine. Mais aujourd'hui mon but n'est pas de me morfondre sur le sors des esprits. Je me relève, atterri rapidement sur mes jambes. Je m'étire, les bras vers le ciel.

- En tout cas moi, je ne suis pas ici pour me battre contre une fille aussi mignonne que toi.

Je regarde la rive opposée.

- Tu connais la signification du mot nuit ? C'est un instant où aucune âme ne se terre, où toutes se mettent à s'amuser. Tu t'es déjà demandée pourquoi elle ne sorte que sous la nue ? Pour cela, parce que personne ne les dérange.

Je te lance un clin d'oeil avant de m'enfoncer dans l'eau fraîche.

- Imitons-les.

Une invention saugrenue. Une invention qui rime avec invitation.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mindy Fusten


Messages : 346
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 21
Localisation : Bretagne, RPZ Yolloooo Swaaaag!

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Dim 2 Sep - 22:02

The Tulips


- Pourquoi aurais-je peur de toi ?

Pourquoi ? Cette question surpris légèrement Mindy, il y a quelques seconde a peine elle avait une arme pointé sur le front. Toutes personnes saine d’esprit serait partis en courant, pourtant la jeune Ancolie était resté, et cela fit étrangement plaisir à Mindy qui n’avait pas vraiment envie de se retrouver seul ici.

- Non. Tu ne me causes aucune frayeur. Après tout, tu es une humaine des plus normales.

Mindy lâcha un petit rire, cela n’avait pas de sens, ne pas avoir peur de quelqu’un parce qu’il est humain est stupide. C’est vrai cela n’a pas de sens, pourtant Mindy apprécia la remarque car depuis le cours de tir, beaucoup des autres élèves l’avait traité de folle. Oui de folle, cette raison pour laquelle elle était ici, cette insulte qu’elle subissait si souvent, et qu’elle haïssait tant. Au final à part les Tulips tout le monde avait une image d’elle plutôt négative, finalement le bouche oreille avait eu le dernier mot. Mindy s’en fichait de ce que pouvait penser les autres, mais pour une fois que quelqu’un était agréable autant en profiter, de plus c’est dernier temps elle avait un peu perdu sa bonne humeur !
La jeune White Flats quand a elle c’était relevé et s’étira le bras. Ils étaient plutôt fins et longilignes, c’est par ces corps faible qu’on se rendait compte de cette jeunesse, qui n’en avait que le corps, l’esprit quant à lui était devenu vieux à cause de cette guerre qui forgeait l’esprit à coups de fusils.

- En tout cas moi, je ne suis pas ici pour me battre contre une fille aussi mignonne que toi.

Mignonne ? Voilà quelque chose d’encore plus inhabituel, Mindy était vraiment tombé sur une personne surprenante. Comment pouvait-on trouver mignon une personne qui a la gâchette facile de mignon ? Mais il faut avouer que Mindy l’avait souvent entendu, du moins de la part des personnes qu’elle n’avait pas approché… Mindy ne savait pas vraiment quoi répondre, surement merci. Au final, Mindy se contenta de serrer encore un peu plus Felix contre sa poitrine.

- Tu connais la signification du mot nuit ? C'est un instant où aucune âme ne se terre, où toutes se mettent à s'amuser. Tu t'es déjà demandée pourquoi elle ne sorte que sous la nue?
Pour cela, parce que personne ne les dérange.


Mindy, regarda la jeune Ancolie qui s’avérait surprenante, mais elle n’imagina pas encore a qu’elle point, c’est seulement quand cette dernière se leva pour se baigner que Mindy compris que cette Ancolie n’était pas n’importe qui.

- Imitons-les.

Le sourire de Mindy se dessina sur son visage, puis elle éclata de rire, elle n’avait jamais vu une fille aussi bizarre. Mais ce rire n’avait rien de médisant, au contraire même, Mindy se sentais extrêmement bien, et d’une humeur admirablement bonne. Il n’en fallait pas plus pour Mindy, qui ne refléchissa pas plus longtemps, et d’un geste rapide elle se leva, posa Felix et son revolver, aussi délicatement que des trésors. Elle se retourna et avança vers cette eau claire. Elle était plutôt fraîche, mais cela ne dérangeais pas Mindy.

-Je ne vais jamais passer de ton côté de la force, je suis un Tulips pour toujours, et n’espère pas me faire changer d’avis !

C’était un point que Mindy voulait mettre au clair, elle voulait absolument que la jeune White Flats ai bien compris que si elle tente de convertir Mindy cela est perdu d’avance, parce que Mindy est une Tulips, l’une des plus fidèles et qu’elle a ces raisons. Elle finis pas s’asseoir dans cette au si pure.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ancolie Edelweiss


Messages : 232
Date d'inscription : 22/05/2012
Age : 19
Localisation : Au pays des poissons dépecés et des oiseaux saignés !

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Mar 4 Sep - 13:23

dead


L'eau est fraîche. Les fines vagues atteignent la moitié de mes cuisses. Le torrent coule sans me remarquer, chaque goutte se renouvèle, constamment plus froide. Mais cette douce humidité m'avais déjà éclaté au visage. Comme si je parcourais le monde au côté des poissons, je me demande si un jour l'on pourrait découvrir ce qu'il se passe sous cette nappe lucide. Un monde bigarré, un monde comme parallèle où rien n'est pareil. Nager à travers des arbres aquatiques, des poissons dépassant la beauté recommandée. Un jour, peut-être, pourrais-je, de mes yeux nus, admirer cet univers d'où nous ne gardons que les cadavres. Un jour, peut-être, serais-je respirer à leur façon. Un jour... peut-être...

Ton rire résonne dans la nuit calme. Tu t'avances rapidement, laissant attirail à terre. Je t'adresse un nouveau sourire, tête penchée. Tu n'es pas si redoutable pour une Tulips. Pas que je remette ta place dans ce groupe en question (il faut être sacrément timbré pour tuer un oiseau innocent, sur un coup de tête ), au contraire, je suis heureuse de voir qu'un coeur bat dans ces filles aux coups faciles. Tu es la preuve même que mon espoir n'est pas vain. Tu es la preuve que tout être peut-être soumis à un rire. Tu es la preuve que l'Homme est un être fantastique. A la fois hystérique et douce, sadique et gentille comme un coeur. Dans mes doutes, tu viens me réconforter. Je te regarde mettre les pieds dans l'eau. Je regarde ton visage souriant. Je regarde tes yeux rieurs. Je te regarde. Toi, Mindy Fusten, l'adorable Tulips partageant ma soirée. Je ne peux m'empêcher de rire à mon tour. Quelle nuit magnifique. Quel bonheur indéfinissable. Une nuit, sans se soucier de qui l'on est.

Mon rêve doit-être trop prétentieux. Dans cette vie, ces quelques années où la guerre règne, il ne faut pas baisser sa garde trop tôt. N'est-ce pas ? Nous sommes tous obligés de faire attention. Même moi, moi qui me dis inconsciente des conséquences. Je dois, malgré tout fuir les loups, c'est ce que voudrait le protocole. Le protocole me permettant de rester en vie. Mais toujours se cacher ne serait pas drôle. Et puis, quand se cacher ? Quand le danger est-il assez grand pour qu'il en vaille la peine de fuir. Quand le danger se voit-il « mortel » ? Quand on nous pointe un pistolet sur la figure... L'étude se voit contrée. Je n'ai pas bougé, voilà où nous en sommes. Madame prudence me souffle de ne plus m'approcher de toi, de ne pas attendre mon reste. Mais madame prudence n'ai pas la femme d'un dieu, juste une voix humaine. Elle aussi peut se tromper. En l'occurrence...

Madame te hante. Sans arme, sans crocs je te laisse quelques frayeurs. Je pose mes mains sur mes hanches, te regarde toujours souriante, lève les yeux au ciel. Puisque Madame a fait des siennes, Monsieur réconfort se doit d'intervenir. Mes pas s'activent sous le voile glacé. Je m'avance doucement vers toi. Je me penche au-dessus de ton visage. Prends en suivant une position accroupie puisque tu t'es toi-même assise. Mes yeux prennent une lueur maternelle. Mon sourire devient tendre. Je rapproche un peu plus mon visage du tien.

- Mindy, je te respecte, je respecte ton groupe. Et même si nos idéaux sont bien différents, jamais je ne tenterai quoique ce soi pour lui porter préjudice, pour te porter préjudice. Tu es une Tulips à part entière, l'oiseau te le dira. Ne t'inquiète pas, jamais je ne corromprai pour te faire passer « de mon côté de la force ».

Puis je me relève, souris maintenant plus gaiement. Je parle d'une voix plus forte, plus joueuse.

- Et puis qui voudrait d'une fille menaçant de vous tuer avec un flingue dans la chambre d'à côté.

Je ris. Puis, je déduis l'heure à l'amusement. Les âmes m'en remercieront, je ne quitte pas mon idée de passer une fin de nuit agréable. Je ne suis pas fatiguée, mes paupières ne sont pas lourdes, le marchant de sable m'a délaissé. Je laisse donc mesdemoiselles les étoiles prendre soin de mon humeur. Leur position est-elle que j'ai envie de rire. Il te faudra me suivre, car si je ne suis pas le diable, je suis capricieuse. Je me glisse dans ton dos, le niveau est bas à cet endroit-là, mais pas assez pour me faire renoncer. J'attrape tes épaules, les pousse en arrière, rapidement ton visage est nappé d'eau, une seconde je te laisse ressortir. Je connais le danger de mort, je m'éloigne un peu plus profondément au sein de la rivière en riant.

- Mais bon,Tulips ou pas, faut quand même que je t'initie à l'amitié !


_________________


Dernière édition par Ancolie Edelweiss le Sam 10 Nov - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mindy Fusten


Messages : 346
Date d'inscription : 17/06/2012
Age : 21
Localisation : Bretagne, RPZ Yolloooo Swaaaag!

MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Dim 9 Sep - 15:38

The Tulips


C’était la première fois que Mindy avait douté, avant d’appuyer sur la détente, elle se sentait mal. Etait-elle devenue faible, avait-elle était contaminé par-là bonne foi de Ancolie. Aurait-elle changé de camps sans même s’en rendre compte. Non c’est impossible, au fond d’elle rien n’avait changé, elle était toujours la même mais pour une raison encore inconnue elle n’avait pas tiré, elle n’avait pas fait ce qu’elle avait toujours fait. Hormis les Tulips, aucune personne n’avait réussi a la rendre douce, et à calmer ses ardeurs.
La jeune White Flats, c’était approché très prêt de Mindy, trop prêt de Mindy qui se crispa.

- Mindy, je te respecte, je respecte ton groupe. Et même si nos idéaux sont bien différents, jamais je ne tenterai quoique ce soit pour lui porter préjudice, pour te porter préjudice. Tu es une Tulips à part entière, l'oiseau te le dira. Ne t'inquiète pas, jamais je ne corromprai pour te faire passer « de mon côté de la force.

Mindy se décrispa au moment même où Ancolie se releva. Elle ne comprenait plus vraiment la White Flats, ne pas tenter de corrompre les autres, c’est vouer a l’échec son groupe, c’est vrai, leur but n’est autre que stopper cette guerre en ralliant les cow-boys. Oui, elle avait toujours pensé que ce groupe n’était pas vraiment utile, et aujourd’hui encore elle le pensa. Parce que ne pas agir c’est inutile.

- Et puis qui voudrait d'une fille menaçante de vous tuer avec un flingue dans la chambre à côté.

Son rire retentit, mais paraissait déjà loin pour Mindy, qui c’était déjà perdu dans ses pensées, parce que si tout le monde la pensait folle, elle n’avait encore jamais eu quelqu’un qui la pensait dangereuse mais qui restait. C’était évidemment une boutade, mais c’était des mots qu’elle avait eu l’habitude d’entendre, de la bouche de son frère. Son frère qu’elle avait tant aimé, mais qui par peur de se monstre qui grandissait avait pris ses distances. Son frère, cette personne si gentil avec tout le monde, contre la violence et sympathique avec tout le monde. Enfaite en pensant à son frère Mindy eu la réponse a toute ses questions, si elle n’avait pas tiré, si elle se sentait si bien, c’était simplement parce qu’en cette jeune White elle ne voyait rien d’autre que son frère peut être perdu à jamais…
Un coup sur les épaules, son corps balança en arrière et en quelque seconde à peine elle était sous l’eau. Cette fraîcheur aquatique, la sortit de ses pensées en a peine quelques secondes. On l’avait lâché, et de cette eau rafraichissante elle sortit. La coupable c’était éloigné, surement par doute. Et elle avait eu raison, parce qu’a sa sortit, la jeune Tulips avait un visage dur et une envie de violence. Mais son regard noir croisa celui de la jeune Ancolie, qui était en train de rire, en peu plus loin. Pas ce rire sadique qu’aurait lancé un Riffle Bullets, non c’était ce rire amical qu’elle avait déjà entendu. Mindy soulager de ne pas s’être fait roulé, prit une grande respiration.

- Mais bon, Tulips ou pas, faut quand même que je t'initie à l'amitié !

Mindy eu un haut le cœur, c’était une grande première, cette jeune fille qu’elle avait menacé il y a seulement quelque minutes avait une envie d’amitié. Elle savait bien ce que c’était d’avoir une amie, aux seins des Tulips il y avait une bonne cohérence, mais là c’était diffèrent, c’était l’ennemie. Mindy n’arrivait pas à se faire à cette idée, elle avait sympathisé avec l’ennemie pour des raisons sentimentale, elle ne se reconnaissait pas elle-même.
Mindy aimerait tellement avoir tiré, au moins elle ne se serait pas trouvé dans cette situation, elle aurait eu un ennemis de plus, ce qui ma fois ne la dérangeais pas. Mais c’était trop tard, elle était là dans l’eau, les cheveux dégoulinant, face a cette jeune fille. Et tout cela lui plaisait. Et en cette douce nuit, elle prit une décision, peut-être égoïste, mais c’était la sienne. Oui elle c’était faite un semblant ami, et elle profiterait de ce moment de bonheur. Cependant aucune erreur ne sera acceptée, et la prochaine fois elle appuyer sur la détente. Et même le souvenir de James (son frere) ne pourra lui en empêcher.
Mindy releva la tête, elle avait repris son sourire joyeux et naturel. Elle se leva et s’approcha de la jeune White flats. Puis en riant elle l’éclaboussa, ce geste était anodin, mais il voulait dire beaucoup. Comme le symbole d'une possible amitié.



C'est nul je sais...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }   Aujourd'hui à 19:14

Revenir en haut Aller en bas
 

Faut-il éteindre la flamme dans le lit d'un fleuve calme ? { PV Mindy Fusten }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» >>. J'ai cru voir une flamme dans tes yeux... [PV Nuage de Citron et Nuage d'Ecureuil]
» 01. Faut pas pousser mémé dans les orties !
» Il faut oublier le passer pour vivre dans le présent [Logan]
» Effet de flamme dans des yeux [Photoshop CS5]
» Il faut savoir ce qu'on veut dans la vie - feat Cléo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
In a faraway land :: Whiteriver Town :: La rivière Whiteriver-